Accueil Afrique L’histoire se répète à Bamako : Les mardi fatidiques de coup...

L’histoire se répète à Bamako : Les mardi fatidiques de coup d’Etat persistent

Le Mali a  encore connu  un énième coup d’Etat, ce MARDI 18 août 2020. Un quatrième putsch noté depuis l’indépendance du pays. Et comme  si l’histoire se répétait, ce coup de force des militaires maliens  vient s’ajouter à la longue liste des mardi de coups d’état ayant émaillé le sillage historique du pays de IBK. L’on ne sait pas si c’est une fatalité ou un pur hasard mais tous les coups de foce qui ont eu lieu au Mali se sont déroulés  au deuxième jour de la semaine.Comble du destin !

En 1968, c’est à dire huit ans seulement après  avoir accédé à la souveraineté internationale, le Mali connait son premier coup d’Etat militaire. Nous sommes le MARDI 19 novembre 1968.

Quatorze officiers subalternes de l’armée dirigés par le Lieutenant Moussa Traoré font quadriller Bamako et mettre  fin au pouvoir du père de l’indépendance de la nation malienne, Modibo Keita.

Les décisions prises  par le président Keita en 1966 seront à l’origine de cette contestation. Les putschistes avaient suspendu la Constitution et le parlement, remplacés par un Comité National de Défense de la Révolution  avec pleins pouvoirs. Ainsi, face à cette situation historique, les frustrations furent la chose la mieux partagée par la  population  devenue de moins en moins satisfaite du gouvernement.La confiance du peuple s’effritait de jour en jour à leur égard.

Après la chute de Modibo Keita, c’est le Lieutenant Moussa Traoré qui prend le pouvoir. Moussa Traoré reste à la tête du pays de 1968 à 1991. Mais il sera lui aussi victime d’un coup d’Etat Militaire, un jour de MARDI.

À la fin des années 1980 aussi, le mouvement de contestation contre le régime autoritaire en place s’accentue. Attisées par la situation économique, les sécheresses et les aspirations démocratiques des Maliens, des grèves estudiantines et syndicales secouent le pays.

La répression est brutale, créant  ainsi un climat d’instabilité qui incite les militaires à renverser Moussa Traoré le MARDI 26 mars 1991.  Le Général Amadou Toumani Touré communément appelé (ATT) et le Comité transitoire pour le Salut du peuple dissolvent l’UDPM et mettent un civil, Soumana Sacko, à la tête du gouvernement.

Le 26 avril, le candidat de l’ADM, Alpha Oumar Konaré, remporte le second tour de la présidentielle devant Tieoule Mamadou Konate de l’Union soudanaise  du Rassemblement démocratique africain.

Alpha Oumar Konaré sera président de la République du Mali de 1992 à 2002. Élu démocratiquement, il sera remplacé démocratiquement. Le général Amadou Toumani Touré  revient dans les habits d’un civil et est élu à la tête du pays.

10 ans après, les vieux démons de l’instabilité se réveillent dans le pays de l’empereur Soundiata Keita. ATT va lui aussi subir un coup d’Etat militaire.

En janvier 2012, l’armée malienne s’engage dans le nord du pays pour tenter de stopper  les rebelles touaregs du Mouvement national pour la libération de l’Azawad et contre les djihadistes d’Ansar Dine.

Les militaires subissent de nombreuses défaites et la frustration commence à s’installer à leur sein  à cause principalement de leur conditions de travail et de leur sous équipement.

Le MARDI 21 mars 2012, des militaires en colère se dirigent alors vers l’armurerie d’un cantonnement de l’armée et font main basse sur plusieurs armes et munitions. Ils  occupent la présidence et la radio nationale. ATT quitte alors le pays et s’exile au Sénégal.

A la tête  de ce groupe de soldats, il y avait Amadou Haya Sanogo. Ce groupe putschiste  justifie son acte  par « l’incapacité du gouvernement à donner aux forces armées les moyens nécessaires de défendre l’intégrité de notre territoire national ». Cependant,Sanogol ne va pas durer au pouvoir.

Il est contraint de quitter le pouvoir dans la même année. Dionkounda Traoré prend alors la tête de la transition  et organise  une élection présidentielle en 2013 qui verra Ibrahima Boubacar Keita (IBK) avec son slogan « Le Mali d’abord », être élu à plus de 80% des suffages de ses compatriotes.

IBK sera même réélu en 2018 avec plus de 60% des suffrages des électeurs maliens. Malheureusement ,seul contre tous, on assiste à un soulèvement des populations . La disparition de l’opposant Soumaila Cissé enlevés par des inconnus armés, les résultats contestés des législatives ajoutés aux conditions exécrables de vie des maliens et l’arrogance des proches du pouvoir,installent un climat délétère dans tout le pays.

L’épilogue de ce long processus  a touché sa fin ce MARDI 18 août 2020. Un coup d’État   est  une énième fois perpétré par les forces armées maliennes. Il a démarré à Kati, une ville garnison située à 15 kilomètres au nord de Bamako, la capitale du Mali. Il aboutit au renversement du président Ibrahim Boubacar Keïta.

Une situation qui assombrit encore plus l’avenir du Mali et des maliens. Surtout si on sait que la communauté internationale,notamment la Cedeao a rompu tous les liens avec ce pays membre de l’organisation sous régionale.

D’un mardi au mois de novembre 1968, en passant par un autre en 1991 et en 2012, celui du 18 août 2020 correspond au quatrième coup d’Etat militaire au Mali.

Et hormis le déroulement de tous ces pustules  le même jour de mardi, jusqu’à présent, le Mali peine toujours à percevoir le bout du tunnel. Et la présence étrangère sur son sol pour  combattre le Jihadisme fait  aussi penser aux multiples richesses que recelé le sous-sol de ce pays plus grand que plusieurs pays Européens réunis.

                                                        Mouhamadou Sissoko-Senegal7

12 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici