L'Actualité en Temps Réel

Les médias, l’information ou la dérive?

0

On assiste ces dernières années à une prolifération de médias, radios, journaux, magazines, télévisions et dernièrement la presse en ligne. Tant mieux, devrait on dire parce qu’étant à l’ère de l’information, plus il existe des moyens de diffusion de l’information en temps réel, mieux c’est.
Mais,dans la réalité, ces médias jouent ils pleinement ou même normalement leur rôle?
Le rôle des médias est d’abord d’informer, certes mais aussi d’éduquer. Informer juste et bien dans une certaine éthique et une certaine déontologie.
La presse est dans une démocratie, le quatrième pouvoir, après l’exécutif, le législatif et le judiciaire.
La presse de par son influence fait et défait les rois, d’ou la nécessité de sa fiabilité. La communication par l’information est le moyen le plus sur et le plus rapide de se faire de la publicité et d’atteindre sa cible. La communication reposant sur des axes majeures, à savoir la cible, le message à délivrer et les axes et stratégies de communication. Les médias sont donc des outils incontournables dans les stratégies de communication aujourd’hui. Toutes les campagnes, de la simple campagne marketing publicitaire d’un produit à la campagne présidentielle, s’appuie forcément sur la télévision et de plus en plus, sur internet, à travers les réseaux sociaux.
Il est donc évident que les médias impactent de manière décisive sur nos jugements et sur nos choix dans la vie quotidienne consciemment ou inconsciemment.
La télévision, à travers ses programmes influent sur notre mode de vie quotidien, sur nos habitudes, nous y trouvons des modèles, des stars, des personnages auxquels inconsciemment, nous voudrions ressembler, nous copions des modes de vies, ou plutôt des modèles de vie. L’influence est omniprésente, elle va jusqu’à conditionner nos habitudes, elle nous impose ses horaires, nous devons être à la maison, à une heure précise, pour suivre telle ou telle émission en fonction de nos hobbies.
Nous sommes nous demandés, cependant l’influence et l’impact que ces médias ont sur la société? Une société, déjà en perte de repères, avec des jeunes de plus en plus « connectés » à un monde imaginaire qu’il ne voit qu’à la télé, ou sur le net. Un monde utopique de liberté, de perversité, de matérialisme, et de tous ces grands maux dont on accuse la jeunesse, véhiculés justement par ces mêmes médias qui auraient du être à leur service pour les informer et les éduquer.
Regardons un peu ce qui se passe sous nos yeux, dépravation, prostitution, arnaque, insultes, et j’en passe. Des émissions télé qui sont censées décrypter l’actualité mais dont on ne saisit pas vraiment le sens, des adultes qui passent leur temps à s’insulter et se chamailler en direct devant des millions de téléspectateurs, des sites de presse en ligne qui n’ont pas de limites dans ce qu’il diffusent, des radios qui déversent des insanités à longueur de journée.
La presse s’est pervertie, travestie au nom du gain, peu importe ce que l’on diffuse, l’important c’est d’avoir une audience. Et pourtant, ce ne sont pas les sujets culturels et éducatifs qui manquent, mais ce ne sont surement pas des sujets qui devraient intéresser ou ne sont point lucratifs.
Dans ce pays, on ne fait pas de différence entre journaliste, présentateur et animateur. L’éthique, encore une fois, la moralité ou le bagage intellectuel, ne comptent pas. Il faut faire « le buzz », il faut être « une bombe », à la limite il faut être pervers, inventer des termes vulgaires, se faire remarquer « dans la bêtise » pour devenir une icône de la radio ou de la télé. Mais dans quel far west médiatique sommes nous, que fait l’Etat, à quoi sert le CNRA (Conseil National de Régulation de l’Audiovisuel).
Les enfants d’aujourd’hui commence à danser avant de parler, parce que c’est tout ce qu’ils voient à la télé du matin au soir.
Une télévision, c’est 24h de programmation d’émissions, pas 20h de vidéo clips. Une télévision respectable doit avoir une grille de programme diversifiée et de qualité. Ce n’est pas avoir le capital pour acheter du matériel audiovisuel qui fait une télévision, c’est plutôt la ressource humaine et la qualité des programmes, parce qu’une télé n’appartient pas à son propriétaire, une télé appartient à ses téléspectateurs. Et la qualité de ses programmes témoignent du respect que cette télé a pour son public, donc pour la société et les citoyens.
Pourrions nous un jour éduquer nos enfants dans de telles conditions d’anarchie à tous les niveaux? Et cela pose encore une fois le débat du civisme dans la société car il est utopique voire chimérique de penser émerger dans un tel chaos, dans une telle dépravation des valeurs civiques d’une jeunesse censée prendre la relève. Un. peuple se développe d’abord par l’éducation, le civisme, le patriotisme et l’esprit de société, toutes valeurs qui sont en voie d’extinction.
« Divide and rule », diviser pour régner, en fait c’est ce que font nos gouvernants, ils nous distraient pour assouvir leur soif de pouvoir et d’argent, ils nous abrutissent en se servant de ce quatrième pouvoir que constituent les médias pour nous asservir encore plus.
Nos médias ont travesti leur rôle d’informateur en chasseur de prime. Les modèles de notre jeunesse sont des coquilles vides qui ne peuvent que les pervertir encore plus, et bien entendu, cela fait les affaires de ceux qui veulent distraire le peuple.
Mais ou sont donc ces élites patriotes instruites mais aussi éduquées qui veulent changer la donne et qui peuvent le faire, n’y a t il, dans mon cher Sénégal, personne qui soit épris de justice et d’équité qui rêve d’un Sénégal meilleur ou même nostalgique de ce Sénégal d’il y a 30 ans, ou certaines valeurs, telles que le « Jom et le Ngor » avaient encore un sens. Sommes nous devenus plus individualistes que les occidentaux, à force de regarder des « télénovelas »?
Ou sont donc ces intelligents, ces patriotes qui ont de la vertu et qui ne veulent pas de la dérive vers laquelle nous allons tout droit car le dernier virage est déjà amorcé.
A l’aube d’une treizième législature, ou beaucoup de promesses ont été faites, nous espérons que nos députés, les représentants du peuple vont s’ auto ressaisir et faire des propositions de lois visant à remettre les sénégalais sur le droit chemin, nous osons espérer qu’ils ne seront pas à l’Assemblée Nationale pour dire « Oui Monsieur », aux projets de loi de l’Etat. Il faut réguler les médias dans ce pays, moins de bordel dans la presse, s’il vous plait.
Chers députés, vous vous êtes battus, avez mener campagne pendant des mois voire des années pour aller à l’hémicycle, assumer votre mission et faites ce pour quoi, les sénégalais vous ont fait confiance, défendez leurs intérêts, pas les vôtres, ni ceux d’un parti ou d’une personne.
Ayez pitié de ce pays, ayez pitié des sénégalais et surtout ayez pitié de vos âmes.

laissez un commentaire