Accueil Actualités Non apprécié par les professionnels : Le nouveau code forestier divise les...

Non apprécié par les professionnels : Le nouveau code forestier divise les acteurs

L’assemblée nationale a adopté le nouveau code forestier qui durcit les sanctions contre les auteurs de coupe illicite de bois dans notre pays. Cette nouvelle organisation retient l’attention des populations et surtout celle relative à la hausse de la peine qui sera désormais infligée aux trafiquants. Mame Thierno Dieng, ministre de l’environnement et du développement durable approuve le caractère pénalement contraignant du nouveau code forestier.

Plusieurs organisations en vue de défense des intérêts de l’environnement applaudissent et parlent d’une décision responsable venue à son heure. Pour ces derniers, seules les décisions radicales qui feront arrêter ces exploitations abusives de la nature verte conduiront les malfaiteurs à bien fléchir.

A Sédhiou, Mamadou Diallo, président de l’association des volontaires pour la protection de l’environnement exprime sa satisfaction, «c’est une très bonne chose par ce que jusqu’ici, les amandes appliqués ne jamais étaient aussi lourde que ça. Les trafiquants sont organisés en réseaux et ils sont des moyens, à chaque fois qu’on arrête un trafiquant et que vous le taxez 5000 F Cfa, vous verrez qu’il le paie et cela ne les bloque pas du tout. Maintenant que l’Etat adopte une loi avec des hausses sur la peine qui vont désormais dépassées les cinq ans au moins et des sommes qui remontent à trois millions au minimum. C’est pourquoi nous sommes satisfaits de ce nouveau code forestier qui vient d’être validé, et maintenant ce que nous demandons, c’est son application sur le terrain».

Par ailleurs, c’est un avis contraire que l’on retrouve chez les professionnel du bois qui estiment de leurs cotés que le durcissement des peines à l’encontre des trafiquants ne suffit pas à les dissuader.
«Ce ne sont pas des emprisonnements et des amandes qui vont pousser les exploitants forestiers a arrêtés. C’est peine perdue, vous avez le paradigme de règlement de problème de la coupe illicite de bois, je suis d’avis qu’il faut le changer mais ceux qui s’activent dans ce secteur n’ont pas d’autres alternatives. Si vous voulez interdire quelqu’un d’exercer sa principale activité, vous devrez lui proposer quelque chose en contrepartie, mais tel n’est pas le cas ici. Je voudrais rappeler un aspect, ces députés qui ont voté la loi, je suis désoler de le dire, mais ces députés ne connaissent pas les réalités du terrain. Aucun parlementaire ne s’est jamais présenté dans la foret pour s’enquérir de la situation des acteurs. La solution n’est pas dans le durcissement des peines, ni de faire des amandes, ce qui est urgent, c’est la réorganisation administrative du secteur», a fait entendre, Boubou Maria président de l’union régionale des coopératives d’exploitation forestière de Ziguinchor.

Quant à Ibrahima Diédhiou, président des scieries de la région de Ziguinchor : «pour obtenir des résultats probants dans le combat contre les coupes abusives et illicites de bois, les autorités devront plutôt activer le levier de la labellisation des scieries pour un meilleur contrôle du secteur. Il faudrait qu’il ait la quittance forestière plus la facture de l’unité de production. Le bois est une affaire de professionnel donc, il faudrait associer les professionnel dans les réflexions».
Pape Ibrahima Diassy/Senegal7

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici