L'Actualité en Temps Réel

Imam Dicko aux Maliens :  » C’est le moment de montrer que nous sommes un peuple digne »

0
Les sanctions infligées par la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au Mali, continuent de susciter des réactions. Déjà plusieurs voix se sont élevées pour décrier cette décision. Parmi lesquelles, celles des chanteurs Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly. Dans ce lot de réactions, celle du célèbre  imam Mahmoud Dicko . Il déplore la décision prise par l’instance sous-régionale en la qualifiant d’  » injuste’ pour l’ensemble des Maliens : « C’est avec le cœur meurtri que je viens délivrer un message car notre pays traverse une situation très difficile. Je le dis clairement, le peuple du Mali ne mérite pas ces sanctions de la CEDEAO. Notre pays et notre peuple ont assez donné, il y a eu énormément de souffrance. Depuis des décennies nous traversons  des situations très difficiles. J’ai toujours imploré l’indulgence et la compréhension de la communauté internationale face à la crise que nous traversons. Nous traversons une crise multidimensionnelle qui mérite une attention particulière. « 

Dans cette épreuve, l’imam Dicko a incité les Maliens et notamment les jeunes à toujours rester la tête haute :  » Nous sommes aujourd’hui face à notre destin, c’est le moment de montrer que nous sommes un peuple digne. Quelles que soient les sanctions que l’on nous inflige, on doit montrer que rien ne peut nous ébranler. Il ne faut pas que cette crise face en sorte que nous renonçons à ces valeurs qui sont les nôtres.  » Pour rappel, les chefs d’Etat de la CEDEAO avaient sanctionné lourdement le Mali.

Des sanctions qui interviennent après l’incapacité des autorités maliennes de tenir des élections en février 2022. A la place, la junte au pouvoir avait proposé une transition pouvant aller jusqu’à 5 ans, une proposition inacceptable pour la CEDEAO.

Parmi elles :

  • la fermeture des frontières entre le Mali et les pays membres de la Cédéao,
  • le gel des actifs maliens au sein de la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest,
  • la suspension des transactions sauf pour les produits de première nécessité et pharmaceutiques.
  • coupure des aides financières
  • rappel des ambassadeurs des pays membres au Mali.

Diaraf DIOUF Senegal7

laissez un commentaire