Législatives : Quand la violation flagrante de la Loi  serve de leçon aux jeunes générations !

Quand dans un pays comme le nôtre la charte fondamentale est foulée au pied au nom de la politique politicienne, il ya de quoi s’inquiéter pour la prise en charge éthique des jeunes générations .L’enjeu est de taille et le citoyen sénégalais  ne se retrouve plus dans cet embrouillamini juridique et /ou juridictionnel où la Loi est interprétée non pas en fonction du Droit, mais bien sur la base d’interprétations contingentes de chapelles politiques portées à conserver le pouvoir ou  à le conquérir. Il y a du coup une véritable crise de normes et de procédures sous nos cieux !

La titraille surplombant notre objet de réflexion campe bien le décor.Sous nos cieux,il ya de quoi écarquiller les yeux face à ce qu’on pourrait appeler trivialement la conspiration du silence.Une conspiration  qui embarque tous les Sénégalais devant un fait accompli où les autorités procèdent  d’une volonté manifeste ou latente de fouler au pied la charte fondamentale qui régit notre République.

On ne peut égrener par les doigts la pluralité des feuilletons judiciaires qui ont émaillé notre landerneau politique national. Ou les combines politico-judiciaires aux allures de règlements de compte politiques qui ne cessent de prospérer. De Senghor à Diouf en passant par Wade et enfin Macky,le pouvoir de la force a toujours primé sous nos cieux.

En définitive, celui qui est le chef ne se donne point de mal à se servir de cette maxime si populaire : « A tout seigneur tout honneur ».Autrement dit,le Chef de l’Etat use de toutes ses prérogatives au point d’aller au-delà de ce que lui permet la Loi en tant qu’Institution Première pour assouvir ses intérêts contingents. Et celui qui est porté à piper mot  là-dessus à ses risques et périls.

En face aussi, l’opposition  veut conquérir le pouvoir qu’importe si la Loi le lui permet ou pas. Elle se vautre toujours de sa carapace de « va-t-en guerre » pour  menacer de brûler le pays si la loi ne lui est pas favorable. Et les émeutes de mars dernier corroborent  bien ces thèses.

Le Temple de Thémis, le Conseil constitutionnel, les préposés  à la Loi, tous travaillent non pas pour le Président de la République censé gouverner au nom de tous les sénégalais, mais bien pour le Président de la grande coalition Benno Bokk yakaar(Bby).De  grands spécialistes du Droit restent courroucés par la violation flagrante de la Loi par l’Autorité. 

Et ce, en fonction des adversités politiques à l’exemple des élections législatives qui se profilent à l’horizon. Le peuple amorphe n’a que ses yeux et ses oreilles pour contempler impuissant ce « bras de fer » entre des gens qui veulent conserver le pouvoir par tous les moyens, et d’autres qui veulent le conquérir quitte à brûler le pays.

Et entre ces deux entités, l’on piétine les droits fondamentaux de sénégalais aux ambitions nobles et qui rempliraient tous les critères édictés pour participer aux élections législatives. Ainsi, si l’on scrute du côté  des jeunes générations, l’on se prend de colère.

Devant cette conspiration du silence de  notre Loi manipulée à dessein, personne n’a raison, personne n’a tort et tout le monde est responsable. A la limite, l’on ne sait plus à quel saint vouer le destin du peuple Sénégalais. Peut-on à ce niveau donner des leçons à des jeunes aveuglés par notre charte fondamentale dévoyée pour la cause de politiciens véreux qui ne prêchent que pour leurs chapelles !

Assane SEYE-Senegal7