Accueil Actualités Levée du couvre-feu à Ziguinchor : les jeunes en furie affrontent les...

Levée du couvre-feu à Ziguinchor : les jeunes en furie affrontent les forces de l’ordre

La nuit passée le couvre-feu de 21h à 5h du matin a été subitement levée par les manifestants de tout bord dans la commune de Ziguinchor. Les jeunes déterminés et campés de leur position, ont tenté de pousser les forces de d’ordre à leur bout.

Les choses ont démarré vers 22h, avec un premier regroupement en éclosion dans les quartiers de Boucotte-Ouest, plus précisément vers la boulangerie thiossane. La dispersion rapide de ce recoupement unilatéral n’a pas puis faire amortir les choses. « Une nuit blanche décrétée par ces centaines de jeunes dans plusieurs quartiers de la capitale du sud ».

Sur le terrain, nous avons constaté plusieurs tirs de sommations pour disperser les manifestants. Présents sur le terrain la nuit dernière, les éléments du commissaire Adramé Sarr et de Ndiaye de Yamatogne ont, en réalité fait preuve de professionnalisme pour de ne pas aussitôt répondre à la provocation de ces jeunes plus que jamais déterminés à en découdre avec les forces de l’ordre. Des centaines de jeunes armées de pierres ont en réalité envahi les artères des quartiers, Yamatogne, Niaffoulène, Soucoupapaye Djiriringho, Lyndiane, Grand-Dakar, Boucotte-Sud, entre autres quartiers. Des manifestants en plein couvre-feu ont brillé des pneus en jetant des prières aux forces de l’ordre. Ils ont barré les voies publiques par des briques, des troncs d’arbres.

Ce qu’il faut retenir dans cette manifestation nocturne c’est que, la revendication reste la même. Il s’agit de la levée du confinement partiel de 21 h à 5h du matin. Mais, à en croire ce jeune manifestant sous le couvert de l’anonymat : «on demande à l’Etat de lever le couvre-feu qui n’a aucune chance. Nous avertissons les autorités étatiques de mettre fin à l’intoxication au tour de la maladie. Nous disons non à la stigmatisation de la région de Ziguinchor, les cas qu’on nous communiqués ici et même d’ailleurs ne sont pas avérés du tout. Pour repousser la réouverture, ils sont accusés la région d’avoir plusieurs cas importés du personnel enseignants ce qui n’est pas juste, à la limite un manque de respect à la population. Maintenant, nous seront plus que jamais déterminés à réclamer ce qui nous revient droit».


Pape Ibrahima Diassy Sénégal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici