L'Actualité en Temps Réel

Guerre en Ukraine: Zelensky parle de génocide à Boutcha, Poutine nie toute implication

Au 40e jour de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ce lundi 4 avril, c’est l’indignation qui domine après la découverte de scènes laissant penser à des crimes de guerre dans les zones libérés après le départ des forces russes. 

Les images montrant des dizaines de cadavres de civils, certains les mains liées dans le dos, dans les rues de Boutcha ont saisi d’effroi la communauté internationale. Depuis leur diffusion samedi 3 avril, et les témoignages de survivants qui les accompagnent, les réactions indignées affluent de toutes parts pour dénoncer des « crimes de guerre ».

« Les images qui nous parviennent de Boutcha sont insoutenables », s’est ainsi ému le président français Emmanuel Macron sur Twitter. « C’est comme un coup de poings dans le ventre », estime pour sa part le chef de la diplomatie américaine Anthony Blinken. L’Otan parle quant à elle d’actes « horribles » et « absolument inacceptables ». Se disant « profondément choqué », le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres juge pour sa part « essentiel qu’une enquête indépendante permette de faire rendre des comptes » aux responsables.

Une enquête que réclame également le Premier ministre britannique Boris Johnson. « Les attaques abjectes de la Russie contre des civils innocents à Irpin et Boutcha sont des preuves supplémentaires que Poutine et son armée commettent des crimes de guerre en Ukraine », a-t-il déclaré dans un communiqué. Le président du Conseil européen, Charles Michel, a pour sa part annoncé que l’UE allait « aider l’Ukraine et des ONG à rassembler les preuves nécessaires pour des poursuites devant les cours internationales ». Pour cela, « les organisations internationales doivent avoir accès à la région pour documenter ces atrocités et rassembler des preuves », souligne le chancelier allemand Olaf Scholz, notre notre source.

Assane SEYE-Senegal7