L'Actualité en Temps Réel

Le système électoral sénégalais à l’épreuve de trois Elections nationales successives ! (Ibrahima Sène)

Le système électoral Sénégalais a traversé trois épreuves nationales qui ont permis de vérifier ses capacités de servir à organiser des élections à dates échues, de façon pacifique et en toute transparence.
En effet, les débats sur la fiabilité du fichier électoral, de la Loi sur le parrainage, celle sur la Parité et celui, sur l’organisation matérielle des élections, sur son contrôle, devraient été clos après la tenue de la Présidentielle en février 2019, puis des Locales en janvier 2022, suivie de la tenue des Législatives en juillet 2022.
EN effet, lors de chacune de ces Elections, le système du parrainage, et celui de la parité ont fonctionné à merveille, et les seules fausses notes enregistrées n’étaient pas liées à la nature de ces deux systèmes, mais bien aux turpitudes de certains acteurs politiques et de la société civile, qui ont eu l’opportunité de les corriger pour pouvoir participer à ces Elections
C’est ainsi que ceux qui ont pu corriger leurs erreurs personnelles, n’ont eu aucun problème pour briguer le suffrage de leurs citoyens,
Ces deux systèmes ont permis d’éviter une pléthore de candidatures, qui rendrait illisible le déroulement du scrutin.
DE même la CENA, la Direction Générale des Elections, les Commissions Départementales de Recensement des votes issus des Bureaux de vote, les bureaux de vote, la Commission Nationale de récemment des Votes issus des PV des Commissions départementales, ont pu travailler sans entrave, pour permettre au Conseil Constitutionnel de proclamer dans les temps impartis, les résultats définitifs de ces trois Elections nationales, sans aucune contestation dans les rues !
Ainsi, à l’issu de ces trois épreuves nationales, notre système électoral a démontré au monde entier sa robustesse, et ses capacités de servir à organiser des élections démocratiques, transparentes dans la stabilité et la paix civile !
Donc, tous ceux qui en Afrique ont voulu s’ériger en « donneurs de leçons « au Sénégal, sur les questions électorales se sont réveillés « groggy » !
Cependant , la question d’éligibilité connait encore des obstacles dont certains devraient pouvoir être améliorés d’ici la Présidentielle de 20224 : ce sont des obstacles d’ordre judiciaire, qui limitent l’éligibilité dans le Code électoral
En effet, selon les dispositions du code électoral, tout sénégalais condamné de façon définitive à 5ans et plus ne peut pas être inscrit sur les listes télécrates, perdant ainsi son éligibilité. Cet obstacle qui fait encore débat peut être surmonté aisément, tout en évitant de tomber dans le débat vicieux de l’amnistie !
Il est aussi indécent et foncièrement anti républicain, que de demander d’amnistier des gens condamnés de façon définitive pour faits de détournement de deniers publics, ou d’enrichissement illicite, puisque l’amnistie ne porte pas sur des personnes, mais uniquement sur des faits !
Donc demander l’amnistie pour Khalifa et karim est non pas seulement un non-sens, mais aussi , le cas échéant, constituerait un précédent dangereux , pouvant servir de jurisprudence qui mettrait les délinquants à col blanc, hors de portée de toute condamnation judiciaire !
C’est pourquoi, il est plus approprié de réformer les dispositions du code électoral qui constituent un obstacle judiciaire à l’éligibilité de tout Sénégalais condamné à 5ans et plus !
Pour rendre le système électoral sénégalais plus inclusif, la nouvelle majorité présidentielle pourrait à la demande Président de la République, ou sur sa propre initiative, réformer ces dispositions du Code électoral, ce faisant Khalifa et Karim pourraient recouvrer leur éligibilité sans devoir recourir à l’infamie en les amnistiant !
Même Sonko, s’il était condamné pour viol, pourrait en bénéficier ! Ce qui rendrait, sans objet, le débat politicien sur un prétendu complot du Président de la République pour écarter ses adversaires les plus puissants !
La démocratie du Sénégal en sortirait plus vigoureuse, et mieux appréciée de par le monde !
Le cas échéant, iL ne resterait donc plus qu’aux acteurs politiques et de la société civile, de mieux s’approprier le système électoral Sénégalais, notamment le parrainage, et la parité, pour le rendre encore plus performant, en laissant de la place aux débats d’idées et de programmes, que les citoyens attendent de ceux qui sollicitent leur suffrage
Donc, Exit, « la politique politicienne », pour laisser la place à la Politique, comme débats d’idées et de programmes ! La presse publique et privée pourrait y contribuer grandement, en jouant parfaitement leur partition, en excluant tout débat politicien !
Ibrahima SENE PIT.SENEGAL