L'Actualité en Temps Réel

Le CC n’a pas attendu M. Camara pour se discréditer (Boubacar Sall)

Ainsi que tout le monde l’a constaté, lorsque le Pr Macky Sall procède à des nominations ou promotions pour certaines fonctions clés, il va chercher dans ce que le Sénégal compte de pire en matière d’éthique, de morale, d’incompétence, de droiture. Il va copter des transhumants, des traitres, des gestionnaires délinquants, des insulteurs, des ripoux, des tripatouilleurs de textes légaux.
La nomination de Mr Badio Camara comme Président du Conseil constitutionnel n’étonne pas grand monde. Certains observateurs avertis l’avaient d’ailleurs déjà prédit publiquement. Pour présider à la plus haute juridiction du pays, le Pr Macky Sall, fidèle à sa stratégie de promotion des anti-valeurs et des anti-modèles, ne pouvait que penser à un magistrat auquel aucun élève de droit ne voudrait ressembler un jour, un magistrat qui a déjà écrit les pages les plus sombres de la justice, un magistrat qui refuse de déclarer son patrimoine car probablement composé de biens mal acquis, un magistrat qui souille le droit sans cligner des yeux, un magistrat qui exécute sans réfléchir toute commande contre des adversaires politiques de son bienfaiteur.

Cependant, Mr Badio Camara peut-il rendre le Conseil constitutionnel plus ridicule qu’il ne l’est déjà ? En effet le Conseil constitutionnel n’a pas attendu Mr Camara pour oser parodier le droit à maintes reprises, pour oser statuer qu’une coalition peut désormais présenter une liste de suppléants uniquement, pour oser statuer qu’une liste majoritaire n’a plus besoin de suppléants pour être valable, pour oser placer la constitution en dessous de l’arrêt d’un ministre.

102 professeurs d’université en droit ont exprimé leur indignation face à ce je-m’en-foutisme des 7 sages aussi soumis qu’un chien ne l’est à son maître. Les constitutionnalistes et docteurs émérites en droit public sont scandalisés par l’injure à leur corps faite par ces 7 laquais. Les élèves de droit et les lycéens rient de la nullité assumée de ces 7 carriéristes.

Le Conseil constitutionnel, sous la présidence de Mr Pape Oumar Sakho, n’a eu aucune peine à repousser les frontières de l’ineptie juridique. Il n’a donc pas attendu d’être présidé par le pire des magistrats du Sénégal pour réussir cette prouesse. Mr Badio Camara vient juste terminer le sale boulot commencé par son prédécesseur, et repousser une nouvelle fois les limites du ridicule. Ce Conseil constitutionnel d’avant ou d’après le 1er Septembre 2022 validerait même une 10ème candidature de quiconque étant le signataire de leurs décrets de nomination, et capable de poser le coude sur leurs dossiers de déclaration de patrimoine.

Le problème de la 3ème candidature de Mr Macky Sall doit se régler et se règlera dans la rue. Ce n’est pas une question de droit puisque l’esprit et la lettre ne laissent aucune place au doute ou à une interprétation. Tous les défenseurs du OUI au référendum le savent, l’ont affirmé et défendu avec hargne avant 2019. Mais vu que ce sont les mêmes qui ont passé 10 années à ravaler leurs vomissures au quotidien, siroter un dégueuli de plus pour sauver leur peau après 2024 ne doit étonner personne.

Inutile de perdre du temps dans des débats de droit avec des responsables qui ont opté pour le « niaka djom », des responsables qui considèrent que tout ce qui est dit et volé dans le cadre de la politique n’est pas pris en compte par Allah SWT. Ils n’ont qu’à continuer à affirmer que « 1 + 1 = 1 » ou répéter niaisement leurs éléments de langage du genre 1er ou 2ème quinquennat. Ils sont tout simplement en train d’attiser la colère déjà grande des sénégalais qui les attendent au tournant de l’alternance qui interviendra inexorablement en 2024. La furie de tout un peuple qui n’a eu de cesse d’être nargué et maltraité depuis 2012 devra s’abattre sur ces afin que plus aucun tenant du pouvoir ne soit tenté de gouverner par le mensonge et la provocation.

Boubacar Sall
E-mail : boubacarsall369@hotmail.com