« L’Heure de la Réformation de la Société et de la Refondation des Institutions a sonné» (Pr Malick Ndiaye)

Objet: la problématique d’un Front Citoyen Républicain pour la Réformation de la Société et la Refondation des Institutions en direction du 2 Muharram 1444 H, soit le 31 juillet 2022.

Si, en définitive, une Constitution est opposable, parce que contradictoire, sinon antinomique, aux lois non-écrites de Jikko et Ngor, Jom et Jomb -et ce, dans le temps et sur la durée – notamment depuis le début des Indépendances ou encore de la crise politique sénégalaise du Décembre 62, il convient à présent de la Modifier sans hésitation. Mais, cela va de soi – avec Rigueur et Discernement, épistêmê et Maaruf, Savoir et Foi, de même que Science et Religion…

Autrement dit, l’Heure de la Réformation de la Société et de la Refondation des Institutions a sonné au regard de ce qui se passe réellement dans ce pays ; en l’occurrence l’Accaparement des biens publics et la Mercantilisation du Patrimoine collectif tant matériel que spirituel, énergétique et halieutique, sans compter une Apologie systémique des contre-modèles politiques et des revirements spectaculaires ou encore des offenses sans précédent à nos fondamentaux de civilisation et de culture, d’éthique et de religion…

Moyennant quoi, le 31 juillet 2022, soit le 2 Muharram 1444 H, l’actualité et l’urgence, la nécessité et la pertinence d’une Réformation Neddaagu de la Société ainsi que d’une Refondation Djihaadu Nafsique des Institutions doivent affirmées, puis actées de manière lisible et cohérente, logique et épistémique, objective et scientifique par la SCO et le Dèmos toutes composantes et tous segments tout à fait éligibles et recevables dans ce processus ; et ce, au-delà des clivages et des conflits, ou encore des contradictions, sinon des problèmes mal posés résultant d’une Classe politique piégée par la Doctrine sociale des Loges depuis au moins la Loi-cadre Gaston Deferre, ok ?

Il ne s’agit donc pas, à proprement parler, d’Imposer des solutions ou de Décliner des Programmes politiques oppositionnels vis-à-vis du Régime actuel, mais d’abord et avant tout de Partager en toute humilité et modestie au sujet des Questions stratégiques jusqu’ici délaissées et/ou éludées, sinon ignorées ou faussées, par une classe politique s’autorisant – quant au fond, – non dudit « Etat de droit », mais d’un véritable Etat-nation et d’un Régime des Partis qui prolonge de fait les méthodes et les protocoles, les formules et les systèmes de Gouvernance et de Régulation sociale des 4 Communes, du Régime de l’Indigénat et de l’ex-Colonie du Sénégal et dépendances si l’on peut dire les choses ainsi !

Alors ? En avant donc – ensemble et de manière inclusive – vers un Front Républicain de Réformation d’une Société sénégalaise positivement avachie par une Franc-maçonnerie encagoulée et de Réformation Djihaadu Nafsique – sans Balles ni Pierres – d’Institutions d’emprunt et d’imitation qui sont en contradiction totale avec notre Ethique comportementale communautaire et collective de l’Accomplissement dans les Deux Mondes, i.e. Tay et Ëllëk, ou encore Fattaliku Déemb, Séed Ëllëk, ok ?

Projet soumis pour examen au Collectif de la Société Civile Organique – CSCO

A Dakar, ce 5 juillet 2022/ 5 Dhou Al Hijja 1444 H

* Pr Malick Ndiaye Sociologue UCAD