Accueil Actualités Mali : L’Imam Dicko cristallise tous les espoirs du peuple

Mali : L’Imam Dicko cristallise tous les espoirs du peuple

Mali

Au Mali, la percée de l’imam Dicko comme figure centrale de l’opposition au pouvoir en place est le fruit d’un long processus dans lequel la responsabilité de toute l’élite politique est largement engagée.

Ce 19 juin, pour le troisième vendredi consécutif, l’imam appelle à manifester pour pousser « IBK »  à la démission, un président « obligé » qu’il se targue d’avoir « mis en place ».

Décrit  comme un « salafiste wahhabite », M. Dicko s’est engouffré dans la brèche politique malienne et a séduit des pans entiers de l’intelligentsia et de la jeunesse « éduquée ». Il use, paradoxalement, d’une rhétorique aux apparences « modernes » pour mieux combattre la modernité sociale.

En 2009, avec le soutien de la majorité de la classe politique, il mobilisa contre la promulgation d’un code de la famille jugé « anti-islamique » bien que voté par l’Assemblée nationale.

A côté d’un islam traditionnel « populaire » incarné par Chérif Ousmane Madani Haïdara, choyé par l’Etat et ses partenaires internationaux, Mahmoud Dicko a développé un discours proche des réalités de la population.

Par un travail de longue haleine et la rupture d’avec l’islam traditionnel critiqué pour sa subordination au pouvoir, il a convaincu bien au-delà de l’élite arabophone et séduit des cadres de la haute administration et du monde économique.

Les principes de bonne moralité en bandoulière, il fédère les sensibilités religieuses et profite du recul des idéologies de gauche qui permettaient, jadis, de formuler la critique d’une « hégémonie néolibérale ».

  1. Dicko a compris que pour agréger les frustrations actuelles, il fallait épurer son discours de références islamistes afin d’opérer une jonction inédite entre mouvances salafistes et anciens militants de la gauche nationaliste qui voient en ce « smart islam »une forme efficace de contestation de l’Occident et d’un « néo-impérialisme ».

Afin de masquer son fond religieux, l’offre politique de M. Dicko est soigneusement emballée d’une critique de la mal-gouvernance. Le tout dans un contexte de rejet de la présence militaire étrangère.

La manifestation du 5 juin à Bamako, où un ultimatum a été lancé au président Ibrahim Boubacar Keïta pour qu’il démissionne, a été un tournant.

Pour la première fois, des milliers de personnes se sont réunies à l’appel d’une coalition d’hommes politiques, de religieux et de membres de la société civile, dont Mahmoud Dicko. ,rapport le journal le Monde.

Elle a permis à l’imam d’approfondir les dissensions au sein de la communauté musulmane, d’amputer l’arrière-garde de la politique malienne de ses leaders, presque tous signataires du communiqué final demandant à « IBK » de partir.

Assane SEYE-Senegal7

 

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

4 + quatre =