Accueil Actualités Les Locales reportées une fois, deux fois : Le calendrier républicain comme...

Les Locales reportées une fois, deux fois : Le calendrier républicain comme un cahier de brouillon

Hgfr

Les élections Locales reportées une fois, deux fois puis une troisième fois, restent le parent pauvre du calendrier républicain Sénégalais. Initialement prévues pour le 23 juin 2019, les Locales et départementales ont été reportées au 1er décembre prochain. Finalement cette date est devenue caduque. Le ministre de l’Intérieur a révélé que ces joutes électorales dont on ne sait toujours pas à quelle date elles se tiendront effectivement, ne seront plus tenues en décembre 2019. Le maître du jeu, Macky Sall l’a voulu ainsi. En avril 2019, il avait publiquement annoncé la couleur. Les Locales reportées une fois, deux fois, le calendrier républicain comme un cahier de brouillon.  

Les nouvelles règles risquent-elles de fragiliser le pluralisme politique ?

 La classe politique sénégalaise peine à parvenir à un consensus sur les modalités d’organisation des élections locales. Le scrutin, qui devait se tenir en décembre 2019, a été reporté sine die. L’instauration d’une caution conséquente et du système des parrainages, avec le but affiché de limiter l’inflation de candidatures, fait craindre à l’opposition une fragilisation du pluralisme démocratique sénégalais.

«Les futures élections locales sénégalaises – dont on ne sait toujours pas à quelle date elles se tiendront effectivement – vont-elles donner lieu à la même pagaille procédurale qui avait marqué la présidentielle de février dernier ? C’est ce qui semble se profiler, tant les modalités mises en place pour ce scrutin font polémiques». Avait écrit Jeune Afrique.

En effet, dans un décret daté du 3 juillet, le ministère de l’Intérieur a annoncé deux mesures visant à réduire le nombre de candidatures. Une caution de 10 millions de francs CFA (environ 15 000 euros) par liste déposée est désormais imposée (20 millions en cas de liste aux municipales et aux départementales). Les candidats aux élections municipales et départementales – les deux scrutins sont couplés – ont en outre l’obligation de rassembler les parrainages de 1% à ,5% du corps électoral de la localité visée.

   Macky annonça la couleur  

 Nous étions dans la deuxième quinzaine du mois d’avril 2019, précisément le 19 du mois. Le président de la République pense à un nouveau report des élections locales. En recevant ses alliés avec qui il s’est entretenu sur la révision de la Constitution hier, Macky Sall a révélé qu’il inclura la proposition parmi les thèmes du dialogue.

 Et si l’opposition accepte le principe, a-t-il suggéré d’après « Les Échos », ce scrutin consacré aux municipales et départementales sera repoussé à une date ultérieure. L’Observateur révèle que le chef l’Etat opte pour le report, tout en insistant sur le consensus. « On va faire la proposition», a-t-il dit, avant d’ajouter « quoi qu’il en soit, nous sommes prêts».

Initialement prévues pour le 23 juin 2019, elles ont été reportées au 1er décembre prochain.

 Enfin le report…

 C’est acté. Les élections locales n’auront plus lieu le 1er décembre prochain. Un report confirmé par le ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye. Qui annonce des concertations afin de trouver un consensus sur le mode d’élection des maires et autres présidents de Conseil départementaux.

« Les élections ne pourront plus être tenues le 1er décembre 2019, tranche-t-il, interrogé par Radio Sénégal. Pour l’essentiel, les partis politiques sont d’accord pour le report ». S’agissant du mode d’élection évoqué, il précise que des discussions sont en cours et les idées sont avancées : Est-ce qu’il faut élire le maire au suffrage universel direct ? Pour le moment, les pensées semblent converger vers ça. Mais, les discussions continuent. On n’a pas encore quelque chose de définitif. Dans tous les cas on aura un compromis. »

L’idée est, en effet, agitée, à l’issue de la réunion de la commission politique du dialogue national, le mardi 16 juillet dernier. Les acteurs de la commission présidée par le Général Mamadou Niang, « considérant l’importance des thèmes à aborder avant lesdites échéances prévues le 1er décembre prochain », avaient, au terme de leurs débats, constaté un « consensus fort sur la nécessité de reporter ces élections ».

Leur communiqué parvenu à Senegal7.com, précisait que « la commission souhaitait, en effet, se donner le temps de produire un travail de qualité, de nature à garantir un cadre politique et des élections apaisées ». Seul le Parti démocratique sénégalais (PDS) contestait la proposition.

Ce qui est sûr, les élections Locales souvent reportées par le régime en place pour des calculs politiciens, restent le parent pauvre du calendrier républicain Sénégalais, devenu comme un cahier de brouillon.  

Cela est d’autant plus vrai que ces élections sont devenues un véritable enjeu pour le régime en place. Car, avec les changements intervenus dans la décentralisation, elles constituent un pouvoir local, une gouvernance locale. Qui influe sur l’élection Présidentielle. Car souvent, celui qui remporte le nombre important de collectivités locales est accrédité d’un bon score à la présidentielle. Cela Macky Sall l’a bien compris lui qui manœuvre toujours,  embarquant l’opposition vers une destination inconnue.  


LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici