Accueil Actualités Gestion de la Covid-19 : Des « tueurs à gage » menacent d’en finir...

Gestion de la Covid-19 : Des « tueurs à gage » menacent d’en finir avec Aida Mbodj !

Sénégal

Sous l’ère de la Covid-19 où les sénégalais se débattent  avec véhémence pour échapper à la pandémie à coronavirus, une autre donne s’invite à l’adversité. Il s’agit des menaces de mort à l’encontre d’opposants. C’est bien le cas  de la député Aida Mbodj. Son seul tort pourtant est qu’elle a voulu faire son travail de parlementaire dans le cadre de la gestion de la Covid-19 par le Gouvernement. Des forces tapies dans l’ombre la menaceraient de mort pour empêcher la manifestation de la vérité autour de la gestion de Force-Covid-19.

La survenance de la pandémie à coronavirus dans notre pays avait suscité un élan de solidarité national et une union sacrée entre Sénégalais.

Le président de la République avait fait appel à ses compatriotes et aux entreprises étrangères présentes dans notre pays pour un fonds de solidarité d’un montant de 1000 milliards FCFA.

Plus d’un mois après la mise en place du programme de résilience économique et sociale, par le biais d’un communiqué du ministère des Finances et du Budget, le montant de 1000 milliards FCFA projeté pour venir à bout du programme de résilience économique par le président de la République  a été prestement bouclé.

Il est vrai que l’aide alimentaire allouée par le Chef de l’Etat à l’endroit des Sénégalais impactés par la maladie est distribuée en fonction du registre national unique (Rnu),même si les statistiques de ce Rnu ne renseignent pas de façon drastique sur le nombre de  sénégalais démunis dans tout le pays.

Car  la plupart de nos compatriotes qui ont le gousset vide ont été zappés au profit de sénégalais moyens. Mais cela n’empêche pas à Mansour Faye ministre du Développement Communautaire, de l’Equité Sociale et territoriale de continuer à satisfaire à la demande des populations impactées.

Mais ce qui a révulsé les Sénégalais au plus haut point, c’est le fait que la gestion de la Covid-19 puisse susciter de menaces de mort à l’encontre de certains opposants.

C’est bien le cas de la député Aida Mbodj que l’on demande de cesser d’attaquer le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr ou alors on lui ôte la vie.

Pas plus qu’hier, on a placé le journaliste Cheikh Yerim Seck  sous contrôle judicaire relativement aux accusations qu’il aurait porté à l’endroit de la gendarmerie qui avait procédé à la perquisition de la famille Farès à Dakar.

Combien y a-t-il de cas de prévarications  non élucidés par la justice car ne rencontrant pas l’adhésion des plus hautes autorités du pays ? A l’évidence, il y aurait une dangereuse mafia qui menacerait les intérêts des Sénégalais dans le cadre de la gestion de la Covid-19.

Et Aida Mbodj est la première personnalité publique placée dans le viseur de ces « tueurs à gages » que la justice serait bien capable d’identifier par le traçage des appels téléphoniques.

Pour l’heure,tous les sénégalais  seraient  en danger de mort puisque des « tueurs à gage » qui rouleraient pour le pouvoir sont au boulot !

Assane SEYE-Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici