La police Nationale partage ses « bonnes pratiques » avec les polices francophones

0

Le Sénégal, face aux « nouvelles menaces » qui guettent les pays sur le plan sécuritaire, est à l’avant-garde de leur prévention et de leur éradication avec la création de plusieurs structures dédiées à leur lutte, a expliqué, mercredi à Dakar, le directeur des études de l’Ecole nationale de police sénégalaise, le commissaire Moustapha Diouf.

Pour parer aux nouvelles menaces, « est née la cellule de lutte antiterroriste, le Comité interministériel de coordination des opérations antiterroristes (Cico) qui est également basée au ministère de l’Intérieur », a soutenu le commissaire Moustapha Diouf, à l’ouverture du 5e congrès du Réseau international francophone de formation policière (Francopol) qui s’achève ce 19 octobre.

Pour lui, « les enjeux et les défis » concernent surtout la lutte contre le terrorisme, « avec tout ce qui est lutte contre son financement, la radicalisation, la cybercriminalité, les risques liés à la gestion de la cybersécurité », sans oublier « la gestion des flux migratoires, surtout concernant l’immigration irrégulière ».

Par ailleurs pour la présidente de Francopol, la Française Sophie Hatt, l’objectif de ce congrès vise à « partager avec leurs partenaires sénégalais les bonnes pratiques de connaissances en matière de lutte contre le terrorisme, contre la criminalité organisée, contre le flux migratoire, … ».

Le Sénégal est un excellent élève. Dans le même temps que se tient le congrès de Francopol, se tient un exercice régional de lutte contre le terrorisme dans plusieurs pays et auquel a assisté le ministre de l’Intérieur sénégalais et les directeurs généraux.

Il y a plus de 50 membres qui font partie de Francopol (écoles de police et de gendarmerie, directions, …). rapporte apa

Souleymane Sylla-senegal7

Leave a comment