Accueil Actualités Mali : la CEDEAO ne lâche pas IBK !

Mali : la CEDEAO ne lâche pas IBK !

La communauté économique de états de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) reste constant dans sa démarche de remettre Ibrahima Boubacar Keïta sur son fauteuil de Président de la République malienne. C’est ce qui ressort du sommet des Chefs d’état qui s’est tenu ce jeudi par visioconférence. Lors de cette rencontre, la CEDEAO a réitéré sa condamnation du coup de force. Les sanctions contre le Mali, fermeture de toutes les frontières terrestres et aériennes ainsi que l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, financières et commerciales à l’exception des denrées de premières nécessités, des médicaments, du carburant, et de l’électricité entre les pays membres et le Mali, ont été également confirmées. Les Présidents de la CEDEAO ne désespèrent pas aussi de réinstaller Ibrahima Boubacar Keïta sur son fauteuil. « Nous travaillerons de façon inclusive, avec tous les fils du Mali afin que ce pays s’engage dans un processus où ses institutions démocratiques seront pleinement rétablies et opérationnelles et ce dans les meilleurs délais », a déclaré au cours du sommet le Président en exercice Mahamadou Issoufou.

Mbissane TINE-Senegal7

13 Commentaires

  1. […] La CEDEAO plaide le rétablissement de Ibrahim Boubacar Keita mais les mutins semblent avoir un autre agenda. Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a été à l’origine du coup de force a évoqué une possible poursuite judiciaire. Le Colonel Ismaël Wagué, porte parole du CNSP, soutient que c’est pas au comité de décider du sort du président déchu, « c’est pas à nous de le décider. Il y’a le système judiciaire qui va décider de ça. C’est pas notre travail », a déclare le Colonel Wagué sur France24. Le porte parole du CNSP a également abordé la question de la transition selon lui, elle va être gérée par un militaire ou un civil, « on n’est déjà entrain de rencontrer des forces libres. C’est à l’issue de ces rencontres qu’on va mettre en place un conseil de transition avec un Président qui va être un militaire ou un civil », a-t-il déclaré. […]

  2. […] La CEDEAO plaide le rétablissement de Ibrahim Boubacar Keita mais les mutins semblent avoir un autre agenda. Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a été à l’origine du coup de force a évoqué une possible poursuite judiciaire. Le Colonel Ismaël Wagué, porte parole du CNSP, soutient que c’est pas au comité de décider du sort du président déchu, « c’est pas à nous de le décider. Il y’a le système judiciaire qui va décider de ça. C’est pas notre travail », a déclare le Colonel Wagué sur France24. Le porte parole du CNSP a également abordé la question de la transition selon lui, elle va être gérée par un militaire ou un civil, « on n’est déjà entrain de rencontrer des forces libres. C’est à l’issue de ces rencontres qu’on va mettre en place un conseil de transition avec un Président qui va être un militaire ou un civil », a-t-il déclaré. […]

  3. […] La CEDEAO plaide le rétablissement de Ibrahim Boubacar Keita mais les mutins semblent avoir un autre agenda. Le Comité national pour le salut du peuple (CNSP) qui a été à l’origine du coup de force a évoqué une possible poursuite judiciaire. Le Colonel Ismaël Wagué, porte parole du CNSP, soutient que c’est pas au comité de décider du sort du président déchu, « c’est pas à nous de le décider. Il y’a le système judiciaire qui va décider de ça. C’est pas notre travail », a déclare le Colonel Wagué sur France24. Le porte parole du CNSP a également abordé la question de la transition selon lui, elle va être gérée par un militaire ou un civil, « on n’est déjà entrain de rencontrer des forces libres. C’est à l’issue de ces rencontres qu’on va mettre en place un conseil de transition avec un Président qui va être un militaire ou un civil », a-t-il déclaré. […]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici