« Macky Sall et l’effet boomerang de ses turpitudes »

Les ignares et les nigauds sortis du néant qui pullulent sur le net et font l’apologie de la violence allant même jusqu’à vouloir légitimer le doit de vie ou de mort qu’aurait un citoyen sur un autre, fusse-t-il Président de la République sont la preuve éclatante qu’il est préférable d’avoir des ennemis malins plutôt que des amis sots.

Mais que voulez-vous ? Ce sont des cons, et ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît !
Chaque jour avec son lot de scandales au Sénégal, et l’impunité est devenue galopante, ouvrant la voie à toutes sortes d’abus et d’outrages contre la République, et les citoyens.

Situation ubuesque que celle dans laquelle patauge notre pauvre pays en effet, où l’on pousse le laxisme je m’en foutiste jusqu’à l’exaspérante effronterie de couper l’électricité à un Président de la République dont la sourde colère a éclaté en une rage violente exigeant une sanction contre des coupables qu’il trouvera pourtant dans son giron-même.

Oui, car c’est lui qui nomme à toutes les fonctions et par ce simple fait, il est responsable de ses propres turpitudes qui lui reviennent en pleine figure, face à un parterre de prestigieux invités certainement morts de rires sous cape, devant ce triste spectacle d’un fait démentant avec éclat dans une obscure salle tout le tralala théorisant la vision d’un leadership économique plaçant le Sénégal dans le peloton de tête des pays prétendument émergents !

Le Président Macky Sall est au four et au moulin, donnant ainsi la preuve certes qu’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, mais il continue d’apprendre à ses dépens que le leader qui doit piloter le stratégique ne peut faire de l’opérationnel, et il n’a malheureusement pas un don d’ubiquité qui lui permettrait de pallier l’incompétence de son équipe honnie sur tous les plans par le peuple sénégalais, à quelques exceptions près.

Au rythme où vont les choses, l’insolente attitude des caciques de son régime finira par lui valoir un conflit avec le peuple sénégalais dont il subira personnellement, et politiquement les conséquences.
Les citoyens sénégalais ne sont pas des sujets d’un tyran qui aurait droit de vie ou de mort sur eux. Nous sommes en République !

Il était déjà insupportable de subir l’envahissante invasion d’un lobby clairement identifié, déterminé à asseoir son hégémonie sur l’État en s’accaparant du pouvoir.

Il est désormais temps de leur dire non, dès lors que notre vie elle-même est clairement menacée, et que le sort de la nation sénégalaise est en péril.

Ce qui vaut pour le régime de Macky Sall vaut aussi pour son opposition tout aussi irresponsable, et c’est le lieu de condamner fermement la sortie insupportable d’un Ousmane Sonko qui semble déterminé à saper l’unité nationale.

La gravité de sa déclaration a certainement ému plusieurs membres de la délégation de YAW qui l’accompagnait à cette cérémonie de présentation de funérailles, durant laquelle il a subrepticement tenté de réveiller les démons irrédentistes de la Casamance, en jetant l’anathème sur le régime de Macky Sall.
Il a poussé sa propension à la démagogie trop loin, et personne n’a le droit de jouer avec la souveraineté du Sénégal et la paix nationale.

Sa tentative de mobilisation du Sud, qu’il considère comme son fief n’obéit qu’à un seul objectif : étant certain qu’il n’aura plus la protection de son statut de parlementaire après juillet 2022, alors qu’il répondra obligatoirement de ses actes devant la justice, l’homme est en train d’envoyer un massage clair à l’Etat du Sénégal, comme pour leur dire qu’il serait capable de brûler ce pays, pour échapper à la justice et sauvegarder son honneur perdu dans les salons de luxure pour massages érotiques et plus…

Voilà où en est le Sénégal : pendant que des courtisans du régime éhontément enrichis et promus par le bon vouloir du Prince nous menacent de mort pour ses beaux yeux, et que de hauts responsables chahutent le prestige de notre pays en donnant la pleine mesure qui de leur incompétence qui de leur laxisme devant la face du monde, d’autres citoyens, opposants notoires aspirant à diriger ce pays cherchent à se soustraire à sa justice, quitte à mettre notre nation en péril.

Que chacun prenne ses dispositions : bientôt ce sera la loi de la jungle !

* Par Cissé Kane NDAO
Président A.DE. R