Accueil Actualités Géopolitique : Quelle place pour l’Afrique dans l’après Covid-19

Géopolitique : Quelle place pour l’Afrique dans l’après Covid-19

Afrique

Après le coronavirus, est-ce le grand bazar qui va s’instaurer dans le monde ? L’Afrique se prévaudra-t-elle d’une place de choix ou se fera-elle l’excuse de se requinquer à souhait dans un monde où les puissances ne cessent de rivaliser de supériorité ? A toutes ces questions, il nous revient d’en apporter des éléments de réponse .Mais la remarque qui saute aux yeux du monde d’emblée, est que cette Afrique jadis reléguée au  dernier plan, apparait  aujourd’hui comme une « puissance » face aux autres puissances. L’énigme n’est pas encore décryptée du côté hexagonal. Ce qui  donne à penser que le continent noir a tout à gagner si tant est que ses dirigeants consentent à relever le défi de l’après coronavirus.

Généralement, l’ordre mondial est toujours  défini après les grandes guerres à l’instar de la première et seconde guerre mondiale.

Quand bien même, la pandémie à coronavirus est assimilable à une « guerre » surtout qu’elle touche presque ce qu’il y a de plus important à savoir les systèmes de santé du monde avec à la clé des milliers et des milliers de morts.

En effet, après chaque guerre, l’ordre mondial se forme sur un nouveau paradigme. A ce jour, l’Afrique comptabilise 163072 cas confirmés au coronavirus,70 545 patients guéris et 4608 décédés de la Covid-19.

Comparé aux seuls Etats-Unis qui ne représentent que l’iceberg de l’hexagone  et totalisant 1901783 cas confirmés à la Covid-19, 688670 guéris et 109142 décédés, l’on se rend compte que l’Afrique  continue de résister à la pandémie de façon spectaculaire .

Les occidentaux et l’Organisation Mondiale de la Santé ainsi que l’Organisation des Nations Unies ont avancé d’étranges prévisions  sur des millions de morts de la Covid-19 en ce qui concerne le continent noir.

Mais jusqu’ici, ils n’ont pas  encore vu leurs prévisions se matérialiser. Même s’il est trop tôt de présager d’un bilan qui soit moins impacté pour l’Afrique, il reste que les théoriciens les plus audacieux  réfléchissent sur un nouvel ordre mondial.

Un changement de paradigme à l’échelle mondiale où l’Afrique qui n’aura rien perdu de sa bonne carapace à la fois économique, politique, culturelle, religieuse et sociale, se doit de comprendre que le développement d’un pays n’est pas seulement fonction de développement économique.

Mais il ya plus que cela, c’est-à-dire le développement économique assorti d’une humanité ancrée. L’hexagone recherche toujours les véritables causes qui épargnent toujours l’Afrique de l’hécatombe induite par la pandémie sans arriver à se l’expliquer.

Surtout pour un continent qui a connu plusieurs avatars qui ont pour noms : esclavage, colonisation, tous sanctionnés par le Congrès de Berlin qui a présidé au partage systématique du continent noir entre puissances par le passé.

C’est ce continent là qui caporalise l’attention du monde en raison de sa capacité à résister à la pandémie là où les grandes puissances tremblent comme des feuilles  prises sous l’emprise d’un tourbillon de vent.

Si le pire scénario se réalise, les dommages dans l’économie mondiale post-coronavirus représenteront 5% de l’économie mondiale d’après certains spécialistes.

Mais l’Afrique a tout à y gagner avec une réelle volonté politique de ses dirigeants dont la plupart ne peuvent rien faire en dehors de l’hexagone.

Ainsi, malgré la vétusté de ses systèmes de santé, l’Afrique a surtout été sauvée par ces « matières grises »  dans le domaine de la médecine.

Et Dieu est juste puisque cette floraison de facteurs précités en faveur de l’Afrique est presque inexistante à l’hexagone. La place de l’Afrique dans l’après coronavirus chante des lendemains meilleurs. Et Sénégal7 est à l’étude d’un grand dossier consacré à cet effet.

Assane SEYE-Senegal7

 

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Oldest
Newest Most Voted
Inline Feedbacks
View all comments