Frances Haugen, la lanceuse d’alerte qui fait trembler Facebook

Empêtré dans une crise politique sans précédent, Mark Zuckerberg choisit de rebaptiser son entreprise. Elle s’appelle Meta (pour méta-univers), avec un logo qui ressemble à des lunettes de réalité augmentée. Le réseau social, lui, garde le nom de Facebook. Un nouveau nom pour la même recette ?

Le groupe californien devenu tentaculaire (il possède entre autres Facebook, WhatsApp et Instagram) affiche un bénéfice de 9,2 milliards de dollars au troisième trimestre. Mais une femme a choisi de s’opposer à sa toute-puissance. Les révélations de cette Américainede 37 ans ont fait trembler le géant.

Longs cheveux blonds, des yeux bleus qui ne cillent pas devant le journaliste qui l’interviewe, Frances Haugen explique pourquoi elle a décidé de montrer le vrai visage de l’entreprise pour qui elle a travaillé pendant deux ans.

Elle déclare dans la célèbre émission 60 Minutes diffusée sur la chaîne de télévision CBS : « J’ai eu l’impression que, face à des conflits d’intérêts, entre ses profits et la protection des utilisateurs, Facebook choisissait de façon répétée ses profits. »

Frances Haugen sait de quoi elle parle. Elle est spécialiste des « classements algorithmiques » qui permettent de hiérarchiser les contenus sur les plates-formes. Diplômée de la prestigieuse université de Harvard, la jeune ingénieure travaille pendant quinze ans pour Google, pour les réseaux sociaux Pinterest et Yelp, avant d’être embauchée par Facebook.

Elle intègre l’équipe qui lutte contre la désinformation et les discours haineux. A l’occasion de la présidentielle américaine de 2020, le groupe modifie les algorithmes de recommandation avec pour objectif de limiter le partage des contenus extrêmes.

Trop tard, trop peu, accuse l’ancienne employée qui quitte ses fonctions en mai 2021 : « En 2021, j’ai décidé d’agir. Mais je me suis dit : il faut le faire de manière systématique afin que personne ne puisse contester la véracité de tout cela. »

RFI avec Senegal7