Mémoire : Pourquoi le Coronavirus convoque la Peste d’Albert Camus ?

0

La force du roman littéraire d’Albert Camus la Peste prix Nobel en 1957 et publiée en 1945, c’est d’avoir pu 75 ans après, poussé les hommes confrontés aux dures réalités du coronavirus à aller chercher des solutions dans l’imaginaire de ce roman présentant des caractéristiques étranges d’avec le Covid-19. Comble du destin.
L’intrigue du roman présente l’histoire d’une épidémie de peste qui sévit sur la ville d’Oran dans les années 1940. Des rats viennent mourir au grand jour ; ils portent le bacille de la peste.
L’épidémie de la peste
L’épidémie se répand dans la ville qu’il faut fermer ; le héros, le docteur Rieux – on apprend à la fin du livre que c’est lui en réalité qui relate les événements – est séparé de son épouse partie se soigner dans une ville voisine. Camus distingue plusieurs réactions face à ce fléau. Cottard, le cynique, se réjouit de façon malsaine des souffrances qui s’abattent sur les hommes, il tire profit de l’épidémie en organisant le marché noir ; son attitude vaine le conduit à la folie. Le prêtre Paneloux voit dans la peste le châtiment de Dieu qui punit les hommes pour leur égoïsme ; il invite les fidèles à la conversion ; mais, profondément bouleversé par la mort d’un jeune enfant, il se tait et meurt seul, sans avoir demandé l’aide de la médecine. Grand, le fonctionnaire, contaminé, guérit sans qu’on sache exactement pourquoi. Rambert, le journaliste parisien séparé de la femme qu’il aime, met tout en œuvre pour quitter la ville ; lorsqu’il en a la possibilité, il choisit d’y rester pour se battre avec ceux qui luttent. Rieux et Tarrou agissent pour organiser un service sanitaire qui soulage, autant que faire se peut, la souffrance des hommes. À la fin du roman, Tarrou meurt et Rieux apprend par un télégramme que sa femme, elle aussi, est morte. L’une des scènes les plus importantes du roman raconte l’agonie terrible et la mort d’un jeune enfant, le fils du juge Othon. Elle est commentée par Rieux en ces termes devenus célèbres : « Je refuserai jusqu’à la mort d’aimer cette création où des enfants sont torturés ».
Similitudes entre la Peste et le Coronavirus
Ainsi, même si la preste procède d’une métaphore historique et politique, il y a qu’elle a plusieurs points de similitude avec la maladie de la Coronavirus qui sévit présentement dans le monde. Le confinement des patients atteint par le virus, les séparations, les tragédies, les souffrances, la fermeture des frontières, les thérapeutiques, le nombre de morts qui s’accroit et les différentes personnalités du roman qui profitent de la panique généralisée pour régler des comptes personnels. Même le Docteur rieux présenté comme le héros du roman apprend par un télégramme la mort de son épouse dans une ville voisine d’Oran où sévissait l’épidémie. Comparé au Coronavirus, c’est plutôt le médecin Li Wenliang, 34 ans qui était parmi les premiers à avoir détecté la présence du nouveau coronavirus en Chine en décembre et à avoir donné l’alerte. Il est mort à l’hôpital central de Wuhan. En effet même si la peste procède d’une métaphore historique et politique, c’est-à-dire qui coïncide avec le mal de l’époque tels que l’antisémitisme, l’occupation Allemande, la guerre et les hécatombes qui ne s’expliquaient vraiment pas, il reste qu’elle circonscrit le mal qui peut résulter de l’animalité de l’homme. Egalement, à l’instar du coronavirus, la peste renseigne sur la précarité de la condition humaine et la nécessité pour les humains de s’entraider en toute adversité. Voilà pourquoi 75ans après la publication de ce roman littéraire, le coronavirus est venue booster ses ventes Selon un article du quotidien La Repubblica du 27 février 2020, le chef-d’œuvre de Camus s’est envolé de la 71e à la 3e place sur le portail de vente en ligne Ibs.it en Italie.
Assane SEYE-Senegal7

Leave a comment