Accueil Actualités Le chantier de la gouvernance (Idrissa Seck) Par Mamadou Mouth Bane

Le chantier de la gouvernance (Idrissa Seck) Par Mamadou Mouth Bane

Idrissa Seck a compris le problème du Sénégal et des Sénégalais. Il a diagnostiqué le mal du pays, du Nord au Sud, d’Est en Ouest, et a compris de quoi souffre le pays.

La différence entre les médecins, ce n’est pas le remède qu’ils prescrivent à un malade, mais plutôt le processus de diagnostic qui permet de détecter la pathologie à l’origine du mal dont souffre le patient. Si ! Ngorsi a le profil de l’emploi.

Idrissa Seck, après avoir assumé les fonctions de ministre du Commerce, ministre d’Etat-Directeur de Cabinet du président de la République, Premier ministre, chef de parti de l’Opposition «Rewmi», classé en seconde position lors de la Présidentielle de 2007 et, aujourd’hui, parmi les leaders intransigeants et inflexibles de l’Opposition face à Macky Sall, après avoir fait le tour du Sénégal, dans ses profondeurs pour écouter les Sénégalais, semble être le médecin qui a réussi le diagnostic pour tirer la conclusion que «le chantier qu’il faut lancer, c’est celui de la GOUVERNANCE».

Véritablement, nous pouvons reconnaître et accepter que le médecin Idrissa Seck a compris l’origine de la pathologie, ses effets ; donc, les Sénégalais peuvent faire confiance en ses remèdes. Il est préparé à assumer la fonction présidentielle. C’est l’expérience qui fait la différence…

Depuis 1960, le Sénégal a pataugé, puis s’est noyé dans la pauvreté qui s’est finalement incrustée dans notre ADN. La situation précaire que vivent les Sénégalais, l’échec répété des politiques publiques depuis 58 ans et ses conséquences socialement dramatiques, donnent l’impression que la pauvreté est de nationalité sénégalaise.

Or, à l’image de la Somalie, du Rwanda, de l’Afrique du Sud, de la Malaisie, du Maroc, le Sénégal peut bel et bien sortir de cette pauvreté têtue qui résiste à toutes nos lamentations quotidiennes. La solution n’est pas dans le surendettement, surtout lorsque celui-ci ne produit aucune richesse en contrepartie. C’est une lapalissade de dire que la dette n’est utile que lorsqu’elle sert à produire de la richesse. Macky l’ignore…

Idrissa Seck a bien raison, la solution du Sénégal se trouve dans le chantier de la GOUVERNANCE, parce que, la mal-gouvernance, tel un cancer, a gagné tous les organes de la République. Ses animateurs corrompus en sont les principaux responsables. La mal-gouvernance est judiciaire, politique, économique, sociale et même culturelle. Le candidat qui s’engage sur le chantier de la bonne gouvernance semble être le seul à avoir compris le mal du pays.

Le Sénégal aborde un virage qu’il faudra bien négocier avec un homme expérimenté, sérieux, compétent, décomplexé, vertueux et attaché aux valeurs de la République. Demain, notre pays sera invité aux banquets des pays producteurs de pétrole et de gaz, en présence des multinationales dirigées par des acteurs sans état d’âme.

Pour s’en sortir victorieux, il lui faut un président de la République qui comprend les enjeux internationaux, la géopolitique des intérêts interétatiques, à travers l’Afrique et le monde, et qui ne va jamais mettre les intérêts de ses amis et de son clan au-dessus de l’Etat.

Le tintamarre dans les médias et les réseaux sociaux n’est pas la solution, et l’homme qui sauvera ce pays, c’est celui qui aura compris avant d’être investi aux fonctions présidentielles. Comprendre pour agir… Alors, Idrissa Seck a bien raison : le véritable chantier qu’il va falloir engager, en urgence, c’est celui de la GOUVERNANCE.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici