Les microbes du net : L’autre nom des nervis de la pensée unique (Par Moustapha Diakhaté)

Au Sénégal même à l’époque du parti unique autoritaire, la liberté d’expression est acceptée par le régime senghorien. Mais depuis les événements de mars 2021, on aperçoit la présence d’hordes d’outranciers dans les réseaux sociaux pour insulter tous ceux qui ont le tort de ne pas être de leur bord politique.

C’est paradoxal qu’après deux alternances que des malfrats, inconnus de tous les combats contre l’arbitraire que les démocrates sénégalais ont menés, veulent imposer la censure dans les réseaux sociaux.

Face à ces dérapages, l’Etat doit sortir de sa torpeur, prendre ses responsabilités et faire appliquer les lois relatives à la cybercriminalité et la protection des données personnelles et combattre avec plus de fermeté les auteurs et commanditaires de publication illicite de vidéos et d’audois dans les réseaux sociaux.

Bon à retenir En vertu du Code de la presse, les opérateurs d’accès à l’internet sont susceptibles de sanctions, au même titre que la presse en ligne.