Accueil Actualités L’engrenage : Une assemblée biaisée, un Président Hercule, une démocratie tronquée !

L’engrenage : Une assemblée biaisée, un Président Hercule, une démocratie tronquée !

Le Sénégal vit des heures sombres de sa trajectoire politique illustrée par un silence coupable d’une opposition émiettée, d’une société civile dévoyée et d’un peuple reclus. L’enjeu aura été de taille puisque le régime du Président Macky Sall aura montré ses limites dans sa périlleuse mission d’étaler ses  avatars dont l’issue ne serait que préjudiciable à un pays meurtri. Représailles, menaces et diktat  font le lit  d’un Chef suprême des Armées dont le dernier rempart consiste à une épreuve de forcing pour forcer le barrage !

Quand on est trop bonne pâte, on risque de finir dans le pétrin. Cette maxime de René Dac sied bien au peuple Sénégalais qui est un peuple altruiste, avenant, disponible mais pas malléable à souhait. Voilà un peuple qui aura tout donné au Chef de l’Etat Macky Sall en le portant au pinacle en 2012.

Mais depuis lors, chaque jour que Dieu, le mandat à blanc  qui lui est décerné s’effrite au gré de ses errements et de sa gestion musclée du pays. Jadis, le Sénégal était une vitrine démocratique en Afrique au Sud du Sahara mais depuis que le Président Macky Sall  préside à ses destinées, c’est le capharnaüm total dans la gestion de la chose politique.

Point n’est besoin de revenir  sur le parrainage et les candidats de la présidentielle dernière qui ont été  systématiquement écartés. Il  n’est pas non plus nécessaire de souligner les emprisonnements délibérés d’opposants.

Encore moins, rappeler  la suppression du poste de PM et le limogeage d’une bonne partie de ses proches qui l’ont pourtant  aidé à se hisser à la tête du pays. Avec un processus électoral qui laisse à désirer,  le scrutin présidentiel de 2019 aura pris de court la plupart des sénégalais.

Au moment où l’on parlait  d’un second tour, le pouvoir déclara avoir largement remporté  le scrutin. Point barre ! Les Sénégalais reclus, laissaient dérouler les événements sans coup férir. Et la pandémie à coronavirus est venue s’abattre sournoisement sur cette adversité poussant ainsi le Chef de l’Etat à obtenir de l’Assemblée nationale une Loi d’habilitation lui permettant de gouverner par ordonnance.

Quelques mois après  et avec la recrudescence de la maladie, le Président Sall a encore obtenu de l’hémicycle de se soustraire à son contrôle par le vote de la Loi  n°69-29 du 29 avril 1969 relative à l’état d’urgence et à l’état de siège. Un « pouvoir » exorbitant qui vient étrangement requinquer ses pouvoirs  au point de susciter des suspicions sur les véritables motivations de cette trouvaille.

Et cerise sur le gâteau, les députés de la majorité communément appelés les députés du Chef de l’Etat affichèrent une  incurie notoire  au détriment du peuple en votant cette Loi dont les motivations se passent de commentaires.

Les avatars du pouvoir se multiplient ainsi à un rythme effréné : Plus d’élection, plus de limitation de mandats, plus de cohésion nationale. Et face au matraquage tributaire du coronavirus, les Sénégalais s’abandonnent  de guerre lasse dans la panique et le survoltage.

A la limite, tout est devenu politique dans ce pays menacé par un 3e mandat qui ressemble fort bien à une montagne Russe. Si le Président Sall compte l’escalader, l’on aura alors compris pourquoi il  compte mettre à profit l’état d’urgence et l’état de siège. L’engrenage aujourd’hui, c’est que le Sénégal fait face à une assemblée nationale biaisée, un Président Hercule et une démocratie virtuellement tronquée !

Assane SEYE-Senegal7

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici