Grâce Présidentielle : Moustapha Diakhaté charge encore son camp

0

Devenu depuis quelque temps la « tête brûlée » de leur camp,l’ancien conseiller du président Sall multiplie son anti conformisme par rapport à ses frères apéristes. Sur la grâce accordée à 426 détenus à l’occasion de la fête de l’Aïd-el-Kebir, Moustapha Diakhaté a surtout été révulsé par la position tranchée du garde des sceaux pour qui le chef de l’Etat «n’a pas jugé nécessaire de faire bénéficier de cette mesure de grâce aux auteurs d’infractions récurrentes comme le vol de bétail, le viol, ainsi que certains crimes liés à l’environnement ».

Dans une tribune postée sur les réseaux sociaux, l’ancien président du groupe parlementaire Benno Bok Yakaar rappelle les dispositions de l’article 47 de la Constitution qui dispose que «Le Président de la République a droit de grâce.»«Contrairement à la précision des services du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, excluant les condamnés pour vol de bétail, viol et autres crimes liés à l’environnement, tout condamné à une peine définitive peut bénéficier de la grâce présidentielle. Cette disposition de la loi fondamentale relative à la grâce présidentielle n’introduit aucune discrimination basée sur les délits ou infractions commis par le prisonnier. Elle n’exclut aucun condamné de la grâce présidentielle», a-t-il précisé dans son texte. Résultat, Moustapha Diakhaté déclare que le Ministre de la Justice a «introduit une inégalité des citoyens devant la constitution, ce qui est contraire aux principes fondateurs de la République». Car, précise l’ancien député : «Aucune volonté politique ne peut et ne doit se substituer aux normes constitutionnelles.»
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment