Accueil Actualités Mountaga Sy Dg Apix, sur le Doing business: «Les progrès attestent de...

Mountaga Sy Dg Apix, sur le Doing business: «Les progrès attestent de la pertinence du choix de nos actions et de nos plans d’actions»

Le directeur général de l’Apix, Mountaga Sy, se dit confiant que le cycle de réformes de la feuille de route Doing business 2018 permettra davantage d’améliorer le record du Sénégal et de le projeter parmi les 50 premières économies du monde en 2023. Il s’exprimait à l’issue de l’atelier de partage sur l’état de mise en œuvre des réformes de la feuille de route « Doing business 2018 ».

Pour le classement Doing business 2018, le Sénégal a adopté une feuille de route. Quels sont les objectifs et les grandes lignes ?

Cette feuille de route répond à une problématique visant à améliorer la façon de faire des affaires au Sénégal. Outre ses trois axes majeurs, le Plan Sénégal émergent (Pse) porte aussi le Programme de réformes de l’environnement des affaires et de la compétitivité (Preac). Lequel s’appuie sur quatre axes majeurs : la simplification et la dématérialisation des procédures administratives, l’harmonisation du cadre juridique et fiscal, la réduction du coût des facteurs de production et la promotion de l’investissement à fort impact social. Nous nous attaquons à ces axes pour embarquer l’ensemble des porteurs de projets. Aujourd’hui, il est possible, au Sénégal, de se raccorder au réseau électrique en 40 jours au lieu de 80, de payer sa facture d’électricité avec un rabais de 10 %, d’avoir un raccordement à l’eau en 20 jours au lieu de 75, de créer son entreprise avec 50 % de moins en termes de coût comparé à l’ancien cycle, etc. Nous avons travaillé sur la protection des investisseurs et l’exécution des contrats en mettant en place des commissions de médiation et de conciliation. C’est cela qui constitue les fondements de la nouvelle feuille de route portée par 11 mesures qui ont été exécutées et réputées effectives par les contributeurs de la Banque mondiale (Bm). Nous pensons avoir amélioré pour une quatrième fois le cycle de progrès du Sénégal en environnement des affaires.

L’objectif du Sénégal est de figurer dans le Top 10 des meilleurs pays de l’Afrique subsaharienne dans ce classement. Est-ce réalisable ?

Ce qui est important, c’est le nombre de places gagnées. Les progrès attestent de la pertinence du choix de nos actions et de nos plans d’actions. Ces progrès cadrent sur des indices de score. Le cycle permettra davantage d’améliorer le record du Sénégal d’une part ; d’autre part de le projeter dans la cible des 50 premières économies du monde en 2023. Quand on l’a fait quatre fois d’affilé, cela a marché. On ne peut donc pas se poser des questions sur la pertinence de la suite. L’avantage du Sénégal, en conduisant les réformes de manière efficace à rattraper d’autres pays et en les dépassant, c’est d’avoir une vision pertinente portée par le président Macky Sall. C’est notre atout.

Le changement des mentalités, n’est-ce pas une condition pour le succès des différentes réformes ?

Les mentalités progressent. On va vers un changement de paradigme, vers une administration de service. Le Sénégal a travaillé, ces deux dernières années, sur les réformes technologiques validées par les statistiques. Celles-ci montrent qu’on peut avoir de l’électricité en 40 jours, l’eau en 20 jours, créer son entreprise en 6 heures, etc. Les mentalités ont donc changé surtout dans l’administration. Les fonctionnaires s’accordent sur le changement de paradigme. Ce sont ces résultats que nous voyons aujourd’hui

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici