Accueil Actualités L’Amérique avant les États-Unis : Le mythe puritain

L’Amérique avant les États-Unis : Le mythe puritain

Né à la fin du XVIe siècle en Angleterre, le mouvement puritain a joué un rôle déterminant dans l’histoire des États-Unis. L’une des tâches de l’historien, et non des moindres, est de démêler ce qui tient de l’Histoire et ce qui relève des mythes. Avec les puritains, nous sommes au cœur de cette question. Leur simple mention évoque la naissance mythique des États-Unis, ce “pays de la liberté” rêvé par des hommes et des femmes persécutés en Europe pour leur foi. Louis   Frayss nous plonge ainsi au cœur d’une Amérique qui n’est pas encore devenue  les Etats-Unis par le biais de l’historien Bertrand Van Ruymbeke dans ses travaux l’Amérique avant les Etat-Unis. Immersion.

 Le mythe puritain est puissant, encore aujourd’hui. Que l’on songe au Mayflower, ce navire qui accoste en 1620 en Amérique, à l’emblématique fête de Thanksgiving ou aux Pilgrim Fathers, les “pères pèlerins”, les puritains figurent au panthéon du récit national américain. C’est pourtant dans l’ancien monde que le puritanisme émerge, sous le règne d’Elizabeth Ière, reine d’Angleterre de 1558 à 1603.

Si le royaume a basculé dans la Réforme sous le règne de Henri VIII (1509-1547), l’anglicanisme professé par l’Église d’Angleterre s’apparente à bien des égards à un compromis tant théologique que liturgique entre catholicisme et  protestantisme. Or ce compromis est insupportable pour un courant religieux qui apparaît au sein de l’Église d’Angleterre au XVIe siècle : les puritains.

La Cour et le haut clergé ne goûtent que très peu l’activisme des puritains. Harcelés par les autorités, certains rejoignent les Provinces-Unies calvinistes (actuels Pays-Bas). C’est parmi ces derniers que l’on trouve les futurs “pères pèlerins”. Après avoir passé un accord avec la Compagnie de Plymouth, ils embarquent en septembre 1620 à bord du Mayflower.

Avant de débarquer en Nouvelle-Angleterre, deux mois plus tard, 41 hommes de l’expédition rédigent et signent un document dans lequel ils s’engagent à former un gouvernement et à voter des lois. Ce texte, appelé Mayflower Compact, est souvent considéré comme le premier document de la démocratie américaine.

Pour Bertrand Van Ruymbeke, c’est quelque peu exagéré : D’un point de vue très pratique, les leaders puritains à bord du Mayflower veulent concentrer le pouvoir politique entre leurs mains et, possédant un sens prononcé de la communauté et de l’ordre, ils ne souhaitent pas débarquer sur ces terres inconnues, peut-être inhospitalières, sans s’être au préalable organisés.

” Une fois à terre, les colons fondent Plymouth, premier établissement puritain du nouveau monde. La population amérindienne locale a été décimée par les épidémies, mais la jeune colonie signe en 1621 un traité d’entraide avec le chef Massaoit, de la tribu des Wampanoags.

Plus au nord, la ville de Salem est fondée par une trentaine de colons, menés par un pasteur. Au même moment, en Angleterre, est crée la Compagnie de la baie de Massachusetts, dont s’emparent des investisseurs puritains menés par l’avocat John Winthrop (1588-1649).

En 1630, ce dernier quitte l’Europe avec 1.000 colons puritains et fonde Boston. Dans la décennie qui suit, quelque 13.000 puritains gagnent le Massachusetts ; c’est la “grande migration”.Cet idéal communautaire puritain sera défini avec éloquence par John Winthrop dans son célèbre sermon “Un modèle de charité chrétienne”, prononcé en 1630. Winthrop y insiste sur la nécessité absolue de l’unité des puritains.

“Cette unité chrétienne, note Bertrand Van Ruymbeke, permet non seulement une vie plus parfaite mais, pour des colons à la foi ardente sur le point de s’établir sur des terres éloignées de l’Angleterre où ils seront isolés de toute autre présence européenne, elle doit offrir un exemple.” “Nous devons nous considérer comme une cité sur la colline (a city upon a hill), affirme ainsi John Winthrop. Le regard de tout le monde se porte sur nous.”

Ce sermon, dans les siècles qui suivent, va connaître une immense postérité. Texte clé de la culture américaine, il a contribué à placer l’idéal puritain au cœur du récit national de la fondation des États-Unis.

Assane SEYE-Senbegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici