Accueil Actualités MAMADOU MOUTH BANE: « Idrissa Seck n’a-t-il pas raison de se taire » ?

MAMADOU MOUTH BANE: « Idrissa Seck n’a-t-il pas raison de se taire » ?

MAMADOU MOUTH BANE

Depuis que le Conseil constitutionnel a déclaré Macky Sall vainqueur à l’élection présidentielle de 2019, le candidat de « Rewmi », Idrissa Seck, s’est retranché dans son coin pour suivre de loin le fonctionnement du pays. Bon nombre de Sénégalais, surtout la presse, ne comprend pas son attitude. Les plus malveillants sont allés jusqu’à parler de «deal» entre le Président Sall et lui. Mais le débat politique actuel est-il assez serein et pertinent pour permettre à un homme d’État de la trempe d’Idrissa Seck de se prononcer ? Est-ce que la polémique autour du chef de l’Opposition a sa raison d’être ? La presse joue-t-elle réellement son rôle ou bien est-elle tombée dans le piège des acteurs politiques ? Idrissa Seck n’a-t-il pas raison de garder le silence, dès l’instant où les électeurs sénégalais ont préféré accorder leur confiance à Macky Sall ? Doit-il maintenir le pays dans une atmosphère de campagne électorale jusqu’en 2024 ?

Ce débat sur le chef de l’Opposition a-t-il sa raison d’être ?
Si nous nous disons la vérité, nous devons tous reconnaître que développer le Sénégal demeure une mission quasi impossible, car le facteur déterminant, qui obstrue la voie de l’émergence du Sénégal, est en chacun d’entre nous. Nous ne posons jamais les bonnes questions et celles qui sont posées le sont mal. En plus, le subjectivisme à outrance, le favoritisme débordant et le militantisme mal dissimulé annihilent les rapports entre les acteurs politiques et au sein même de la presse.
Pendant plusieurs semaines, la presse, les acteurs politiques, les analystes etc. épiloguent, avec passion, sur la question du chef de l’Opposition. La question, elle-même, n’a pas été posée ni par le chef de l’État, ni par l’Assemblée nationale. Elle a fait irruption dans le débat politique, et voilà que chacun y perd son énergie, sans raison, finalement.
Dans les instances du Dialogue politique, le sujet sur le chef de l’Opposition a noyé tous les autres, alors que des questions plus importantes, pour les Sénégalais et leur devenir, ont été tout simplement effleurées. Mais, le malheur, c’est que les Sénégalais se détournent souvent des sujets sérieux. Ils se délectent du facultatif et de l’accessoire. En vérité, cette question sur le chef de l’Opposition ne mérite pas de barrer la «Une» des journaux, parce qu’elle n’apporte rien dans le panier de la ménagère. Elle n’intéresse que moins de 05% de la population sénégalaise, c’est-à-dire une partie de la classe politique et une partie de la presse.
Que gagnent les citoyens dans ce débat sur le leader de l’opposition ? Et, c’est au moment où le monde se bat contre le virus qui menace l’économie mondiale qu’au Sénégal, une minorité d’acteurs politiques envahit les médias pour tenter de noyer la souffrance des Sénégalais confinés en plein couvre-feu.
Revenons aux choses plus sérieuses. Dans un pays où même le choix de la date des élections est source de division chez les acteurs politiques, croyez-vous qu’ils vont s’entendre sur les critères de choix du chef de l’Opposition ? Alors, pourquoi s’y attarder ? L’instinct partisan domine les relations entre les politiques. Dans ce débat, on se rend compte que mêmes les chefs de parti qui n’ont jamais participé à une élection osent réclamer le statut de chef de l’Opposition. Ils ont raison, car il n’existe pas de critères communs pouvant justifier un choix accepté par tous. Donc, n’importe qui peut postuler. Il est alors aisé de comprendre pourquoi un député, élu par la magie du plus fort reste, s’active lui aussi. Rien de surprenant, finalement.
Déjà, les opposants eux-mêmes, qui avaient refusé de reconnaître le Président élu en 2019, doivent-ils entretenir ce débat sur le chef de l’Opposition ? L’inconséquence est la chose la mieux partagée au sein de la classe politique sénégalaise. Les quatre candidats malheureux à la Présidentielle de 2019 avaient tous rejeté la réélection de Macky Sall. Pour demeurer fidèle à leur engagement, ne devraient-ils pas tout simplement abandonner cette question ? Mais non ! Chaque activiste politique tente, de par la virulence de son propos, aidé par son art dans l’affabulation, de se positionner comme chef de l’Opposition. Finalement, le galon de chef de l’Opposition s’acquiert par le verbe, pas plus. Comme si le verbe suffisait pour remplir les ventres affamés. Il faut changer la manière de faire la politique au Sénégal, et la presse a un grand rôle à assumer.

Quel doit être le profil du chef de l’Opposition ?
Le Sénégal est le pays où l’ascension politique s’effectue par le verbe et les propos mal placés. Nous devons être plus rigoureux vis-à-vis de nous-mêmes, d’abord, et vis-à-vis du pays. Le meilleur opposant ne saurait être le meilleur insulteur ou le plus bavard. Non ! On doit s’opposer par des idées, par une vision politique, par un projet de société cohérent et porteur d’espoir. Les Sénégalais ont assez souffert de l’inconscience de nos acteurs politiques. Les querelles, les insultes, les fausses accusations, le discours incendiaires n’ont jamais baissé le prix du kilogramme de riz. Les Sénégalais doivent cesser d’accorder leur temps à des gens qui n’apportent rien au débat.
Les Sénégalais veulent vivre mieux ! C’est-à-dire :
1- Manger bien et moins cher ;
2- Payer l’eau, l’électricité, le téléphone, le transport moins cher ;
3- Se soigner gratuitement ;
4- Apprendre dans des écoles sans grève ;
5- Vivre dans des quartiers sans inondations ;
6- Vivre dans des quartiers sans agressions ;
7- Voir les jeunes obtenir des emplois décents ;
8- Avoir de bonnes routes ;
9- Avoir des agriculteurs capables d’assurer l’autosuffisance alimentaire ;
10- Avoir un apprentissage de qualité dans nos universités ;
11- Réduire les conflits liés au foncier ;
12- Empêcher la grande corruption pour financer le développement ;
13- Donner à chaque sénégalais un toit etc.
Sérieusement, quel est le leader politique qui a fait des propositions concertes réalisables, sur ces questions ? Que proposent ces opposants pour assurer un mieux vivre aux Sénégalais ? On ne choisit pas le chef de l’Opposition par la longueur de sa langue, mais plutôt par la pertinence des remèdes qu’il propose face à nos difficultés.
Une solution ne saurait être une simple déclaration d’intention. Lorsqu’un opposant, tient des critiques sur une problématique, il doit être en mesure de proposer une solution en répondant aux questions : Comment ? Quand ? Combien ? Lorsque les opposants disaient, par exemple, que Me Abdoulaye Wade n’avait rien fait pour résoudre les inondations dans la banlieue, il ne devrait pas s’arrêter au constat et à la dénonciation. Ces opposants devaient aller plus loin en disant ce qu’ils allaient faire s’ils étaient à sa place. Mais la critique facile ne peut être une solution à nos problèmes. Mais malheureusement, les Sénégalais sont prompts à applaudir les adeptes de la critique facile. C’est parce que la majeure partie des citoyens n’ont pas les moyens intellectuels pour porter la contradiction à nos acteurs politiques, qui profitent de ces manquements pour gagner leur confiance. Cette pratique ne date pas d’aujourd’hui. Beaucoup de personnes ont assumé des responsabilités étatiques par la grâce du bout pointu de leur langue, mais ils n’ont aucune solution sérieuse.
Depuis toujours, les Sénégalais sont victimes de ce discours démagogiques des hommes politiques. Nos compatriotes ont besoin d’aide, afin d’être mieux armés pour pouvoir analyser et déceler les tares dans les discours trompeurs et les comportements souvent irresponsables de nos hommes politiques, car ils tombent souvent dans le piège de l’adhésion facile à n’importe quel discours. Jamais, le Sénégalais ne remet en cause le discours de l’homme politique qu’il soutient et à qui il accorde une confiance aveugle.
C’est aussi valable dans le milieu religieux. Le plus fous des charlatans aurait des milliers de talibés prêts à se sacrifier pour lui, à cause de leur ignorance. Il y a des chefs religieux qui ne méritent pas d’avoir des disciples, tout comme il y a des hommes politiques qui ne méritent pas d’avoir des militants. Ces derniers sacrifient des générations de jeunes, qui souffrent d’un manque d’éveil de conscience, ce qui constitue est un handicap réel chez certains.
Un ministre qui épilogue sur les sollicitations d’un fonctionnaire devenu député, lequel lui répond par des insultes en le traitant de « menteur » ; voilà le type de débat que nous méritons ; voilà le spécimen d’homme politique que la société sénégalaise a produit. En réalité, notre système éducatif n’a produit que les députés et les ministres que nous méritons. La baisse considérable du niveau de nos enseignements a engendré ces types d’acteurs politiques. Et voilà les comportements que la presse devrait dénoncer, afin de rappeler les hommes politiques à l’ordre.

Idrissa Seck n’a-t-il pas raison de se taire ?
La facilité avec laquelle la presse tombe dans le piège des acteurs politiques est ahurissante. Au Sénégal, c’est la classe politique qui dicte un comportement à une presse influencée et manipulée par celle-là. Or, cela devrait être le contraire. C’est la presse qui devait orienter le débat sur des sujets qui intéressent véritablement les populations. Par exemple, quelle valeur ajoutée apporte cette polémique entre Mansour Faye et Ousmane Sonko dans la vie des Sénégalais ? Aucune ! Et pourtant, cette guéguerre a fait la «Une» de certains journaux. Ces deux nous détournent des vraies questions, à quelques semaines de l’ouverture des classes, avec les écoles inondées, dans la banlieue surtout.
Alors, lorsque le débat politique atterrit dans les caniveaux, donnons raison à Idrissa Seck, qui a préféré s’éloigner pour éviter que son caftan blanc ne soit sali. C’est une décision sage de sa part. L’on a essayé de le sortir de son silence, en brandissant l’idée du chef de l’Opposition. Et, il semble que l’ancien Premier ministre a compris qu’il ne sert à rien de polémiquer sur un sujet sans importance, pour quelqu’un qui aspire à diriger un pays. Ensuite, ceux qui s’interrogent et s’offusquent du silence du Président de «Rewmi» gagneraient à approfondir leur réflexion, tout en restant cohérents avec eux-mêmes.
En 2019, Idrissa Seck avait sollicité le suffrage des Sénégalais, qui ont préféré élire Macky Sall. Alors, pourquoi certains veulent-ils qu’il se comporte en guignol politique dans les medias et dans les réseaux sociaux ? Idrissa est tout sauf un chroniqueur politique, il est un homme d’État réfléchi et averti, et il ne va jamais se rabaisser jusqu’au niveau de ces néophytes politiques, qui ont quasiment l’âge de son fils, Abdoulaye Seck.
De 1988 à 2000, puis de 2004 à 2012, Idrissa Seck a montré un talent respectueux d’opposant, contre Abdou Diouf et contre Me Abdoulaye Wade. Très jeune, il avait séduit tout le Sénégal à l’occasion d’une intervention sur l’Orts (devenu RTS), lors de la campagne aux élections législatives. Ce jour-là, Idrissa Seck avait parlé pour le compte de la Coalition créée par Me Abdoulaye Wade. Le lendemain, tout le Sénégal parlait de «Gounek Ablaye Wade gui !» (L’enfant de Ablaye WADE). C’était la première fois que le monde découvrait Idrissa Seck «Mara». Sa maitrise du français, de l’arabe et du Coran avait fait de lui un produit politiquement intéressant, dans un pays à plus de 90% de musulman.
Qui ne se rappelle pas le débat au second tour de la Présidentielle, en 2000, entre Idrissa Seck et Abdourahim Agne, le teigneux président du Groupe parlementaire socialiste que presque personne n’osait affronter au débat public. Plusieurs fois, le régime d’Abdou Diouf a tenté de le séparer de Me Abdoulaye Wade. L’ancien Premier ministre, Habib Thiam, rêvait de débaucher Idrissa Seck pour le faire nommer dans son Gouvernement.
En 2000, il inventa «la Marche bleue», qui avait porté le « Pape du Sopi » au pouvoir. Lorsqu’en avril 2004, il quitta la primature, Idrissa Seck s’engagea dans l’Opposition. Pendant plusieurs nuits, il empêcha les libéraux de dormir. En tant que jeune reporter à «Il est midi», aux moments des faits, ce que nous relatons est irréfutable. Idrissa Seck a fait face au Gouvernement du Sénégal, à la Justice sénégalaise, à la Police nationale et aux Services de Renseignement. Ses proches en avaient souffert. Faute de preuves irréfutables contre lui, le délit d’atteinte à la sureté de l’État lui a été collé, uniquement pour prolonger sa garde-à-vue, dans le but de le placer sous mandat de dépôt. Il aura obtenu un non-lieu pour toutes les accusations portées contre lui, car c’est Me Abdoulaye Wade, en personne, qui avait publiquement déclaré : «J’ai confronté Idrissa Seck avec ses accusateurs, qui étaient incapables d’apporter la moindre preuve de leurs accusations contre lui».
De 2004 à 2012, il s’était farouchement opposé au Pouvoir libéral. La chute de Me Wade a été déclenchée par Idrissa Seck, qui avait sollicité l’avis du constitutionnaliste français, Guy Carcassonne, qui avait exposé des arguments de Droit constitutionnel pour prouver que le « Pape du Sopi » ne pouvait pas se représenter pour un 3e mandat. Toute l’Opposition s’agrippa sur les arguments de M. Carcassonne. Mieux encore, invité à assister à une réunion du Comité Directeur du Pds, à la suite d’une réconciliation provoquée par de bonnes volontés, Idrissa Seck se rendit au Palais de la République devant les caciques du Pds et des membres de la Coalition. Seul, pendant plusieurs tours d’horloge, il défendit l’inconstitutionnalité de la candidature de Me Wade. Ce fut une grande première dans l’histoire politique du Sénégal. Ce sont des faits avérés, que nul ne peut remettre en cause.
Parlant de son bilan en tant que ministre, ministre d’État, Premier ministre et maire de Thiès, on ne pourrait pas omettre sa première rencontre avec le Club de Paris, marqué d’un succès éclatant, de sa gestion des bons impayés, sa stratégique pour l’équilibre budgétaire, sa gestion opérationnelle des « graps » de convergence, la stabilisation confortable du taux de croissance, sous son magistère à la Primature. On se garde d’évoquer son bilan à la Mairie de Thiès, qui avait provoqué beaucoup de jaloux au sein du Pouvoir d’alors. Idrissa Seck a un vécu. Alors, qu’est-ce que cet homme doit encore prouver ?
Maintenant, ayez la gentillesse de ne pas demander à Idrissa Seck d’avoir un comportement d’énergumène. Ne lui demandez pas, non plus, de se réduire en un animateur politique, pour un Homme d’État de sa dimension. Cet homme avait toutes les cartes en main, en 2019, pour créer des troubles dans le pays, comme le souhaitaient certains. Il suffisait qu’il lance un appel à la jeunesse pour que cette dernière envahisse les rues. Il porterait alors la responsabilité historique d’avoir entrainé le pays dans le chaos. Mais, face aux sages conseils de Touba, Idrissa Seck a préféré appeler au calme. Les activistes de la classe politique, qui sont prêts à défier ou déchirer le «Ndigeul» de Touba, sont libres de se signaler. Être président de la République n’est pas une finalité pour sa vie, disait-il. Son ambition, c’est de servir son pays, si les Sénégalais le souhaitent.
Ensuite, les électeurs qui ont choisi Macky Sall, en 2019, devraient-ils revenir pour lui demander de «parler» ? Lorsqu’on n’accorde pas sa confiance à une personne, on ne doit rien attendre de lui. En 2019, les Sénégalais ont accordé leur confiance à Macky Sall. Alors, c’est à dernier d’apporter les solutions à leurs problèmes, et non Idy.

L’attitude de la presse
Nous de la presse, nous devons avoir la claire conscience que notre rôle n’est pas seulement d’informer. La presse doit jouer un central dans la construction du pays et dans le renforcement de la démocratie et de l’État de Droit. Pour cela, nous ne devons pas être les serviteurs exclusifs de cette classe politique. Nous devons plutôt servir le peuple, en influençant le débat et en imposant aux hommes le vrai débat qui mérite d’être posé ; c’est-à-dire celui qui intéresse les Sénégalais, sans favoritisme. Ceux qui pensent que le meilleur journaliste est celui qui ne fait que critiquer le Pouvoir ou celui qui s’aligne du côté de l’Opposition, se gourent profondément. Le «journaliste du Pouvoir» ne sert pas, non plus, sa profession de la meilleure des manières.
Le meilleur d’entre nous est celui qui impose aux acteurs politiques d’apporter des solutions aux problèmes sociaux du pays. Mais il est dommage de constater que nous tombons souvent dans des débats de personnes. Chaque matin, presse écrite, télévisions, radios et sites internet relaient des débats de personnes, sans aucune importance sur le quotidien de la ménagère ou du paysan. Or, nous devons refuser d’être des relais de transmission des enfantillages de ces acteurs politiques sans projet de société.
C’est valable pour les opposants, tout comme pour les tenants du pouvoir. Lorsque le Président Macky Sall dit qu’il est prêt à faire un débat sur les inondations, en quoi cela constitue une solution pour les populations de Keur Massar qui se noient dans les eaux ? Les Sénégalais vous ont assez écoutés. De vous, ils attendent des solutions. Il revient à la presse d’interpeller ceux qui nous gouvernent et ceux qui aspirent à nous gouverner sur leur programme. Que les émissions TV, radios, la presse écrite et ces milliers de sites internet tordent le bras à ces acteurs politiques, afin qu’ils changent leur façon de faire la politique.
La jeunesse des reporters, dans les rédactions, est en quelque sorte l’une des explications de cette absence de débat de haut niveau, car un journaliste sans expérience ne peut pas animer un débat de haute facture. Voilà pourquoi les doyens de la presse ne doivent pas abdiquer des rédactions. Par exemple, en Europe, nous voyons des journalistes âgés de plus de 60 ans dans les rédactions. Au Sénégal, les doyens anticipent leur retraite, parce que souvent les jeunes journalistes ne sont pas assez humbles pour recueillir le meilleur en eux.
Le « buzz » est en train de ruiner l’information de qualité. Nous ne faisons plus d’efforts dans la quête de l’information utile. Insistons sur le terme «utile» car, maintenant, le citoyen sénégalais est gavé de futilités et de ragots. Lorsque la presse se perd son encre à épiloguer sur les cas «Rangou», Ouzin Keita, Pawlish Mbaye, Ndiaye Dragon, cela fait peur car, aux mêmes moments, la presse occidentale organise des débats sur la politique mise en place par leur Gouvernement pour relever leur économie, face à la concurrence russe et chinoise. Une presse de «faits divers» et de «comptes rendus», qui peine à aller en profondeur sur les questions qui relèvent de l’intérêt général, n’est pas dans son rôle. Certaines émissions télé provoquent un sentiment profond d’amertume.
Au Sénégal, la télévision est un jouet à la portée de n’importe qui. Chacun y va selon ses inspirations. Débats politiques sans aucune consistance, polémique à longueur d’édition, querelles entre acteurs politiques : voilà ce que certaines télés proposent aux Sénégalais. Finalement, les téléspectateurs sont devenus accros à la médiocrité. Sur toutes les chaines de télévision du pays, le tapis rouge est déroulé aux hommes politiques qui passent leur temps à raconter leur vie, sous le regard complice des animateurs. La presse doit éduquer l’élite politique en lui imposant d’aborder les vraies questions. Il faut un choc des idées et des projets de société entre acteurs politique. Les médias doivent mettre fin à cette publicité gratuite faite aux acteurs politiques. Il est préférable d’inviter des experts pour parler des sujets d’intérêts nationaux que d’offrir des temps d’antenne à ces politiciens qui ne roulent que pour eux-mêmes et leur propre parti.
Nous devons révolutionner la presse en changeant nos contenus. Chaque week-end, au Sénégal, la presse fait la part belle aux politiques, qui profitent de leur temps d’antenne pour s’insulter et s’adonner à la critique. Il faut que les journalistes exigent des hommes politiques des propositions à nos problèmes, plutôt que se contenter du simple constat de ce qui ne va pas, car les Sénégalais sont mieux placés pour dire ce qui ne va pas, dans la mesure où ils le vivent quotidiennement. De toute façon, à DakarTimes, nous n’allons pas remplir nos pages avec les propos d’un acteur politique qui se contente uniquement de dire que «ça marche pas».
Lorsqu’on dit que «ça marche pas», il faut ensuite dire comment faire pour ça marche. Lorsqu’on sollicite le suffrage des Sénégalais, il faut d’abord leur dire ce que vous allez en faire. De ce point de vue, la presse a un rôle à jouer. La presse informe, mais elle forme aussi, influence et construit l’opinion publique. Voilà, pourquoi nous devons rester prudents dans la gestion et la création de nos contenus. Nous ne devons pas «vendre» les acteurs politiques à la population ; nous ne devons pas, non plus, être les promoteurs de leurs enfantillages. La presse doit être au service du citoyen, de la vérité et de l’intérêt général. Or, nous savons tous que les hommes politiques ne sont pas toujours des défenseurs de la vérité, ni de l’intérêt commun.

5 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici