Accueil Environnement Lettre ouverte-Forêt de Mbao: Abdou Diène interpelle la responsabilité de Macky Sall

Lettre ouverte-Forêt de Mbao: Abdou Diène interpelle la responsabilité de Macky Sall

Son Excellence,
Nous ne venons pas nous plaindre auprès de votre personne contre votre Ministre de l’Environnement et du Développement Durable. Si plainte devait y avoir, elle serait portée devant le tribunal populaire pour abus de confiance, tentative de fragilisation de la loi et de détérioration de notre cadre de vie. Et cela, pour ne pas qu’elle ait le même sort que la correspondance que la Plateforme pour le Développement Durable de Mbao vous avait adressé depuis belle lurette sans suite.

De manière synthétique, nous reviendrons sur quelques points du déroulement de cette affaire tirée en longueur pour diverses raisons. Quidam vous qualifie d’être la personne la mieux informée du pays, cela va de soi. Le sage dit tout de même que la répétition est pédagogique.

C’est le 28 mai 2020, un jour après la tenue du Conseil des ministres hebdomadaire, qu’une information faisant état d’une décision d’octroyer 10 hectares de la forêt classée de Mbao á la ville de Pikine pour l’aménagement de cimetière, a été relayée par une certaine presse. Ladite information « confirmée » par les agissements des autorités de la Ville de Pikine a vite gagné en crédibilité.

Face à cette situation ahurissante la Plateforme pour le Développement Durable de Mbao sort des entrailles de la Commune et entreprend des démarches vers les autorités locales et administratives pour non seulement s’assurer de la véracité de l’information mais aussi exposer ses positions sur le sujet.

C’est dans cette perspective, toujours pour rappel, que le 23 juin 2020 dans une audience accordée à la plateforme citoyenne, Monsieur le Ministre Abdou Karim SALL avait tenu ces propos: « Je ne suis mêlé de près ou de loin à cette affaire… A l’heure où je vous parle je ne suis au courant d’aucune procédure… le déclassement est du domaine exclusif du Président de la République ». Par le temps, de ses propos d’alors une et une seule chose demeure indéniable : « la décision de déclasser une forêt est de la seule responsabilité du Président de la République. »
Ces allégations tenues dans un contexte de fortes contestations relatives à la gestion du foncier vous ont, certainement, esseulé et exposé. Votre long silence et le sien prouvent la délicatesse de la question, et la maladresse avec laquelle elle est prise en charge. Si ce projet de déclassement de la forêt classée de Mbao s’avère être une patate chaude, Monsieur le Président, apparemment vous avez décidé de lui la refiler maintenant.

Une partie de ping-pong de l’énorme responsabilité de « profaner » une énième fois la forêt classée de Mbao s’installe dès lors. Mais les avertis savent identifier la responsabilité de chacune d’entre les parties prenantes dans la procédure de déclassement. De la demande exprimée par Le Maire de la Ville de Pikine à l’éventuel décret présidentiel, en passant par l’instruction du Ministre pour la formation des commissions régionale et nationale pour la conservation des écosystèmes, et le rapport de présentation, nous savons identifier les responsabilité et sommes convaincus qu’une seule et unique victoire serait possible, et elle découlerait de l’abandon de ce projet impopulaire et inopportun. Nous en seront tous honorés, qu’on soit du côté de l’Etat ou de la population.

Votre Ministre ne lâche pas prise, nous non plus ! Et nous ne sommes pas persuadés de votre innocence dans cette affaire. Pire ! Vous auriez décidé d’être généreux avec votre prérogative exclusive de classement et déclassement de forêt, pourtant bien encadrée par l’Art. 27 du code forestier.

Il est maintenant question de contourner la voie normale, de suppléer les dispositions légales du code forestier par un simple protocole d’accord entre lui en tant que Ministre de tutelle et Monsieur Abdoulaye THIMBO, maire de la Ville de Pikine pour arriver à leur fin. Nous appréhendons votre largesse dans votre prérogative en « faveur » de votre Ministre comme une fuite de responsabilité mais aussi comme une façon de lui (Abdou K. SALL) dire : « vous avez voulu vous en laver les mains, maintenant remettez-les dedans. ».

Pour vous dire vrai, nous vous interpellons publiquement parce qu’il n y a plus grand chose à attendre du Ministre concernant sur ce point. Et sa communication du dimanche 16 août 2020 lors de la journée « régionale » très sélective de reboisement de la forêt de Mbao nous réconforte dans nos positions. « L’État n’envisage pas de déclasser un millimètre carré de la forêt classée de Mbao… », nous serions comblés s’il s’était arrêté là. Hélas, nous n’avons pas beaucoup attendu pour déceler sa tentative d’enrobage ; le cœur de son message est amer et toxique : « Nous allons disposer de cimetière dans la forêt classée… La décision est prise… ».

Monsieur le Président de la République, disposer d’un cimetière au sein de la forêt classée est un déclassement de fait !
De déception à déception nous avons fini par nous immuniser de l‘aptitude reptilienne de la majeure partie de notre « élite politique. Mais force est de reconnaître que nous ne nous attendions pas à ce type de glissement : passer du décret présidentiel à un protocole d’accord afin de solder vos comptes. Nous ne nous attendions pas à autant de yoyo lexical, de la part de votre Ministre, pour arriver à nous dire une chose et puis son contraire dans un même paragraphe. Nous n’arrivons pas encore à assimiler la contradiction entre le défenseur de la forêt qu’il devrait être entant que Ministre en charge de l’Environnement et ses pulsions « infanticides » à l’égard d’elle. Monsieur le Président, ce projet expose la forêt rien que par la fréquentation régulière et non encadrée des gens qui ne seront pas forcément soucieux de sa préservation.

Ceux qui précèdent en termes de contradiction éclaircissent davantage l’aperçu que nous avons des convictions du Ministre, sur le fond de sa pensée, et de ses idées sur la forêt classée de Mbao. Déjà le 03 novembre 2019, invité à l’émission intitulée « Jury du dimanche » face à Monsieur Mamadou Ibra KANE, entre autre idées, il semblait annoncer la couleur, en toute innocence, quant à l’éventualité d’un déclassement de la forêt de Mbao en évoquant une panoplie de prétextes ; des prétextes « poids mousse » qui ne boxent pas dans la même catégorie que les défis et enjeux environnementaux du moment.

Quant au « subterfuge », pour contourner les dispositions légales du code afin d’arriver à votre fin, il est temps d’admettre que la République souffre de ce genre d’abominations devenues pratique courante. Ce banditisme avéré venant de ses « illustres » fils ne l’honore pas !
Monsieur le Président de la République, nous ne saurons finir sans faire un recadrage de votre ministre en charge de l’environnement et du Développement Durable sur quelques points de son discours :

NON ! Le grand public ne veut pas disposer de ce protocole illégal et illégitime, il veut disposer de sa forêt pour s’assurer de son intégrité.
NON ! Un cimetière dans la forêt classée de Mbao, n’est pas du tout une demande sociale. C’est une demande, voir une obsession d’un clan. Les pikinois veulent l’aménagement des 06 hectares qui s’adossent au cimetière actuel.
Et, nous insistons, disposer d’un cimetière au sein de la forêt classée est un déclassement de fait quel que soit le moyen utilisé.
Sur ce, nous vous invitons, Monsieur le Président de la République, à reprendre vos prérogatives encadrées par la loi tout en vous garantissant nos meilleurs sentiments.

Abdou DIENE
[email protected]

MEA, Membre de la Plateforme pour le Développement Durable de MBAO.

3 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici