Accueil Actualités Mankeur Ndaye : «il ne faut pas donner raison à ceux qui...

Mankeur Ndaye : «il ne faut pas donner raison à ceux qui ne veulent pas des élections» en Centrafrique

La Centrafrique est à la veille de la date du scrutin couplé élections législatives et présidentielle. La situation est toujours volatile dans le pays. Des combats ont été signalés vendredi 25 décembre dans plusieurs localités du pays et trois casques bleus burundais ont été tués. La coalition des groupes armés CPC semble déterminée à perturber les élections. Malgré cette insécurité et les doutes qu’elle fait peser sur le déroulement du vote, la Minusca reste fermement opposée à un report de l’élection. Mankeur Ndaye, le numéro 1 de la Mission des Nations unies en Centrafrique, répond aux questions de Florence Morice.

Rfi : La coalition de groupes armés qui menacent Bangui, en cas de maintien de l’élection, a rompu sa trêve. Les affrontements ont repris, ce vendredi. Est-ce que, pour vous, les conditions sécuritaires sont toujours réunies pour tenir le vote ce dimanche ?

Mankeur Ndiaye : Tout à fait. Nous ne savions même pas qu’il y avait une trêve, parce que nous sommes l’objet d’attaques tous les jours, pratiquement, et nous pensons que les conditions sont réunies pour aller vers les élections.

Vous ne craignez pas une série d’attaques coordonnées sur les bureaux de vote, dimanche, le jour de l’élection ?

Tout est possible, nous ne l’excluons pas, parce que ces gens n’ont pas encore fini d’agir, parce qu’ils n’ont pas encore réussi. Mais nous sommes là… Avec les renforts que nous avons reçus, nous pensons que nous pouvons faire face.

Ils ont tout fait pour que les élections n’aient pas lieu, cela n’a pas marché. Nous avions prévu, justement, ce genre de situation, parce que Bozizé lui-même savait que sa candidature ne serait pas validée par la Cour constitutionnelle. Donc il s’était préparé à cela. La preuve, c’est qu’il n’a pas attendu la décision de la Cour, le 3. Trois jours avant, il est parti à l’intérieur du pays pour préparer sa riposte. Donc il faut s’attendre à d’autres types d’attaques.

Dans ce contexte, est-ce que le vote peut se tenir de façon sécure ?

Justement, c’est l’objectif de ceux qui ne veulent pas que le vote se tienne. Ils savent qu’ils ne peuvent pas venir prendre Bangui. Ils le savent parfaitement bien. Et donc, leur objectif, c’est de créer un climat de peur et d’insécurité, pour que les populations n’osent pas sortir voter. Dans Bambari c’est la même chose, Dékoa c’est la même chose, dans d’autres zones aussi, ce sera la même chose.

Il ne faut pas céder à cette stratégie et donner raison à ceux qui ne veulent pas que les élections se tiennent. La Communauté internationale, dans son ensemble, est pour que les élections se tiennent le 27 décembre. Il faut éviter toute forme de transition politique, qui va engager la Centrafrique dans une nouvelle ère de turbulence et d’instabilité aux conséquences incalculables.

Certains observateurs disent qu’il y a une marge de manœuvre de dix-quinze jours, pour un report technique qui n’aurait pas d’incidence sur le respect du calendrier constitutionnel.

Mais qu’est-ce qui nous dit qu’un report technique d’un mois va créer les meilleures conditions d’organisation des élections, des conditions meilleures que celles d’aujourd’hui ? Qu’est-ce qui nous le dit ? Rien ne nous le dit.

Ceux qui ne veulent pas des élections, si vous reportez les élections pour un mois, ils attendront une semaine avant pour créer les mêmes conditions. Et ensuite, on dira : « Encore un mois, encore un mois… », jusqu’au 30 mars, la date de fin du mandat du président Touadéra – le 30 mars – et ils diront : « Voilà. Le président, maintenant, est illégitime. Il doit quitter ». Et c’est la transition.

OCHA a recensé 55 000 personnes déplacées, qui ont fui leur domicile, ces derniers jours. Comment comptez-vous faire pour éviter que cette psychose n’entraîne un taux de participation très faible ?

Certaines personnes ont commencé à regagner leur foyer. Nous faisons tout pour ramener le maximum de Centrafricains à leur foyer.

Vous dites « le maximum de Centrafricains », cela veut dire que vous vous êtes fixé un seul de participation que vous estimez acceptable ?

Pas du tout. On n’a pas de seuil de participation acceptable, mais il faut travailler pour que le maximum de personnes aille retirer leur carte et voter, mais on n’a pas de seuil.

Et en l’état actuel des choses, vous ne pouvez pas garantir que l’ensemble des Centrafricains pourront voter dimanche ? Est-ce qu’on ne va pas vers une élection partielle qui ne dit pas son nom ?

Dans certains pays, parfois, il y a des zones d’insécurité où, parfois, les citoyens n’arrivent pas à voter. Cela s’est passé dans certains pays du continent. C’est parce que les gens ont compris que les conditions sécuritaires n’étaient pas réunies pour que dans telle région, telle ville ou village, les gens ne puissent pas voter. Cela peut se comprendre. C’est un pays qui est en conflit. Il ne faut pas l’oublier.

On comprend que vous ne souhaitez pas céder à la tentative des groupes armés de faire échouer le processus. Mais est-ce que des élections pas crédibles ne risquent pas d’entraîner de nouvelles violences ?

Attendons le 27 pour voir comment les choses vont se passer.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici