L'Actualité en Temps Réel

MON, cher Grand frère, tu permets ! (Par Abdou Latif Coulibaly)

Mon cher grand frère MON – ce dimunitif que familiers et intimes affectionnent tant pour te nommer-, j’ai bien lu ton texte, plein d’émotion, agréable, écrit sur un ton fraternel pour me parler. Le texte partagé a accompagné le beau et doucereux message matinal envoyé depuis Dakar par mon épouse, tôt ce mercredi 16 novembre.
J’apprécie sincèrement que tu y exprimes tes regrets, s’agissant de l’article du Témoin évoquant mon état de santé. Tu t’y prends avec élégance, en affichant une transparence – tout aussi notable que la mienne que toi même tu soulignes–, sur ton propre état de santé.
Personnellement, je ne t’en demandais autant. C’est cependant avec beaucoup de peine que j’apprends ta maladie. Je compatis, mais je prie surtout, qu’il plaise à l’Unique, Le Transcendant : Dieu, pour qu’Il restaure au plus vite dans Son Infinie Miséricorde ta santé.
Heureux, que tu me parles, en expliquant à nos jeunes confrères, comment écrire sur la vie privée des hommes publics. Une belle leçon de journalisme ! Utile, en ces temps qui courent.
Tu rappelles ainsi, avec justesse, quelques règles sacrosaintes qui ont éte consacrées par une intelligente pratique professionnelle. Me concernant, merci de m’avoir informé que ce papier faisant état de ma santé dans le Temoin a été publié à ton insu.
Je n’en avais pas douté, je suis heureux cependant que tu le confirmes. Je te sais gré de tout ce que tu as dit.
Ayant pendant longtemps pratiqué le métier que nous avons en partage, je n’ai jamais ou très rarement émis la moindre objection sur les articles de presse qui ont parfois parlé de moi.
Comme sur d’autres qui m’ont critiqué en référence â mon travail. Je ne manquais pas dans tous ces cas de solides arguments pour objecter sur la relation des faits évoqués.
En tout état de cause, ton texte me réconcilie avec l’idée que je me suis toujours faite du journalisme. Il m’a également remis en accord avec cette conception qui, pour moi, doit encadrer la pratique de notre métier. Le métier qui est l’un des plus, sinon le plus beau au monde.
Mon cher grand frère, en publiant une video-reponse et en y précisant mon état réel de sante, je voulais juste rassurer les nombreuses personnes : proches, alliés, amis, toutes les relations humaines entretenues ça et là, qui se sont inquiétés, en lisant la presse du mardi 15 novembre 2022. C’est, à juste raison, que toutes ces personnes se sont montrées inquiètes, par rapport à mon état de santé. Rien d’autre que ça. Merci d’avoir été sensible à mon souci et d’avoir écrit.

Par Abdou Latif Coulibaly