MACKY SALL : Les 05 bouleversements du mandat en cours (par Mamadou Mouth BANE)

Au-delà de la gestion solitaire du pouvoir, qui est quand même une réalité dans la gouvernance de Macky SALL, une rupture brutale a été constatée dans ses relations avec les différents acteurs de son régime. Le coach Macky SALL est l’orfèvre de ce dysfonctionnement, lui qui a opéré  des changements dans son effectif dès le lendemain de sa réélection en 2019.
 
Un régime politique, c’est comme une équipe de football, il s’appuie sur des piliers (des cadres) avec des profils différents, ayant le même objectif, c’est-à-dire le succès de la mission du patron : Macky SALL. Or depuis 2012, SALL dispose d’une sélection sans avoir une véritable équipe.
 
Au début de son second mandat, il s’est rendu compte de son erreur d’avoir limogé du gouvernement des ténors qui pourraient rejoindre l’opposition, comme il l’avait lui-même fait en 2008.
 
Aly Ngouille NDIAYE ancien ministre de l’Intérieur, Boun Abdallah Dione ancien Premier Ministre, Mme Aminata Touré ancien Premier ministre, Amadou BA ancien ministre de l’Economie et des Finances puis des Affaires Etrangères, Makhtar CISSE ancien ministre du Pétrole, Maxime NDIAYE ancien Secrétaire général de la Présidence, ont été écartés de la gestion du pouvoir après avoir sué pour la réélection du président Macky SALL.
 
Pour certains, on leur prêtait une ambition présidentielle. Quoi de plus normal dans un pays où les mandats présidentiels sont limités ? Peut-on reprocher à un acteur politique d’avoir une ambition ? Et pourtant, le président SALL était mieux placé que quiconque, pour comprendre les dessous des batailles de positionnement, pour avoir vécu cela d’avril 2004, lorsqu’il venait de succéder à Idrissa SECK à la primature, à Novembre 2008, lorsque Mamadou SECK lui succédait à la présidence de l’Assemblée Nationale.
 
Ainsi, durant le second mandat du président SALL, la gouvernance a connu des bouleversements qui ont eu des conséquences politiques peu confortables sur son régime.
 
1er bouleversement : La mise à l’écart des cadres du pouvoir
 
Macky SALL ne devrait pas se séparer des caciques de son pouvoir tout d’un coup. Ce fut une grosse erreur, et il s’en est rendu compte bien après. La gestion des hommes est un talent qui exige une certaine ouverture d’esprit et de cœur.
 
Lorsque les Lions du Sénégal ont gagné la CAN, s’adressant à l’entraineur Aliou CISSE, le président l’avait appelé : «EL TACTICO».  Là, il magnifiait la capacité managériale de Cissé et son savoir-faire dans la gestion du groupe. Il était inimaginable qu’Aliou CISSE écarte du groupe des cadres comme : Kalilou KOULIBALY (Mme Aminata Touré), Gana GUEYE (Aly Ngouille NDIAYE), Sadio MANE (Amadou BA), Saliou CISS (Makhtar CISS), Ismaïla SARR, (Boun Abdallah DIONE). Il allait échouer dès le premier tour de la compétition. Et pourtant, c’est cette maladresse que le président SALL avait fait, lorsqu’il a été réélu. Le limogeage des cadres de son groupe, a créé un vide qui a affaibli les piliers de son régime avec ces retombées politiques peu élogieuses, que la coalition Benno connait aujourd’hui.
 
Imaginez du côté de Yewwi Askan Wi que le leader Ousmane SONKO écarte : Barthélémy DIAS, Khalifa Sall, Déthié FALL, Aida MBODJI, Maimouna BOUSSO, Malick GACKOU, Birame Souleye DIOP, Diomaye FAYE etc. Il se retrouverait tout seul et deviendrait alors politiquement très vulnérable face à des adversaires virulents, voraces et ambitieux.
 
Sans protester, Boun Abdallah DIONE, Amadou BA et compagnie accepteront le sort que leur avait réservé le chef. Sur les gradins, ils suivent les événements en spectateurs. Et, c’est dans ce contexte que la pandémie a traversé les frontières sénégalaises.
 
 
2e bouleversement: la pandémie du Covid-19
C’est le 02 Mars 2020 que le Sénégal a connu son premier cas de Covid-19. Ce fut un choc social, politique et économique. Les pays riches toussent, les pauvres s’étouffent.
 
Le Président Sall s’adresse aux Sénégalais et lance le Plan de Relance Economique et Social (PRES) : 1.000 milliards de francs CFA. Le pays s’arrête et le système de production économique avec. La gestion de la pandémie exige un changement de comportement. Le télétravail est encouragé dans les entreprises. Mais le problème au Sénégal se situe plus au niveau du secteur informel et de la jeunesse.
 
Pendant 12 mois, jour pour jour, aucune activité culturelle ni sportive, aucun concert musical, les boites de nuit sont fermées. Pas de lutte, Gaston Mbengue et consorts suspendent les combats parce que les stades sont fermés, les rassemblements interdits.
 
A partir de 18h, l’économie de nuit s’arrête à cause du couvre-feu sur toute l’étendue du territoire. Les taximen ne circulent pas. Les vendeurs de «dibi», de «fondé », de  «thiéré », de diner dans les quartiers populaires, les restaurants, les boutiquiers etc., cessent toute activité. Les pères, des mères de familles et les jeunes « gorgorlou » perdent leurs revenus qu’ils gagnaient en tant qu’acteurs du secteur informel. Les petits métiers étaient frappés par les interdictions.  Dans la durée, ces mesures ont eu des conséquences sociales dramatiques. Dans les foyers, les jeunes s’étouffaient et en avaient ras le bol du «rester chez vous».
 
Au mois de Juillet 2020, le Gouvernement avait eu sa première alerte lorsque les transporteurs avaient provoqué des émeutes dans les foyers religieux : Mbacké, Tivaouane, Kaolack, Touba… Ils exigeaient la levée de l’interdiction du transport inter urbain. Dès le lendemain, l’ancien ministre de l’Intérieur d’alors Aly Ngouille Ndiaye a tenu une conférence de presse pour satisfaire leur exigence. Cette décision avait calmé les transporteurs sans pourtant tempérer la colère des jeunes dans les quartiers.
 
Au sein de la police, des agents réclamaient des indemnités d’heures supplémentaires, suivie d’une grosse polémique. Des membres du corps médical étaient plongés dans un mécontentement, menaçant même d’aller en grève, à cause de leur condition de travail exécrable durant la gestion de la pandémie. Certains agents de santé étaient arrêtés au cours des patrouilles des Forces de l’ordre durant le couvre-feu. Ils n’avaient pas des moyens de transports à leur disposition pour rentrer chez eux aux heures de descente durant lesquelles, le transport public est absent.
 
Ensuite, les aides octroyées aux familles démunies (riz, sucre, huile etc.) avaient suscité une grosse polémique impliquant le Ministre Mansour FAYE accusé d’avoir passé des marchés en violation du Code des Marchés.
 
La pandémie avait créé un climat social délicat à Dakar et dans les autres grandes villes du pays.
 
Les nombreuses audiences accordées à des personnalités de la classe politique par le Chef de l’Etat, n’avaient pas permis d’aplanir les tensions politiques entre pouvoir et opposition. Douze (12) mois après, c’est-à-dire, un an après l’apparition du premier cas de Covid-19, Mars 2020/2021, des émeutes éclatent à Dakar.
 
3e bouleversement: l’affaire Adji Sarr/Ousmane Sonko
Mars 2021, le Sénégal a connu des émeutes d’une rare violence dont l’affaire Adji SARR et Ousmane Sonko a été le déclencheur. Plusieurs morts ont été enregistrés. Les jeunes qui avaient peur de violer les mesures prises dans la gestion de la Covid-19, en profitaient pour rejoindre les manifestants de l’opposition.
 
Les manifestations prennent une autre tournure. Les jeunes qui étaient regroupés chez le leader de Pastef, seront renforcés par d’autres, en des endroits différents à Dakar et dans le reste du pays. Ainsi, la contestation qui avait démarré à la Cité Keur Gorgui, progresse vers Sacré cœur, puis la banlieue : les Parcelles Assainies, Guédiawaye, Pikine, Keur Massar, Rufisque.
 
Ce fut une belle occasion pour les jeunes de faire leurs emplettes sans frais dans les grandes surfaces après une année d’inactivité imposée par la pandémie. L’affaire Sonko/Adji a été une aubaine pour ces jeunes. Dans les grandes surfaces, ils chargeaient de la nourriture sur des charrettes. Dans certains quartiers de Keur Massar l’huile, le sucre et le riz volés chez Auchan, étaient revendus dans les rues par des jeunes. Le bidon de 10 litres était revendu à 2500FCFA.
 
Il y avait une constellation  de revendications portées par les jeunes. D’aucuns se battaient pour la libération d’Ousmane Sonko, d’autres à cause des mesures prises contre la Covid-19 et qui ne leur permettaient pas de reprendre leurs activités et d’avoir des revenus. Ils en voulaient à Macky SALL et à son Gouvernement. Cette colère s’apercevait dans les messages qu’ils criaient. De «Libérer Sonko», les jeunes ont effectué une glissade en disant : «Macky dégage» ou bien «Pas de 3e mandat». Lorsque le leader de Pastef a été inculpé, mis sous contrôle judiciaire puis libéré, des jeunes ont poursuivi les casses dans les boutiques et stations. En vérité, ils ne voulaient pas que Sonko soit libéré. Son arrestation leur servait de prétexte pour vider les échoppes.
 
Pour la gestion de cette crise née de la conjugaison de l’affaire Adji SARR et les conséquences sociales de la Covid-19, le président SALL était obligé de renouer avec ses anciens cadres qu’il avait limogés. Il avait en face des jeunes qui se considèrent comme les «oubliés de la croissance» (ou les «oubliés de la République»), et qui voulaient profiter de cette chienlit afin de rattraper les 12 mois sans revenu, depuis le fameux : «restez chez vous ».
 
Adji et SONKO avaient alors rapproché Macky SALL de ses anciens lieutenants qui avaient repris leur service politique. On se rappelle, l’ancien Premier ministre Boun Abdallah DIONE, qui était resté plus d’un an sans sortir en public, était obligé d’accorder un entretien à Mamadou Ibra Kane de «Emédia». Amadou BA va à la TFM. Mme Aminata Touré reprend sa plume, Aly Ngouille NDIAYE sera chez Maimouna Ndour FAYE à «7TV ». Ce fut la grande solidarité au sein de l’Apr pour défendre le patron et l’aider à sortir de la zone de turbulence. Seuls Makhtar CISSE et Maxime Ndiaye ont continué à garder leur silence depuis leur mise à l’écart.
 
 
 
3e bouleversement: Retour du Premier ministre
Le président SALL engage des manœuvres politiques qui souvent, se retournent contre lui. Or, en voulant trop dribler, on finit par perdre le contrôle de la balle ou à faire la passe à son adversaire.
 
En décidant de ramener le poste de Premier ministre, le président SALL avait servi l’argument de son mandat à la tête de l’Union africaine. Il fallait alors qu’il nomme un chef de gouvernement pour pouvoir s’occuper de la présidence de l’UA. Mais, cela fait 08 mois qu’il dirige l’Union africaine sans nommer un Premier ministre au Sénégal. Des faucons ont véhiculé l’idée d’un report de la nomination du Premier ministre jusqu’après les élections législatives. C’était peut-être pour lui, une manière, de maintenir les prétendants à ce poste, dans le groupe.
 
En reportant la nomination du Premier ministre alors que le projet de loi a été voté en procédure d’urgence à l’Assemblée nationale, le président SALL était resté dans sa logique de calcul politique. Or, c’est le Premier ministre qui conduit la politique du Gouvernement. En l’absence de celui-ci, alors que la loi est votée en urgence, on note une violation des textes. La politique du gouvernement est déroulée sans un Premier ministre seul habilité à l’appliquer selon la loi. Même le chef de l’Etat n’est pas habilité à conduire la politique du Gouvernement. C’est au Premier ministre que reviennent ces prérogatives. Malgré cela,  le président SALL ira aux Locales sans nommer le chef du gouvernement, tout en gonflant l’espoir chez les prétendants qui ont été obligés de s’investir pour gagner leur base. Toutefois, Benno perdra les grandes villes aux élections locales, tout en préservant la majorité en terme de voix.
 
