Accueil Actualités Justice : Quand le Garde des Sceaux jette son département en pâture...

Justice : Quand le Garde des Sceaux jette son département en pâture !

justice

Le Garde des Sceaux est un juriste chevronné, respecté par ses pairs mais depuis qu’il a hérité du département de la Justice, les Sénégalais ont du mal à comprendre ce qu’il veut vraiment en faire. Après avoir laissé perdurer des séries de grèves du Syndicat de la Justice et dont les conséquences demeurent  néfastes pour les Sénégalais, il ouvre deux autres fronts qui risquent de le perdre. Notamment, les affaires Ngor Diop et Souleymane Teliko. Le danger qui guette le Chef de l’Etat, c’est qu’il risque de remettre en cause tous les acquis démocratiques qu’il a eu à engranger jusqu’ici.

Un va-t-en guerre qui fonce tête baissée, c’est cette posture qu’offre présentement le Garde des Sceaux ministre de la Justice, Me Malick Sall. En effet depuis qu’il préside aux destinées de ce département stratégique, les problèmes s’accumulent.

La toute-puissance publique dont il se prévaut n’est pas compatible aux principes démocratiques dont l’élégance en est une composante essentielle. Il est vrai qu’aucun sénégalais ne voudrait d’un gouvernement des juges.

Car, cela risque d’avoir des conséquences fâcheuses dans la bonne marche de notre démocratie. Mais en analysant la démarche de Me Sall,l’on se rend compte qu’il devient plus le problème que la solution du département stratégique qui lui est confié.

Pendant plusieurs mois, le Syndicat des travailleurs de la Justice a battu le macadam sans avoir une once de reconnaissance de sa part. Il aura fallu que les sénégalais s’en lassent pour qu’il consent enfin leur tendre une oreille.

Conséquences, des centaines d’élèves privés de leur état-civil détenus par les greffiers n’ont pu passer leurs examens et concours. S’ensuit l’affaire Ngor Diop à Podor et celle du juge Teliko. Des juges  victimes de la tutelle qui tente de leur tordre le bras pour les mettre au pas ou  alors les obliger à « violer » la loi pour des raisons contingentes.

Les Sénégalais soupçonneraient même que Me Sall soit diligenté pour couvrir l’éventuel 3e mandat du Chef de l’Etat qui fait déjà l’objet de contestation de la part de l’opinion publique.

Si tant est que Me Sall accumule plus de problèmes qu’il n’en résout au sein de son département, il ne rend plus service ni au Chef de l’Etat qui l’a nommé à ce poste, encore moins aux sénégalais pour qui il travaille.

La question aujourd’hui qui taraude l’esprit des sénégalais, c’est comment un juriste de sa trempe accepte-t-il de jeter en pâture ce département stratégique qui lui est confié alors que tout le monde fondait beaucoup d’espoir sur son magistère. De tout évidence, c’est le Chef de l’Etat qui risque d’en récolter les conséquences !

Assane SEYE-Senegal7

6 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici