Accueil Actualités Le prix des vaccins anti-Covid grimpe : L’Afrique court le risque d’être...

Le prix des vaccins anti-Covid grimpe : L’Afrique court le risque d’être laissée de côté, avertit l’OMS

Matshidiso Moeti, newly named as Regional Director for World Health Organization, WHO's Africa Region, speaks to the media, during a press conference, at the European headquarters of the United Nations in Geneva, Switzerland, Tuesday, Jan. 27, 2015. (AP Photo/Keystone,Salvatore Di Nolfi)

Des lobbies, il en existe partout et l’Organisation Mondiale de la Santé serait financée par des organismes et des pays identifiables. S’il est vrai que l’initiative Covax  est co-dirigé par l’Alliance Gavi, la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI) et l’OMS, il n’en demeure pas moins vrai que son objectif est d’accélérer la mise au point et la fabrication de vaccins contre la COVID-19 et d’en assurer un accès juste et équitable, à l’échelle mondiale. Mais si ce souhait de l’initiative Covax est tout aussi louable, il relève par ailleurs  de l’aubaine.

Les nouvelles du Bureau Afrique de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à Brazzaville ne sont pas bonnes pour le continent noir.

L’on ne sait quelle posture devrait adopter ces pays africains affiliés à l’initiative Covax mais la donne commence à changer. En effet, l’OMS-Afrique craint que le continent ne « court le risque d’être laissée en rade, alors que les pays des autres régions concluent des accords bilatéraux, faisant ainsi grimper les prix des vaccins.

Et ces responsables du Bureau  de l’OMS-Afrique constatent que depuis le début de cette semaine,40 millions de doses de vaccins ont été administrées dans 50 pays, la plupart à revenu élevé. Néanmoins, en Afrique, la Guinée est l’unique nation à faible revenu à fournir des vaccins. Et,à ce jour, ceux-ci ont été administrés à seulement 25 personnes.

Les Seychelles, pays à revenu élevé, c’est le seul  sur le continent à avoir lancé une campagne nationale de vaccination. « Nous d’abord, pas moi d’abord : c’est la seule façon de mettre fin à la pandémie. La thésaurisation des vaccins ne fera que prolonger l’épreuve et retarder le relèvement de l’Afrique, relate Vox populi.

Il est profondément injuste que les africains les plus vulnérables soient forcés d’attendre des vaccins alors que des populations présentant moins de risques dans les pays riches sont mis en sécurité », a déclaré hier Dr Matshidiso Moeti. Selon lui, l’ensemble des 54  pays du continent ont exprimé un intérêt pour le « Mécanisme Covax ».

Assane SEYE-Senegal7

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici