Accueil Actualités Impressions émission Jakaarlo bi de TFM du 25 novembre 2016

Impressions émission Jakaarlo bi de TFM du 25 novembre 2016

Suite à la série de meurtres qui a secoué la capitale sénégalaise et au débat relatif au retour de la peine de mort qui serait la solution, selon certains, pour juguler la recrudescence de la violence, l’animateur de l’émission a choisi de débattre sur l’opportunité ou non de faire un come-back sur la peine de mort.

La première réaction est celle de l’Eglise catholique qui, par la voix de l’Abbé Théodore Mendy, clame haut et fort que la vie appartient à Dieu par conséquent, l’Eglise ne saurait cautionner la peine de mort.

L’imam Kanté de préciser que s’il s’agissait d’appliquer la charia cela poserait beaucoup de problèmes car l’application de cette Loi est très complexe. D’ailleurs, renseigne-t-il, la charia prévoit le pardon.

L’Honorable député Seydina Fall alias Boughazelli, partisan du retour de la peine et auteur d’un projet de loi dans ce sens est catégorique : « celui qui tue doit être tué ». Selon lui, ceux qui militent contre son idée n’ont pas encore perdu un membre de leur famille dans de telles circonstances.

Il sera vite rectifié par le Pr. Songane qui préconise la recherche des causes de cette violence meurtrière avant de décréter la ou les solutions.

Brèche qu’exploite le boute-en-train Charles Faye pour dire que depuis la tradition Abrahamique il est ordonné : « Tu ne tueras point ». Toujours selon lui, ce qui manque dans ce pays c’est l’amour et l’Etat a le devoir de rendre les Sénégalais moins malheureux. Il invite aussi les Sénégalais à une introspection et Charles de tacler le député en se demandant comment un député peut-il ignorer les Chartes et autres Conventions signées et ratifiées par notre pays qui font que la peine de mort ne peut plus prospérer dans notre pays ? Vous devinez la réaction du concerné.

Il ressort de ce débat que chacun doit prendre ses responsabilités si l’on veut vivre dans un Sénégal de paix et d’amour. Il faudra pour cela restaurer les valeurs car la déstructuration du mode de fonctionnement de la société, les inégalités sociales sont, entre autres, les causes profondes de cette flambée de violence.

L’exemple de la Suède a été donné, pays où une prison va fermer ses portes faute de prisonniers. Cela s’expliquerait par le fait que dans ce pays la politique sociale est très forte surtout en matière de sécurité sociale. Un exemple à copier par notre pays et qui serait une piste de solution.

La seconde partie de l’émission traitait de la pollution des alentours de l’usine SOTIBA (produits chimiques, produits venant des usines environnantes et déversées dans la mer…).

Tous ont reconnu la nécessité de protéger l’environnement et de développer des stratégies modernes de gestion de l’environnement sinon cela risque de se muer en problème de santé publique.

Senepeople.com

0 0 vote
Article Rating
S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments