L'Actualité en Temps Réel

Les écueils de la teranga : Retour de Karim, réhabilitation de Khalifa Sall, procès  Aji Sarr-Sonko

On ne sait jamais ce qui peut arriver dans notre cher pays le Sénégal. Mais le moins qu’on puisse dire, est qu’il ya bien des écueils qu’il nous est difficile de comprendre ou de qualifier si tenté est que notre pays se prévaut  toujours d’une marge de démocratie.

En effet bien des dossiers sensibles restent  en l’état et nos compatriotes attendent toujours du Temple de Thémis qu’ils  soient vidés dans la plus grande humilité.

 Seulement, le doute persiste car un coup d’œil sur le rétroviseur renseigne sur le modus operandi décliné en  auberge espagnole où l’on fait toujours ce qu’on veut bien y faire.

La question à ce niveau est de se demander qui de l’Etat ou du pouvoir doit trancher ces brûlants dossiers qui semblent plomber la démocratie à la sénégalaise.

Le retour de Karim Wade est réclamé par ses partisans mais jusqu’ici, aucun sénégalais ne peut vous expliquer ce qui  empêcherait au fils de Wade de rentrer au bercail. Mystère et boule de gomme.

Idem sur la réhabilitation  de l’ancien maire de Dakar qui regrette  fort bien d’avoir fait confiance à l’époque à la justice de son pays. Et il a fallu du temps au temps pour qu’il en arrive à comprendre ce qu’il a bien mûri aujourd’hui.

Le sulfureux dossier Adji Sarr-Ousmane Sonko procède aussi d’une braise ardente recouvrée de suie.A la clé, plus de 14 personnes y ont trouvé la mort mais jusqu’ici, aucune enquête déterminante n’est enclenchée pour  élucider ce capharnaüm. Quand bien même,l’on feint de faire bouger timidement les choses.

Du coup, ces brûlants dossiers qui devraient être diligentés  par la justice rendue  au nom du peuple restent toujours en suspens ou au ralenti. Et toute tentative de les réactualiser se heurte « au temps de la justice ».Un mur infranchissable mais que d’aucuns peuvent franchir à chaque fois que de besoin.

Les hommes passent mais les institutions restent. Si ces dossiers ne peuvent être vidés sous le magistère du Président de Macky Sall, pour sûr, le successeur de l’actuel Chef de l’Etat aura comme première demande sociale de les vider dans la plus grande humilité. Le temps est un bon juge.

Les écueils de la teranga si teranga s’entend démocratie reste toujours  plombée sous nos cieux et la société civile et les intellectuels restent de marbre de peur d’être stigmatisés par ceux-là qui nous dirigent !

Assane SEYE-Senegal7