Homosexualité, 3e mandat, sentiment d’injustice : Ces maux qui ont perdu Macky Sall

Après le scrutin législatif de dimanche dernier, les sénégalais pour la plupart ont  livré leurs impressions. Pour certains analystes politiques de la place, les résultats du scrutin ne semblent pas une surprise. Sachant que le Président Macky Sall et son régime fonçaient droit sur le mur. Leurs résultats étaient prévisibles. Et lors des élections locales, le peuple avait lancé un signal fort qu’ils ne semblaient pas percevoir.

Au lieu de satisfaire la demande du peuple, Macky se concentre sur Sonko

Ainsi, au lieu de satisfaire la demande  du peuple, Macky a plutôt concentré son énergie contre son principal opposant en l’occurrence, Ousmane Sonko. Ceci l’a finalement perdu et l’a conduit vers l’abîme. L’affaire Adji Sarr a tenu en haleine tout le monde à côté des vraies priorités. Avec ces signes qui sont de plus en plus désastreux au vu des résultats provisoires du scrutin législatif,il est légitime de se poser la question à savoir quant à l’avenir de ce régime.

L’homosexualité ou la loi qui a coulé le Bby dans les cités religieuses

Au début, la lutte contre l’homosexualité était juste une affaire anodine que des gens accusés de lobbyistes avaient portée pour faire pression sur le régime. Mais que nenni puisque dasn la démarche, le Khalifes généraux, les dignitaires de l’Eglise, les autorités coutumières et une écrasante majorité  du peuple sénégalais ont adhéré à ce combat et avaient exigé le vote de la proposition de loi criminalisant l’homosexualité. Malheureusement, le bureau de l’assemblée nationale va donc rejeter cette proposition et le parti au pouvoir va contre-attaquer au sortir des élections locales en taxant les dignitaires qui avaient porté la proposition de loi de maîtres-chanteurs. Effet boule de neige, à Touba, Tivaouane, Kaolack, Ndiassane, Médina ,tous ces foyers religieux ont  tourné le dos à Benno Bokk Yaakaar (Bby).Et l’emprisonnement de Cheikh Oumar Diagne, réputé dans la lutte contre la communauté LGBT, pour une diffamation dont le plaignant, le député Djibril War, a soutenu contre les membres du collectif And Samm Jykko Yi des mots beaucoup plus vulgaires.(…).

Troisième mandat, une phobie des sénégalais

Il est difficile de nier au Président Macky Sall son ambition de briguer un troisième mandat au vu des actes qu’il pose. Au lendemain de son élection pour son second mandat, le chef de l’Etat avait donné des instructions aux membres de la mouvance  les interdisant de se prononcer sur « son » mandat. Pourtant, il ne sanctionne que ceux qui défendent son impossibilité de briguer un troisième mandat. A travers les résultats des urnes, le peuple sénégalais vient donc de lui lancer un avertissement. Malheureusement, l’actuel chef de l’Etat semble s’agripper au pouvoir. Cette ambition non avouée a mis dos au mur tous ses leaders politiques qui ne parviennent plus à trouver les mots pour dire le contraire. Le Président Macky oublie qu’un mandat de trop est devenu la chose la plus crainte au Sénégal.

Macky Sall  soupçonnés d’éliminer ses  adversaires politiques

Outre le troisième mandat, le chef de l’Etat semble en voulant à tout prix éliminer son principal opposant, à violer les règles élémentaires d’un chef de l’Etat.Il faut savoir que les actes  que le régime pose ont révolté une bonne partie de la  population qui accuse le régime d’utiliser la justice comme bras armé pour de l’exécutif pour réprimer les opposants. Malgré les messages lancés à l’endroit du chef de l’Etat, Macky persiste dans les menaces, renseigne le mandat.

Assane SEYE-Senegal7