Accueil Actualités Imam Mahmoud Dicko : « les militaires n’ont pas carte blanche »

Imam Mahmoud Dicko : « les militaires n’ont pas carte blanche »

L’imam Mahmoud Dicko qui a été la figure principale de la lutte contre le régime d’Ibrahim Boubacar Keita ne va pas dormir sur ses lauriers. Il a mis en garde la junte à l’origine de la chute du désormais ancien Président malien, »j’ai demandé à tout le monde de se réunir autour du Mali. Je le demande toujours mais cela ne veut pas dire que les militaires ont carte blanche », a déclaré l’Imam Dicko. La junte au pouvoir envisage de mener une transition de trois ans ce qui n’emporte pas l’adhésion de la cedeao. L’organisation sous régionale prône une transition militaire d’un an.

Mbissane TINE-Senegal7

3 Commentaires

  1. […] L’Imam Dicko, figure de proue de la contestation anti-Ibrahima Boubacar Keita, a critiqué les sanctions de la CEDEAO au lendemain du coup d’état, « nous sommes un peuple, et sanctionner le peuple, vraiment c’est lui faire du tort. Le peuple n’est pas responsable de ce qui est arrivé. Maintenant les dirigeants de la Cédéao sont des gens responsables, ils ont des textes, ils sont obligés de les appliquer. Le Mali a souscrit à la Cédéao, nous avons accepté les termes qui dirigent cette organisation mais ça ne peut pas s’appliquer aux autres et ne pas s’appliquer à nous », a déclaré l’Imam sur la Rfi. L’Imam Dicko s’est également prononcé sur la transition. Il a plaidé pour une grande concertation au préalable, « je crois qu’il faut faire une concertation de toutes les forces vives de la Nation pour dégager quelque chose qui va certainement faciliter la mise en œuvre de l’État qui est depuis très longtemps arrêté ». Quid de la durée de la transition ? « il ne sert à rien vraiment de s’éterniser dans une transition. Il faut quand même qu’on trouve un moyen pour sortir de cette situation vite. De mon point de vue trois ans, c’est trop. Moi je voyais ça peut être… dix-huit mois, quelque chose de raisonnable ou sinon moins. Mais trois ans, c’est trop de mon point de vue. Je crois que vu les circonstances, vu le contexte dans lequel nous sommes, je pense qu’il faut donner ça à un civil consensuel », a affirmé l’Imam Dicko. […]

  2. […] L’Imam Dicko, figure de proue de la contestation anti-Ibrahima Boubacar Keita, a critiqué les sanctions de la CEDEAO au lendemain du coup d’état, « nous sommes un peuple, et sanctionner le peuple, vraiment c’est lui faire du tort. Le peuple n’est pas responsable de ce qui est arrivé. Maintenant les dirigeants de la Cédéao sont des gens responsables, ils ont des textes, ils sont obligés de les appliquer. Le Mali a souscrit à la Cédéao, nous avons accepté les termes qui dirigent cette organisation mais ça ne peut pas s’appliquer aux autres et ne pas s’appliquer à nous », a déclaré l’Imam sur la Rfi. L’Imam Dicko s’est également prononcé sur la transition. Il a plaidé pour une grande concertation au préalable, « je crois qu’il faut faire une concertation de toutes les forces vives de la Nation pour dégager quelque chose qui va certainement faciliter la mise en œuvre de l’État qui est depuis très longtemps arrêté ». Quid de la durée de la transition ? « il ne sert à rien vraiment de s’éterniser dans une transition. Il faut quand même qu’on trouve un moyen pour sortir de cette situation vite. De mon point de vue trois ans, c’est trop. Moi je voyais ça peut être… dix-huit mois, quelque chose de raisonnable ou sinon moins. Mais trois ans, c’est trop de mon point de vue. Je crois que vu les circonstances, vu le contexte dans lequel nous sommes, je pense qu’il faut donner ça à un civil consensuel », a affirmé l’Imam Dicko. […]

  3. […] L’Imam Dicko, figure de proue de la contestation anti-Ibrahima Boubacar Keita, a critiqué les sanctions de la CEDEAO au lendemain du coup d’état, « nous sommes un peuple, et sanctionner le peuple, vraiment c’est lui faire du tort. Le peuple n’est pas responsable de ce qui est arrivé. Maintenant les dirigeants de la Cédéao sont des gens responsables, ils ont des textes, ils sont obligés de les appliquer. Le Mali a souscrit à la Cédéao, nous avons accepté les termes qui dirigent cette organisation mais ça ne peut pas s’appliquer aux autres et ne pas s’appliquer à nous », a déclaré l’Imam sur la Rfi. L’Imam Dicko s’est également prononcé sur la transition. Il a plaidé pour une grande concertation au préalable, « je crois qu’il faut faire une concertation de toutes les forces vives de la Nation pour dégager quelque chose qui va certainement faciliter la mise en œuvre de l’État qui est depuis très longtemps arrêté ». Quid de la durée de la transition ? « il ne sert à rien vraiment de s’éterniser dans une transition. Il faut quand même qu’on trouve un moyen pour sortir de cette situation vite. De mon point de vue trois ans, c’est trop. Moi je voyais ça peut être… dix-huit mois, quelque chose de raisonnable ou sinon moins. Mais trois ans, c’est trop de mon point de vue. Je crois que vu les circonstances, vu le contexte dans lequel nous sommes, je pense qu’il faut donner ça à un civil consensuel », a affirmé l’Imam Dicko. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici