Accueil Actualités Le Sénégal : Une démocratie dévoyée !

Le Sénégal : Une démocratie dévoyée !

La démocratie est d’abord un concept hybride, polysémique et graduant. C’en est même devenu un jeu de mots, un jeu de cache-cache et/ou un jeu de ping-pong sous nos cieux. Mais au sens diachronique, elle offre la perfectibilité dans ce qu’il y a de plus pondéré dans la gestion de la cité, de ses ressources humaines, de ses lois, de ses structures et de ses politiques. De 1960 à nos jours, le Sénégal vit de combines politiciennes liées à la liquidation d’adversaires politiques aux ambitions présidentielles. Cette absence d’humilité dans la gestion du pays ne conduira jamais à l’instauration de la démocratie.

Tous coupables ou presque ! Les Sénégalais ont du mal à comprendre ce qui leur est arrivé et peinent à se regarder devant une glace. D’où venons-nous, où en sommes-nous et où allons-nous !

En termes de démocratie. C’est là, une piste de réflexion que nous nous imprimons pour procéder à une dissection d’un Sénégal qui souffre de démocratie ou qui peine à en comprendre les enjeux dans le vécu de nos compatriotes.

L’affaire Ousmane Sonko comme tant d’autres qui se sont déroulées dans notre pays depuis lustre ont édifié nos compatriotes sur l’absence d’humilité au cœur même de nos comportements républicains.

Car,il ne faut pas s’y méprendre, la démocratie ne saurait jamais se prévaloir sans une once d’humilité dans la conduite des affaires du pays. Les affaires Mamadou Dia, Idrissa Seck, Abdoulaye Wade, Macky Sall et Ousmane Sonko, constituent des tâches noires dans la lutte que se mènent nos décideurs pour abattre  politiquement des adversaires gênants.

Ces feuilletons se ressemblent étrangement et démontrent à suffisance que le Sénégal n’est pas encore prêt à basculer dans une véritable démocratie ou aucun homme politique ne serait jeté en pâture du simple fait  de sa popularité ou de son ambition de briguer la magistrature suprême.

Un pays sans humilité ne saurait se prévaloir d’une véritable démocratie. Et le plus cocasse dans ce coup de projecteur, c’est que le Président Senghor a instrumentalisé la Justice pour écarter Mamadou Dia.

Le Président Abdou Diouf en a fait de même pour emprisonner  Me Abdoulaye Wade opposant. Le Président Wade l’a fait pour emprisonner Idrissa Seck  avant de disgracier Macky Sall. Ce dernier prend les rênes et remet le glaive sur Ousmane Sonko, leader de Pastef.

C’en est devenu un phénomène de mode d’utiliser toutes les ressources de la République pour abattre un adversaire craint et qu’il faudrait coûte que coûte écarter. De facto, ce sont toujours les sénégalais qui en payent les pots cassés car ils deviennent les cibles privilégiés de ces « gladiateurs » qui ne regardent nui Dieu, ni les Chefs religieux encore moins la décence et l’humilité susceptibles d’émanciper un pays sur la voie de la démocratie.

Le Sénégal qui était jadis une vitrine démocratique en Afrique au Sud du Sahara en est devenu une non-référence dans ce domaine. Si l’on va jusqu’à ce que la Guinée caricature notre pays en terme d’absence de démocratie, c’est parce que nos élites ont  échoué dans leur tentative de remettre le pays sur la voix de l’émergence. Le Sénégal est bel et bien une démocratie dévoyée et ce n’est pas demain que cette problématique congénitale à notre système politique sera résolue. Malheureusement !

Assane SEYE-Senegal7