Accueil Actualités Guinée : La démocratie piétinée

Guinée : La démocratie piétinée

Young people block the road as they protest against a possible third term of President Alpha Conde on October 16, 2019, in Conakry. - A Guinea court on October 16, 2019, suspended the trial of eight opposition leaders accused of organising protests against President Alpha Conde, as fresh rioting broke out in the capital Conakry. The opposition says at least 10 people have died in three days of deadly clashes during opposition protests against Conde's push for constitutional reforms that critics say aim at letting him to run for a third term. (Photo by CELLOU BINANI / AFP)

Depuis l’arrivée d’Alpha Condé au pouvoir, ce n’est pas seulement l’alternance qui est piégée, mais la démocratie dans ce pays de l’Afrique de l’Ouest frontalier avec le Sénégal.

L’histoire a retenu que le règne de Condé a plus donné un sacré coup à la démocratie guinéenne. Les opposants, dont Cellou Dalein Diallo, n’ont plus aucun droit. Ils subissent tous les jours les primates d’un régime jugé autoritaire.

En ce sens, Condé est accusé de ne jamais avoir d’ambition pour son pays, mais, une immense ambition pour sa personne. Celle-ci, qui fait que l’on se croit homme providentiel, à la limite irremplaçable ; d’où cette quête du 3e mandat, et peut-être même d’un quatrième.

Un mandat de trop

Ce qui a de plus mis le feu aux poudres en Guinée, n’est autre que le tripatouillage de la constitution pour un troisième mandat.

Pour y arriver, Alpha a marcher sur des cadavres. Car, aujourd’hui, combien de guinéens sont tués lors des manifestations contre ce fameux troisième mandat. Ils sont nombreux et à cela s’ajoute la dizaine de manifestants tués entre mardi et mercredi lors des affrontements avec les forces de l’ordre pour dire non à ce qu’ils appellent comme une fraude massive au sortir de la présidentielle du 18 octobre 2020.

Au regard de son âge avancé, Alpha Condé traine les défauts de cette gouvernance anachronique des années 1960-1970, avec les présidents à vie, alors que nous avons changé de génération et même de siècle.

Depuis, l’évènement de Condé, la Guinée s’est illustré dans un cycle diabolique de crise politique. Cellou Dalein Diallo, le principal opposant, ne fait que subir les coups du régime en place.

Ce qui a rendu le pays très fragile à cause du clivage ethnique entretenu et attisé par des politiciens entrepreneurs identitaires. Si Cellou Dalein gagne cette année, c’est parce qu’il sera sorti du piège identitaire dans lequel l’avaient enfermé ses partisans et Alpha Condé en 2010 en le faisant apparaître plus comme un chef de clan plutôt qu’un futur chef d’Etat. Selon notre confrère, Yoro Dia, «Condé a gagné en 2010 en instrumentalisant la peur d’une double hégémonie peule (économique et politique) et Cellou Diallo, qui était en plein péché d’orgueil, n’avait rien fait pour déconstruire cette peur. Résultat : Condé transforma le 2e tour en un référendum sur l’hégémonie peule et gagna les élections».

A l’image de ses devantiers au pouvoir, les dix ans passés aux affaires ne lui sont pas suffisants pour changer le pays. Il est en quête d’un troisième mandat qui est toujours un mandat. En Guinée, l’histoire semble donner raison à tous ceux qui croient dure comme fer que les présidents meurent au pouvoir.

Car, selon toujours le journaliste : «Sékou Touré, paranoïaque comme Staline, cherchait des complots partout. S’il n’en trouvait pas, il les créait. Le Général Lansana Conté fut un accident, mais aussi une longue parenthèse d’immobilisme avant l’intermède du Dadis Show, qui annonça le film Condé qui, comme les mauvais films, sont interminables».

Pape Alassane Mboup

10 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici