Accueil Actualités Idrissa Seck : En phénix, va-t-il renaître de ses cendres ?

Idrissa Seck : En phénix, va-t-il renaître de ses cendres ?

Son étoile a considérablement pâli, notamment avec l’entrée de son parti dans le Gouvernement. Idrissa Seck a décidé de rejoindre Macky Sall pour le compte du pays, c’est un devoir de construction du pays », a-t-il tenu à préciser. Cependant, son acte risque de l’éteindre à jamais politiquement. Va-t-il renaître de ses cendres, comme le phénix ?

 Un avenir politique compromis ?

 Son étoile a considérablement pâli, notamment avec l’entrée de son parti dans le Gouvernement. Même si Idrissa Seck et son parti croient dur comme fer en leur  destin présidentiel. Ils joueront leur va-tout en 2024. Car, des rumeurs font état que le pari de Macky Sall hors course en 2024 est de faire de l’actuel Président du CESE, le 5e Président du Sénégal.

En effet, sorti vaincu à la dernière Présidentielle du 24 février 2019, l’ancien Premier ministre d’Abdoulaye Wade espère faire un come-back en 2024. Ainsi, bien rares sont ceux qui lui prédisent la capacité d’être élu à la tête de l’État après un troisième échec successif (après ceux de 2007 et 2012), et alors qu’une nouvelle génération de leaders politiques se presse déjà à la porte.

« Idrissa Seck n’a plus la capacité de peser seul. Aux législatives de 2017, il en était réduit à se diluer au sein d’une coalition de l’opposition qui n’a réuni que 11 % des suffrages. Idy se rêvait numéro un : il est devenu numéro zéro .

Un deal fatal ?

Idrissa Seck en est conscient que les Sénégalais n’accordent aucun crédit à son retournement de veste lui qui ne cessait de pilonner l’actuel chef de l’Etat, le qualifiant d’incompétent pour diriger le pays.

Aujourd’hui, nombreux sont ceux qui sont restés abasourdis suite à l’acte posé par celui qui se passait comme le 4e Président du Sénégal.

Se rendant compte de la réalité, disait-il disait au sortir de la Présidentielle de 2012 : «nous sommes fatigués, nous souffrons, nous nous sommes trompés en 2012… Cette fois-ci, nous ne voulons pas d’un président par défaut ! »

Idrissa Seck que Wade caricature de politicien «futé», parce que son croyant être plus «malin» que tout, a compromis ses chances sous l’autel de compromissions.   Ce, au regard des critiques acerbes qui ont suivi sa déclaration de rejoindre le camp présidentiel avec sa nomination à la présidence du CESE.

Tel un phénix

Du fait que la politique a ses réalités parce que pleine de surprise, l’ancien Maire de Thiès, pourrait rebondir. Comme le phœnix, il pourra renaître de ses cendres. Car, sous la grâce de Macky Sall qui dit ne trouver aucun de ses proches capable de le succéder, Idrissa Seck pourrait ainsi se voir être désigné par la coalition Présidentielle pour conduire la candidature à la présidentielle de 2024, si élection y aura. Car, aujourd’hui, les autorités étatiques sont mus par des calculs politiciens au point de ne plus se soucier du calendrier républicain. Comme en attestent les tergiversations qui ont fini de compromettre la tenue des élections Locales, reportées à maintes reprises. Demain, il fera jour.

Pape Alassane Mboup-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici