L'Actualité en Temps Réel

Les Chroniques de Ben Makhtar-Gouvernement : Rien ne changera

Les Chroniques de Ben Makhtar-Gouvernement : Rien ne changera

Amadou, tel  le fils bien gras du souverain, est devenu chef du gouvernement. Pour autant, il ne changera rien d’ici la présidentielle prochaine.

Le planning de la troisième candidature est en marche. Quand le banni d’hier devient le patron du jour, il y a de quoi se demander pourquoi?  Amadou Ba est un homme courtois, sociable, généreux, consensuel et patient. Ses qualités font-elles forcément de lui un bon premier ministre? Que non. Sa nomination consacre la soumission-loyauté à un président dont le jeu clair-obscur ne peut plus cacher ses velléités de candidater une troisième fois.

Amadou Ba, Inspecteur des Impôts de son État disposerait d’une surface financière lui permettant de prétendre à la succession de son mentor de président si dernier se décidait à renoncer à un troisième inopportun mandat. Amadou est en réalité un Premier ministre doublé d’un directeur de campagne. Il a la lourde obligation de faire d’excellents résultats pour offrir un bilan susceptible de vendre le candidat Sall.

En bon chef d’orchestre,  le Pm dispose d’une équipe composée de jeunes loups aux incisives longues prêtes à contrer les offensives de l’opposition. Ainsi, les Pape Malick Ndour, Mame Mbaye Niang,  Aliou Sow,  Victorine Ndèye, Doudou Ka, Yankhoba Diattara,  Birame Faye, Alioune  Ndoye et Abdou Karim Fofana n’hésiteront jamais à aller au charbon pour expliciter les sorties à venir du duo Ismaël-Yoro, comprenez le tailleur constitutionnel et le prolixe communicant. Le bout du tunnel est encore loin, un tunnel long de …dix sept mois.

Le Premier ministre va vers des jours difficiles. Il aura le devoir impérieux de faire neutraliser la vague victorieuse de Ousmane Sonko et si nécessaire de mater toute initiative politique de dissidents favorables à Mimi Touré. Par devoir et par contrainte, Amadou Ba va devoir se révéler sous un costume qu’on ne lui connaît pas.

Macky Sall est un politique. Il sait et lui seul sait ce qu’il veut et où il va. Il est persuadé que la demande sociale est pressante et croissante. Il instruira sa nouvelle équipe de s’employer à la prendre en charge. Pour le reste, le leader de Benno Bokk Yaakar (Bby) s’occupera des cas Khalifa Sall, Karim Wade, Ousmane Sonko, Barthélémy Dias, de la guerre de succession à l’AFP et du maintien de Idrissa Seck dans la mouvance présidentielle.

Les calculs politiciens risquent de plomber les véritables défis que le peuple attendait du gouvernement nouveau. En dix sept mois, la précampagne électorale aura confirmé la vacuité des objectifs ouvertement assignés à une équipe pléthorique de combattants peu enclins à satisfaire les urgences sociales d’un peuple fatigué et tenaillé par une vie chère.

Ben Makhtar journaliste Chroniqueur.