 
 
4e bouleversement: Les élections locales
Malgré la loyauté dont ces Cadres ont fait montre à son égard, le président SALL n’avait pas varié dans sa logique de les mettre en dehors de la gestion du pouvoir. Il les entretient avec des «SMS » ou des appels téléphones, histoire de leur dire : «je vous oublie pas». En dépit de leur mise à l’écart, Mme Aminata Touré, Amadou BA et les autres n’ont jamais rejoint l’opposition, comme l’avaient fait Abdoul Mbaye, Thierno Alassane SALL, Me Moussa DIOP etc. Ils ont continué à s’investir pour le parti.
 
Cependant, lors des Locales, la coalition était minée par des querelles de positionnement marquées par des listes parallèles crées par des membres de la famille du président et ses amis proches. Il dira avoir autorisé certaines listes parallèles. Sa déclaration avait provoqué un désordre dans les rangs de sa mouvance. Dans toutes les grandes villes, les voix de Benno sont dispersées dans les listes parallèles.  La perte des villes comme Dakar, Guédiawaye, Touba, Ziguinchor, Kaolack et Thiès aux Locales ouvre les perspectives d’un second tour en 2024.
 
5e bouleversement : Les élections législatives
 
Le 31 Juillet 2022, cette tendance s’est confirmée dans toutes les grandes villes. Pire encore, Benno a perdu des localités qu’elle avait gagnées, il y a 06 mois. Il s’agit là d’une dynamique qui se confirme à chaque élection. Et, il est évident s’il avait de nouvelles élections dans 06 mois, Benno pourrait même perdre Fatick, base du président SALL. Dans la mesure où maintenant, c’est la dynamique des locales qui se poursuivit et qui s´est renouvelée aux législatives.
 
 
Le retard dans la nomination du Premier ministre, le maintien de ce gouvernement depuis la débâcle des élections locales, sont en partie à l’origine de cette contreperformance du 31 Juillet 2022. Le président SALL semble ne pas faire une lecture lucide des causes des échecs électoraux de sa coalition.
 
Par contre, il faut reconnaitre qu’au plan électoral, à chaque fois, le président de la République gagne plus de voix à la présidentielle que sa coalition aux législatives. Par exemple, en 2019, Macky SALL avait obtenu 2 555 426 voix à la présidentielle. En 2022, la coalition Benno Bokk Yakaar a obtenu 1.518.137 voix. Le président SALL dépasse ainsi Benno Bokk Yakaar de 1.037.289 voix.  Seulement, l’on n’a pas compris pourquoi, cette année, le président SALL n’est pas descendu sur le terrain pour battre campagne pour sa coalition comme en 2017 ?
 
Il faut le dire à haute voix. Benno a atteint ses limites. Cette coalition n’a plus d’avenir ni de succès dans l’avenir. Elle ne mobilise plus parce qu’elle est caduque. C’est un emballage qu’il faut changer pour les prochaines batailles électorales. Benno Bokk Yakaar ne gagnera plus d’élection au Sénégal.
 
 
Même si son électorat du Nord et l’Est se rétrécit, Macky et sa coalition demeurent majoritaires dans ces régions. Mais le hic, c’est qu’il a affaibli ses responsables qui devraient l’aider à conquérir l’Ouest, le Centre et le Sud qu’il a perdus.
 
 
Malgré la mise à l’écart dont ils ont fait l’objet, ces anciens ministres se sont investis durant toutes les deux campagnes. Mme Aminata Touré a été à la hauteur de sa mission politique. Cette dame s’est surpassée durant ses élections. Elle a fait preuve d’une grande générosité dans l’action de par son engagement et sa détermination à offrir la victoire à Benno. Mme Aminata Touré a accepté d’être la tête de liste d’une coalition craquelée en mille morceaux qu’elle a tentée de recoller. Elle a tenu tête à tous les hommes investis comme tête de liste. Et, elle a eu le mérite de clouer le bec à Ousmane Sonko, qui cherchait à se mesurer à cet ancien Premier ministre. Depuis sa fameuse réplique, Sonko est retourné dans son trou.
 
Ce n’était pas évident pour elle, d’avoir ce résultat parce qu’elle avait en face, des opposants qui surfaient sur deux thèmes : le 3e mandat et les LGBT. Ces deux sujets sortent totalement du cadre de compétence de Mme Aminata Touré qui a, tout de même, apporté des réponses pertinentes. Seulement, le président SALL qui s’est évertué à clarifier sa position sur  l’affaire des LGBT n’a pas fait autant sur le 3e mandat. Son  «ni oui ni non », a coûté des voix à sa coalition.
 
Les investitures ont été également mal faites par localité. L’on avait l’impression que le président SALL ne voulait pas mettre comme tête de liste un homme qui a une ambition présidentielle. L’homme qui serait investi tête de liste, aurait déjà une longueur d’avance sur les autres. Car il aurait fait le tour du Sénégal durant la campagne en attendant la campagne de 2024. Il a donc positionné Mme Aminata Touré, qui semble être selon lui, la plus résiliente.
 
On se rappelle en 2005, lorsque Me Abdoulaye WADE avait confié à Macky SALL son numéro deux, la mission de redynamiser le PDS au niveau national.  Sans explication, Me Wade avait mis un terme à cette tournée. Car, on lui aurait dit que Macky SALL profitait de cette tournée pour caser ses hommes dans les postes stratégiques du parti. A l’époque, le président SALL était soupçonné de noyauter le parti avec ses hommes. Voilà aujourd’hui, pourquoi, il ne voulait pas d’un homme ambitieux comme tête de liste de Benno aux législatives. Et, ne soyez pas surpris s’il nommait une femme comme chef du gouvernement ou un homme sans épaisseur politique. Dans tous les cas, s’il le fait, c’est qu’il aspire à une 3e candidature pour 2024.
 
Dans son calcul, le président SALL a investi Mme Aminata Touré pour éviter l’affirmation d’un leadership masculin qui pouvait être une solution de rechange pour 2024.
 
Durant ces législatives, l’on a noté une démobilisation et des engagements limités chez certains caciques du parti. En plus, le Gouvernement a perdu la voix à cause de l’absence d’un porte-parole charismatique. Sur les questions majeures, personne ne prend la parole pour afficher la position du Gouvernement. Et face à cette forte opposition, aucune stratégie n’est mise en place pour affiner la communication du régime de Macky SALL. Il y a un désengagement à tous les niveaux. Selon certains, l’inaccessibilité du président SALL ne facilite pas les initiatives dans le sens de corriger les imperfections  dans la communication de son équipe.
 
En outre, il faut dire que le président SALL n’a pas pu créer un vrai parti de masse pour avoir une réserve de compétences.  Il s’est livré à du colmatage, des alliances fragiles et incertaines sur le long terme. Or, en politique, les leaders traversent des déserts, renaissent grâce à la richesse de leurs ressources humaines et de leurs militants prêts à se sacrifier pour le parti. Cela fait défaut au président SALL dont le parti l’Apr ne se réunit plus depuis plus de deux ans. Toutes les instances dirigeantes sont plongées dans une léthargie.
 
On ne peut pas manquer de poser la question de savoir pourquoi, le président Macky SALL a perdu toutes les villes religieuses du Sénégal malgré son riche bilan dans ces foyers ?  Pourquoi, en dépit des insanités dont les marabouts font l’objet dans les réseaux sociaux de la part des partisans d’Ousmane SONKO, l’opposition a raflé les voix dans ces cités religieuses ?
 
Par ailleurs, l’on ne peut pas comprendre la défaite de Benno dans les communes traversées par le TER, ce projet salué par tous les usagers entre Dakar et Diamniadio.
 
Est aussi incompréhensible, la sanction des jeunes malgré les 450 milliards dépensés pour le programme «Xeeyu Daw Yi». Le président SALL devrait s’approcher davantage des jeunes en les trouvant dans leur milieu naturel, leurs quartiers, les terrains de football, l’arène de lutte, les marchés, les champs, les transports en commun etc., pour effacer la distance qui le sépare de sa jeunesse.
 
Aujourd’hui, le président SALL est dans une position politique inconfortable. Dans la mesure où son parti l’Apr ne contrôle pas la majorité sur la liste des députés obtenus par Benno Bokk Yakaar. Les alliés disposent d’un stock important de députés sur cette liste.
 
Alors, avant de miser sur le ralliement de Pape Diop ou de «Wallu », il faudra d’abord se demander si Macky SALL, pourra compter sur les députés des partis alliés du Ps, de l’Afp, de la LD etc., pour espérer avoir une majorité ? Le bout du tunnel est encore loin…
 
Mamadou Mouth BANE