L'Actualité en Temps Réel

Les ténèbres de chez nous et les lumières du Goncourt, (Par Imam Kanté)

0

Imam Kanté est revenu, à travers un post, sur le prix Goncourt décerné récemment au compatriote sénégalais Mouhamed Mbougar Sarr. Le religieux qui s’émeut de l’engouement autour de cet ouvrage du jeune romancier le compare aux œuvres d’autres intellectuels sénégalais. Il estime qu’il y a un manque de respect pour ce que font nombre d’écrivains avec le peu de moyens dont ils disposent.

Voici, in extenso, son post

Avant le prix Goncourt attribué à Mbougar, le Sénégal et les sénégalais vivaient dans une sorte de pénombre culturelle. C’est ce que je vois des intellectuels écrire alors que d’autres l’insinuent ou le disent autrement!

Quelle mésestime de soi et de son pays. Quel manque de respect et quel mépris pour ce que font nombre d’écrivains avec le peu de moyens dont ils disposent.

Le prix Goncourt devient la mesure de ce qui se fait de bon dans les œuvres culturelles par des sénégalais et sénégalaises notamment en matière de littérature. Hors du prix Goncourt, point de talent et d’imagination féconde.

C’est terrible ce retour au complexe du colonisé qui est prêt à tout pour obtenir la validation et l’onction du maître. C’est le roman érotique et pro LGBT qui va sortir le Sénégal du moyen-âge dans lequel il vit présentement ! Ah, le nègre et la médaille du blanc ! Ça lui fait oublier tout ce qu’il peut y avoir de digne et de beau dans sa culture et son histoire.

Rien de beau et de bien qui ne corresponde aux desiderata du maître de la langue qu’il doit bien savoir écrire et parler pour se sentir civilisé et obtenir sa reconnaissance. On est encore loin de sortir de l’auberge de la colonisation des mentalités. Surtout que les promoteurs de ce réveil culturel font dans la victimisation : c’est parce que nous sommes talentueux et brillants, et cela se voit dans nos romans, qu’on nous hait.
Des intellectuels et des acteurs politiques qui devaient travailler ou prétendaient le faire pour une véritable et authentique émancipation de l’Afrique sortent de leurs trous pour nous faire des cours sur l’art du roman et l’importance de la bonne imagination comme celles que le prix Goncourt valide.

Des intellectuels et acteurs politiques qui passent leur temps à jeter l’opprobre sur la classe religieuse et leurs adversaires politiques et à critiquer tout le monde nous invitent brusquement à ne voir chez un auteur que son dernier roman primé par le prix Goncourt !
Qui a obtenu ce prix, devient incritiquable car il est trop talentueux pour l’être surtout de la part de gens situés hors de l’humanité et de la raison au prisme de leur posture anti agenda LGBT.
Le débat de fond ne fait que commencer.

laissez un commentaire