L'Actualité en Temps Réel

Le proxénète présumé libéré à cause d’une erreur de prénom

Écroué en juin, il est sorti de détention car la cour d’appel d’Orléans (Loiret) s’est trompée d’avocat. UN VRAI « touche-à-tout du crime » qui pourrait passer entre les mailles du filet grâce à des erreurs de procédure. Patrick est principalement soupçonné de proxénétisme et de travail dissimulé. Or ce chef d’entreprise de 31 ans est sorti de détention provisoire à la faveur d’une erreur de… prénom.

Ce patron est soupçonné d’avoir employé plusieurs dizaines d’étrangers en situation irrégulière. « Près de 650 000 € auraient été versés pour du travail dissimulé », estime une source proche du dossier. Pourtant, au départ, en novembre 2021, l’enquête est ouverte uniquement pour proxénétisme.

Dans ses hôtels de Rennes, Rouen, Mâcon, Dieppe, Olivet et Orléans, ce trentenaire installé au Blanc Mesnil (Seine-Saint-Denis) hébergeait des prostituées roumaines qui devaient payer le double du prix de la chambre, en liquide, pour contourner les livres comptables. Ce sont les centaines d’annonces postées sur le site Sexe model depuis l’adresse IP de ses hôtels qui ont alerté la police.

Patrick est aussi l’auteur présumé de blanchiment, d’escroquerie, d’abus de biens sociaux en bande organisée. Il a été interpellé le 28 juin 2022, après un travail minutieux mené par le parquet, puis une juge d’instruction d’Orléans (Loiret).Au total, 2,8 millions d’euros ont été saisis, dont près de 400 000 € en liquide. Mis en examen et placé en détention provisoire le 1er juillet, le chef présumé du réseau criminel a été remis en liberté voici quelques semaines, alors que ses cinq lieutenants sont encore derrière les barreaux.

La faute à une erreur dans la convocation de son conseil qui avait fait appel du placement en détention de Patrick. La chambre de l’instruction d’Orléans a prévenu Me Clément Abitbol pour l’audience, alors que Patrick est défendu par Me Manuel Abitbol, les deux n’ayant aucun lien de parenté. Les mêmes magistrats ont confirmé le placement en détention provisoire, malgré l’absence de son avocat.

Alerté de ce couac ,Me Manuel Abitbol forme un pourvoi contre la décision de la chambre de l’instruction. Logiquement, le 8 novembre 2022, la Cour de cassation invalide toutes les décisions de la formation d’appel. Dans la foulée, la remise en liberté est ordonnée. Sur le fond, ensuite, la Cour de cassation désigne la chambre de l’instruction de Bourges (Cher) pour statuer, après renvoi, sur la situation. Mais Me Manuel Abitbol se désiste de son appel initial. Exit Bourges. La situation, figée, permet à Patrick de rester libre, rapporte le Parisien.

 

A LIRE AUSSI :

Assane SEYE-Senegal7