L'Actualité en Temps Réel

Gamou 2022 : Me Madické Niang rend hommage à Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum

Me Madické Niang qui se souvient encore de Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Maktoum lui a rendu hommage ce 8 octobre correspondant à la célébration du Maouloud. Un hommage à travers lequel, l’ancien ministre des Affaires étrangères s’épanche sur un pan de la vie du religieux.

Texte in extenso

Chaque Mawloud nous ne cessons de nous remémorer les instants inoubliables que nous avons vécus avec Serigne Cheikh Ahmed Tidiane SY Almaktoum. Cette année ces souvenirs sont si vivaces dans notre esprit que nous avons décidé de lui rendre un hommage tiré du fonds de notre cœur.

Serigne Cheikh a marqué de manière indélébile toute son époque parce qu’il était reconnu de tous comme étant une valeur sûre et une belle personne au sens du 18ème, siècle des lumières.

Premier ouvrage de Serigne Cheikh

En effet, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Sy Ibnou Seydi Ababacar Ibnou Seydi Maodo Malick SY. représentait une illustration parfaite de cette forte maxime rendue célèbre par Corneille « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».
Pour le démontrer il suffit de rappeler que son premier ouvrage a été rédigé à l’âge de 16 ans sous le titre « Les vices des marabouts ». Cet ouvrage révélait déjà une claire volonté d’appeler à une adaptation du leadership religieux aux exigences de la modernité.
Le ton était donné pour une vie pleinement dédiée à servir uniquement Allah, son Prophète Mouhamed (SAW), Cheikh Tidiane Cherif, Elhadj Oumar Tall, Maodo Malick SY et Seydi Abacar Sy. Ainsi il incarna leur ligne de conduite chariatique et assuma pleinement l’héritage soufi.

L’attachement à la Charia

Par son attachement à la charia, il a toujours su lutter vaillamment contre toutes les survivances et les déviances coutumières dans nos pratiques islamiques et revendiquer sans complexe la portée universelle de l’enseignement des guides religieux sénégalais.
Son poème le plus célèbre « Fa Ilayka Yabna Muhammaddine Nâdânî » dédié à son illustre homonyme est une révélation au monde des liens particuliers qui les unissent et qui ont atteint un degré de fusion dont les âmes ordinaires ne sauraient en appréhender la dimension.

Admiration pour Maodo

Serigne Cheikh nourrissait une forte révérence pour son homonyme, une admiration profonde pour Maodo, mais sa référence c’était Seydi Ababacar SY Malick à qui il a consacré son poème « Abuunaa Abu Bakry (Notre pére Abu Bakry) ».

Naissance et ligne de conduite

Né à Saint Louis le 29 décembre 1925, Serigne Cheikh a gardé de cette ville, qui l’a vu grandir et où il a fait ses premières humanités, le raffinement et l’ouverture intellectuels, qualités qui, alliées à une culture encyclopédique, lui ont permis de réussir une adaptation, unique en son genre, de la culture islamique à un monde moderne en perpétuel changement.
Oui un guide spirituel qui, avec la même aisance, la même prestance, animait sous un feu de bois le dahra de Maodo et illuminait les débats les plus relevés dans les instances les plus illustres à travers le monde.
A l’écoute et proche du peuple, il a incarné, face aux hommes politiques, une ligne de conduite d’un Guide religieux qui connait parfaitement les enjeux du moment et n’a jamais accepté ni compromis ni compromission politique contre les intérêts de la nation sénégalaise; ce qui lui a valu d’avoir été arrêté et emprisonné malgré son rang social.

Questions intellectuelles

Sur les questions intellectuelles, nous sommes témoins des entretiens entre Serigne Cheikh et le Président Abdoulaye WADE. Nous gardons en mémoire la haute facture de ces échanges entre deux personnes dotées d’une culture si étendue et fertile. Il en sortait toujours les solutions les plus pertinentes pour les questions vitales de l’heure.
Homme multidimensionnel, il s’appuyait sur un immense réseau de relations dans le monde musulman comme occidental dont aucun acteur économique, social ou politique de son époque ne pouvait disposer. Cela traduisait en fait le capital de sympathie unique dont il bénéficiait à travers le monde.
Acteur économique de dimension internationale, Serigne Cheikh s’est illustré dans l’entreprenariat agricole notamment à l’époque de l’hégémonie arachidière. Il a aussi été un investisseur dans des secteurs stratégiques comme l’industrie cimentière, entre autres, qu’il a contribué à implanter dans notre pays.

Visite rendue à Serigne Abdoul Ahad MBACKE

Fortement attaché à la concorde et à l’harmonie entre non seulement les confréries mais aussi entre les religions révélées, il a posé des actes mémorables dans ce sens qui resteront à jamais gravés dans le marbre de l’histoire du Sénégal. Parmi ses actions les plus illustratrices de son engagement pour l’unité de la ummah, on peut citer la visite inoubliable rendue à Serigne Abdoul Ahad MBACKE, 3ème Khalife général des Mourides et les relations fortement filiales qu’il a entretenues avec Serigne Saalih MBACKE, 5ème Khalife général des Mourides. Serigne Cheikh avait l’habitude de prononcer des paroles fortement élogieuses à l’endroit de Serigne Saliou à l’occasion des cérémonies officielles du mawloud . Nous ne saurions aussi taire la sympathie dont Serigne Cheikh jouissait dans la Communauté mouride illustrée par le nombre de fois où des Talibés mourides nous ont sollicités pour disposer des enregistrements de ses brillantes conférences à l’occasion du mawloud ou d’autres événements.

Relations Me Madické Niang – Serigne Serigne Cheikh 

En ce qui nous concerne, nos relations d’abord professionnelles puis sociales sont devenues amicales puis filiales. Elles étaient traduites par une confiance profonde en nous illustrée par le fait que nous sommes l’une des rares personnes qui pouvait avoir accès à lui quelles que soient les restrictions du moment apportées à son entourage. Cela l’avait emmené à dire au Président Abdoulaye WADE que nous étions le seul intermédiaire agréé dans leurs relations.
Cette forte confiance est antérieure à l’accès de Maître WADE à la magistrature suprême car lorsqu’il a fallu trouver un apaisement aux relations, un moment difficiles, avec le Président Abdou DIOUF, il a accepté que je réponde, en son nom, aux sollicitations de Feu Ousmane Tanor DIENG, alors Ministre d’Etat chargé des Affaires présidentielles, qui souhaitait une rencontre entre Serigne Cheikh et le Président DIOUF.
A la date fixée pour la rencontre, j’ai conduit seul Serigne Cheikh dans ma voiture au Palais présidentiel. Prenant conscience du poids de cette confiance, j’ai passé mon temps à implorer Allah pour que rien ne lui arrive pendant les trajets et l’audience avec le Président. Fort heureusement ma prière fut entendue.
Par la suite, lorsque Serigne Cheikh a décidé que la réconciliation devait aussi s’étendre aux membres de sa famille, il m’en a confié la charge. Ainsi j’ai eu à m’en acquitter avec la même discrétion pour accompagner Serigne Pape Malick ainsi que certains fils de Serigne Cheikh à l’audience avec le Président Abdou DIOUF.
Je me permets de parler de ces rencontres parmi la multitude de démarches confidentielles que Serigne Cheikh avait bien voulu me confier en raison du fait qu’elles ont été évoquées publiquement.
Les beaux et bons moments que nous avons passés avec cet Homme de Dieu resteront à jamais gravés dans notre mémoire et les leçons de vie que nous y avons tirées seront toujours une viatique précieuse dans nos actions quotidiennes. La sympathie qu’il avait pour nous était manifeste et il aimait l’exprimer publiquement lors des manifestations religieuses avec cette appellation affectueuse et respectueuse en notre endroit : « Thierno Madické ».

Prières à l’endroit de Serigne Cheikh

C’est pourquoi nous nous sommes fait un devoir de lui réserver régulièrement et notre vie durant des prières ferventes pour que la félicité et la proximité divines lui soient accordées, ainsi qu’à ses parents et ses proches, pour l’immense œuvre qu’il a accomplie sur terre. Dans ces prières nous associons évidemment Serigne Abdoul Aziz Sy Junior et Serigne Pape Malick SY témoins et vivificateurs des relations privilégiées que, par la Grace d’Allah, nous entretenions avec Serigne Cheikh.
Je prie aussi pour que la Famille biologique et spirituelle de Serigne Cheikh Tidiane SY, ALMAKTOUM, puisse continuer son oeuvre titanesque au service d’Allah. Nous sommes confiants qu’elle dispose, en son sein, de toute la culture et de toutes les clefs mystiques qui lui permettront de réussir cette noble mission.

Maître Madicke NIANG