Mort de François Mancabou : Ce qu’en dit Ousmane Sonko

François Mancabou, le seul membre supposé du commando de la «Force spéciale» qui n’a pas été inculpé et envoyé en prison est décédé à l’hôpital Principal de Dakar, mercredi à 22 heures 40 minutes.

« François Mancabou a violemment cogné le mur et les grilles de la cellule de détention sans que l’on sache réellement ses motivations profondes. Les enquêteurs disposent d’image vidéos de treize (13) minutes qui seront versées dans le cadre de l’enquête », a dit le procureur de la république, Amady Diouf, face aux journalistes, jeudi.

Cette version officielle ne passe pas chez Ousmane Sonko.

Le leader de Pastef jure que cette version est fausse. «Il a été torturé (jusqu’au) sang pour qu’il m’accuse de l’avoir envoyé faire des actes terroristes. Il a payé son refus de sa vie, croit savoir Sonko dans des propos tenus hier, vendredi, lors d’un meeting à Yeumbeul Sud, et repris dans les colonnes de Les Echos de ce samedi. Et le procureur a eu le toupet de venir raconter des contrevérités aux Sénégalais sans sourciller.»

Le leader du Pastef est revenu sur les conditions de l’arrestation du défunt: : «On ne l’a pas pris en train de faire un crime, ils l’ont trouvé chez lui sur son canapé pour l’arrêter. Il était en parfaite santé. Il a été détenu illégalement avant de rendre un corps inerte à sa famille.»

Ousmane Sonko a indiqué que «François Mancabou est la 19ème personne assassinée par le régime entre mars 2021 et aujourd’hui, pour des raisons politiques simplement».

Agé de 51 ans, François Mancabou était un ancien militaire et garde du corps de l’ancien ministre Cheikh Tidiane Gadio. Il a été arrêté 17 juin passé en marge de la manifestation interdite de la coalition Yewwi Askan Wil’ dans l’affaire dite «Force spéciale». Dans ce dossier judiciaire les mis en cause sont poursuivis pour complot contre l’autorité de l’État, actes de nature à occasionner des troubles politiques graves, association de malfaiteurs en vue d’organiser des bandes en leur fournissant des armes et munitions, dans le but de s’attaquer à la force publique, détention et transport de produits et substances incendiaires en vue de compromettre la sécurité publique et détention illégale d’armes à feu.

Diaraf DIOUF Senegal7