Le spectre d’un 3ième mandat : Une grosse épine dans le pied de Macky II !

0

Ce n’est pas que les Sénégalais ne savent pas se défaire d’un président de la République qu’ils ont élis. Loin s’en faut. Le problème, c’est que c’est l’élu à la tête du pays qui, grisé par le pouvoir, refuse au final de débarrasser le plancher. Pour la plupart en Afrique, c’est l’épineux problème auquel les Chefs d’Etat Africains  restent confrontés.

Je me garderai bien de ne pas nommer le nom du chef de l’Etat et de me limiter qu’au périmètre de l’institution présidentielle. Le Chef de l’Etat  vient de décrocher un second mandat de cinq ans à la tête du pays avec un taux de 58,26% des suffrages exprimés par nos compatriotes. Tant il est vrai que beaucoup de zones d’ombre ont entaché cette élection mais la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel aura  mis fin au spectre d’un second tour. Le vin est désormais tiré, il s’agira à présent de le boire et de la plus belle des manières d’ailleurs. Au demeurant, il importe de s’inquiéter sur la propension des gens du pouvoir à entretenir un débat de fortune sur un 3ième  mandat du Chef de l’Etat qui, légitimement n’a droit qu’à deux mandats consécutifs. Les spécialistes en droit et les observateurs les plus avertis nous écoutent et/ou nous lisent. Ils ont eux aussi la lourde responsabilité de se lever de bonne heure afin que cette question qui commence à tarauder l’esprit des Sénégalais soit évacuée pour de bon. Car, l’on ne peut s’empêcher de penser à juste raison que sous nos cieux, le Chef de l’Etat accède facilement au pouvoir mais  quitter en fin de mandat, est une autre paire de manche soumise à tout un monde de manigances. Parce que l’on craint toujours la chasse aux sorciers de son éventuel successeur. Pour cette raison, l’on est prêt à tout pour biaiser la légitimité populaire des sénégalais. Qu’importe les stratégies politiques à mettre en œuvre .L’essentiel étant de couvrir ses arriérés. Aujourd’hui, le Chef de l’Etat maintient le suspens et ses proches s’emploient à un travail de fourmis pour faire avaler aux Sénégalais la pilule de la légalité susceptible d’être tirée  sur les dispositions régissant la mandat présidentiel. La question d’un troisième mandat risque de polluer les cinq ans de magistère du Chef de l’Etat. Reste à savoir s’il urge à son niveau de donner des gages aux Sénégalais où laisser ses proches lui baliser ce terrain de plus en plus  glissant. Une problématique qui n’est pas des moindres pour les Sénégalais qui voudraient que le pouvoir se transmette en dehors de toute manipulations partisanes. Pour l’heure, un troisième mandat du Chef de l’Etat reste une grosse épine dans le pied du Macky II. Et ses proches y travaillent désormais d’arrache-pied !

Assane SEYE-Senegal7

 

Leave a comment