L'Actualité en Temps Réel

Les Sénégalais aux urnes, ce dimanche : Macky devant l’histoire

Ce sera un baroud d’honneur pour le Chef de l’Etat d’obtenir une majorité relativement au scrutin de ce dimanche 31juillet. Législatif de ce dimanche où sept millions de Sénégalais sont appelés aux urnes. L’honneur de notre président, Macky Sall, est là, dans l’extrême bonne organisation de ce scrutin parlementaire du 31 juillet 2022.Un scrutin qui décidera de la suite à donner à la prochaine présidentielle où on  prêterait son éminence le souhait de briguer un troisième mandat. Mais face à l’histoire, il lui appartiendra de sortir par la grande porte  en organisant une scrutin Législatif transparent et libre.

Prouver à ses compatriotes qu’il est capable d’accepter de perdre des élections qu’il organise de bout en bout, de fond en comble, si les électeurs sénégalais en décidaient ainsi.

Prouver à la face du monde, une fois passée le chaos des listes d’investitures et des jeux troubles d’institutions à sa botte, sa capacité à offrir au Sénégal des scrutins libres, propres et sujets à un minimum de contestations non fondamentales.

Prouver au monde entier que les 97 députés des 45 départements, les 53 des listes nationales et les 15 de la Diaspora, élus dans les urnes au soir du 31 juillet, ne seront pas juste un melting-pot de combinaisons frauduleuses crachées par des algorithmes informatiques venus d’ailleurs.

Enfin, se prouver à lui-même qu’il n’aura pas été, jusqu’au bout, cette mauvaise blague que le Sénégal n’a peut-être jamais envisagé de placer à la tête du pays après le règne des socialistes et la cavalcade des Wade.

Aujourd’hui, à 19 mois du terme de son second et dernier mandat présidentiel, le président Sall entretient un suspense malsain sur un avenir politique qu’il a lui-même déjà scellé sous toutes les coutures. On doit cependant reconnaître au président de la république de n’avoir jamais encore dérogé officiellement à cette promesse du double mandat unique.

C’est son silence et ses actes posés sur cette question précise qui ont poussé ses détracteurs à le soupçonner de vouloir arracher en 2024 ce bail supplémentaire auquel il n’a pas droit. Ce sont surtout ses opposants qui ont choisi de transformer ces législatives en un référendum « pour ou contre » cette troisième candidature dont ils l’accusent.

Lui accepteraient-ils alors cette nouvelle candidature présidentielle en cas de victoire nette des listes de sa coalition Benno Bokk Yaakaar dans ces scrutins à l’issue incertaine ? De toute évidence, l’opposition reste déterminée à lui opposer un pied de nez devant l’histoire.

Il appartiendra aujourd’hui au Chef de l’Etat de démontrer à la face du monde qu’il reste un patriote mais aussi un démocrate prêt à affronter l’histoire de son temps quelle qu’en soit l’issue au soir du 31 juillet 2022.

Assane SEYE-Senegal7