Accueil Actualités Guerre des mots : Qui croire finalement ?

Guerre des mots : Qui croire finalement ?

Le jeu de Ping-Pong continue. Ousmane Sonko et Mansour Faye ne se ménagent plus et les coups volent parfois très bas. Dans cette affaire on ne s’embarrasse pas de la moindre courtoisie. L’objectif est simple détruire l’adversaire. Qu’importe les moyens tant qu’ils aident à remporter la manche. Comme un feuilleton à multiples  rebondissements, le duel tient en haleine une opinion publique friande de ces petites querelles qui animent les séances de thés dans les chaumières. Depuis la sortie de Mansour Faye accusant Sonko de l’avoir supplié pour qu’il plaide en sa faveur auprès de Macky Sall, on ne retient plus les coups dans les deux camps. Ousmane Sonko a vite réagi pour démentir cette déclaration, « Mansour Faye a menti, froidement. Cet homme, en plus d’être l’un des principaux acteurs de la gestion sombre et vicieuse de son beau frère, est le plus grand menteur que le Sénégal ait jamais vu naître. Face à lui, Pinocchio serait un nain, sauf qu’à la place du nez de ce dernier, nous avons les fleuves de sueur de Mansour », avait martelé Ousmane Sonko. Des propos jugés offensants par le maire de Saint-Louis qui avait juré de ne pas se se laisser « insulter publiquement par un gosse »… Le ministre va joindre l’acte à la parole en brandissant l’existence de ce fameux enregistrement sonore en invitant Sonko à lui donner son aval pour sa publication. Il aura le feu vert du leader du Pastef. Après quelques atermoiements, le « sniper en chef » du régime, Yakham Mbaye, entre en jeu et étale le fameux enregistrement sonore sur la place publique. Ousmane Sonko va prendre la balle au rebond et repart à la charge, « c’est moi qui ai fait l’audio et l’ai envoyé à Serigne Cheikh. C’était un piège que je leur ai tendu. Je visais deux choses : informer sur la date de cet entretien qui avait eu lieu en 2013 et faire savoir que je l’avais accepté en tant que secrétaire général honoraire du syndicat des impôts et domaines », déclare-t-il avant d’ajouter « ce que Mansour a dit n’était pas vrai. Je n’ai jamais dit que je n’ai jamais rencontré Mansour Faye. Ils veulent faire croire aux Sénégalais que je joue un double jeu avec le pouvoir » avant de jurer pour prouver sa bonne foi, « Bilahi, Walahi, Tallahi.. si je mens, que Dieu m’envoie en enfer… « …Qui croire finalement ?

Mbissane TINE-Senegal7

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici