L'Actualité en Temps Réel

Mali : Quand Wagner divise des leaders de la région ouest africaine

Les autorités de la transition malienne veulent en finir avec l’insécurité et le banditisme dans leur pays. Pour ce faire, le Mali n’exclut pas de faire appel aux service du groupe russe Wagner. Aussi un « plan B » pour faire face à l’après-Barkhane. Mais pour le Niger la présence de «mercenaires étrangers russes» ne saurait être tolérée.

Sur les antennes de Rfi, la semaine dernière, le ministre nigérien des Affaires étrangères Hassoumi Massaoudou avait affirmé que le Niger ne saurait tolérer la présence de «mercenaires étrangers russes» dans la sous-région. Des propos qui ont irrité les autorités maliennes de transition qui ont jugé les propos du diplomate nigérien injurieux et injustifiés.

« Mais nous ne comprenons pas ces agitations, nous ne comprenons pas ces prises de position, qui en vérité ne correspondent à rien, ni politiquement ni juridiquement. La charte de la transition qui n’a connu aucune modification à ce jour, est claire. La transition c’est dix-huit mois. Pas plus. Il faut considérer les textes. Le plan d’action est passé devant le législateur malien. La charte a été adoptée par le peuple malien. Ce ne sont pas les déclarations d’un Premier ministre, aussi respectable soit-il, qui peuvent remettre en cause cela », a dit Nouhoum Sarr, président du Front africain pour le développement et membre du Conseil national de transition.

Une atmosphère qui risque d’installer un malaise diplomatique entre Bamako et Niamey.

Pour Nouhoum Sarr, le Mali est suffisamment souverain pour assumer ses choix sur ses partenaires faisant allusion à la possible collaboration entre Wagner et le Mali sans manquer de mettre en garde contre toute ingérence.

« Le Mali est une nation souveraine, qui est libre de contracter avec qui il veut, pourvu que l’objet du contrat soit licite. Nous ne faisons d’ingérence chez personne, nous n’accepterons pas que les gens fassent aussi de l’ingérence chez nous. Ce sont des pressions inutiles. Nous discutons avec tous les pays d’égal à égal, conformément aux intérêts de notre pays », a-t-il laissé entendre.

A.K.C – Senegal7