L'Actualité en Temps Réel

Loi contre le népotisme : Adji Selbé Diouf démasque Aminata Touré

Aminata Touré a adressé, lundi, une note au président de l’Assemblée nationale proposant une loi pour limiter l’exercice de fonctions et responsabilités dans les Institutions de la République en rapport avec l’existence de liens familiaux avec le Président de la République. Une proposition de loi qui fait jaser dans le camp du pouvoir. C’est le cas de la responsable APR au niveau de la commune de Biscuiterie. Adji Selbé Diouf qui recadre la député et lui rappelle à la raison.

La jeune apériste n’y va pas par le dos de la cuillère pour éplucher la proposition de loi contre le népotisme. « Aminata s’est engagée dans un règlement de compte. Il est clair que si le président Macky Sall l’avait choisi comme présidente de l’Assemblée nationale, elle n’allait pas chercher à proposer une telle loi« , a d’emblée fulminé Adji Selbé Diouf.

Comment Mimi a fait son entrée dans l’APR ?

Selon elle, Mimi n’a pas de reconnaissance vis-à-vis du président Macky Sall. Elle ajoute qu’au début de l’Apr, elle (Ndlr : Aminata Touré) n’était qu’une consultante pour l’Alliance pour la République. « C’est par la suite, vers 2011 qu’elle a finalement intégré le parti avant d’être désignée directrice de campagne. Depuis toujours, le président l’a nommé à plusieurs fonctions au sein du parti« , a-t-elle précisé.

La tête de liste et le fauteuil de l’Assemblée 

La responsable apériste niveau de la commune de Biscuiterie poursuit : « Il faut qu’on soit clair : être tête de liste ne signifie nullement que le poste de président de l’Assemblée doit te revenir. Il y a beaucoup d’exemples qui démontrent le contraire. Le plus patent est celui de Moustapha Niass qui n’a pas été tête de liste et qui a réussi à gérer l’hémicycle. Il en est de même pour Mouhammad Boune Abdalah Dionne. »

Une loi « anticonstitutionnelle »

Très en verve, Adji Selbé Diouf invite la député Aminata Touré à savoir raison garder. « D’ailleurs, cette proposition de loi est anticonstitutionnel en ce sens même qu’elle viole l’article 25 de la Constitution qui dispose : « Chacun a le droit de travailler et le droit de prétendre à un emploi. Nul ne peut être lésé dans son travail, en raison de ses origines, de ses opinions, ou de ses croyances« , a-t-elle notamment fait savoir rappelant que Mimi Touré n’est pas plus sénégalaise que Mansour Faye ou Aliou Sall.

Ousmane Ndiaye – Senegal7