Accueil Actualités La victoire de Ouattara contestée : la Côte d’Ivoire retombe...

La victoire de Ouattara contestée : la Côte d’Ivoire retombe dans l’instabilité

Le blocage politique préoccupe les chancelleries occidentales en Côte d’Ivoire. Etant rappelé que la proclamation de la victoire d’Alassane Ouattara à l’élection présidentielle pour un troisième mandat vivement contesté par l’opposition a été précédée de quelques heures par la création d’un Conseil national de transition, présidé par Henri Konan Bédié, cet ex-président ivoirien a ensuite été littéralement assigné à résidence, où une importante délégation diplomatique s’est rendue pour, selon Jeune Afrique, tenter de le persuader de « renoncer » à ce Conseil national de transition.

Ce magazine rappelle pourtant qu’au lendemain de l’élection présidentielle ivoirienne, le président français Emmanuel Macron « avait appelé Alassane Ouattara pour le pousser à adopter rapidement des mesures d’apaisement à l’endroit de ses opposants ».

Impasse battant en brèche la stabilité politique ivoirienne que « la Une » du quotidien Le Patriote illustre, ce journal proche du pouvoir affirmant en effet que Bédié « a perdu la face ».

Tandis qu’à l’inverse, celle du quotidien Le Nouveau Réveil assure que « Bédié est au travail » et que celle du journal Le Bélier, qui lui est tout aussi proche que Le Nouveau Réveil, souligne que le président Bédié est « déterminé ». (…).

De son côté, tout en appelant « en Une » les opposants politiques à être « sérieux », le journal gouvernemental Fraternité Matin admet que les acteurs politiques ivoiriens « finiron(t) par (s’)assoir pour discuter ».

« Et si la paix passait par Gbagbo ? », se demande « en Une » le quotidien Aujourd’hui. De son côté, le quotidien Le Temps, lui-aussi proche de l’ex-président de la République toujours « prisonnier » à Bruxelles, comme il se définit lui-même, souligne que Laurent Gbagbo demeure « fidèle à ses idéaux ».

Assane SEYE-Senegal7

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici